X

Liban

Pots-de-vin, usage de faux, escamotage de dossiers : 4 auxiliaires de justice arrêtés

Corruption
Claude ASSAF | OLJ
07/03/2019

Quatre auxiliaires de justice ont été arrêtés hier par les services de renseignements des FSI sur fond de pots-de-vin, de corruption et d’exercice de fonction à des fins illégales.

Les arrestations se fondent sur une action publique mise en mouvement par différents parquets d’appel, sachant que les fonctionnaires appréhendés, H.D., I.B., A.M. et A.Ch., sont en poste à Beyrouth, Baabda ou Zahlé. Une autre personne fait l’objet d’une action du parquet militaire, son dossier étant lié à des dossiers de militaires dont l’organisme judiciaire poursuit l’examen.

Selon une source informée, une des personnes arrêtées est employée à Beyrouth auprès de la chambre pénale de la Cour de cassation, et une autre travaille à Baabda auprès du parquet d'appel du Mont-Liban.

Contacté par L’Orient-Le Jour, le procureur général près la Cour de cassation, Samir Hammoud, a usé de son obligation de réserve, affirmant « ne pas vouloir dire un traître mot de ce qui a trait à des affaires faisant l’objet d’enquêtes secrètes ».

Une source judiciaire qui a requis l’anonymat affirme à L’OLJ que les fonctionnaires appréhendés ont profité de leur poste pour accomplir des formalités, octroyer des autorisations et émettre des décisions en imitant la signature des juges dont ils relèvent. Ils ont par exemple permis à des parents de prisonniers de rencontrer leurs proches et satisfait des demandes de mise en liberté de détenus, et ce en contrepartie de grosses sommes d’argent. Un avocat proche du Palais de justice de Beyrouth affirme même que « les fonctionnaires ont pu faire disparaître des dossiers traités par le parquet dans des affaires où l’action civile est inexistante, comme par exemple les affaires de trafic de stupéfiants ». « Ils peuvent les escamoter en les soustrayant à la pile de dossiers sur lesquels les juges se penchent lors des audiences et procès », explique l’avocat.

Selon d’autres sources, les fonctionnaires arrêtés feraient partie d’un réseau de courtiers et d’avocats. Même des juges seraient impliqués dans cette filière. À en croire les milieux proches du barreau de Beyrouth, le conseil de l’ordre des avocats aurait levé l’immunité de quatre avocates, autorisant ainsi leur poursuite.

Il reste qu’on perçoit un mécontentement chez les auxiliaires de justice quant à la manière dont leurs collègues ont été arrêtés. Ils se demandent pourquoi ce n’est pas l’Inspection judiciaire qui a pris en charge les enquêtes, estimant que pour rendre des comptes, leurs confrères auraient dû d’abord être convoqués par cet organisme ou être déférés devant le conseil de discipline. Il semble donc que les arrestations effectuées hier ne constituent que la première étape d’une lutte élargie contre la corruption au sein des palais de justice, à l’heure où les Libanais entendent parler, bien plus que d’habitude, de lutte anticorruption, sur fond de polémiques politiques parfois violentes.


Pour mémoire

Arrestation du garde du corps de la juge Ghada Aoun et d’autres personnes pour corruption

Des officiers des FSI interrogés pour fraude et trafic humain

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Des seconds couteaux.

On arrivera au sabre bientôt.

Sarkis Serge Tateossian

C'est un début ...
La sagesse et l'expérience populaire diront que c'est un mal endémique et propagé dans tout le pays ...
La lutte contre la corruption est un travail de longue haleine ...
Mais si important pour la bonne santé de l'économie et du pays

Cadige William

Comme le precisait si bien un membre du Parlement Lors d un debat televise :
un foctionnaire corrompu est automatiquement et naturellement couvert par son Superieur Hierarchique.
Ce sont donc les têtes qu ‘il faut abattre tout le reste n’est que pacotille...
Et la Grande Farce continue !

gaby sioufi

et la blague continue de plus belle !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE COMBAT CONTRE LA CORRUPTION COMMENCE PAR LES SUBORDONNES ET NON PAR LES TETES...

Gros Gnon

4.

Bon, c’est un début. J’espère. C’est beaucoup plus gangrené que cela.

4 conrrespondrait plutôt au nombre de personnes honnêtes dans toit ça...

Cela fait partie du "système". Fonctionnaires mal payés, bureaucracies opaques, "traditions", sentiment de pouvoir absolu sur sa parcelle d’autorité, tout les ingrédients qu’il faut pour appliquer le principe du "s’il y en a pour deux, il yen a pour moi"...

Arrêter 4 personnes c’est bien. Les juger les punir, en faire des exemples c’est mieux. Persévérer dans cette voie est essentiel. Mais dans tous les cas, ce sera un combat de longue haleine qui passe forcément par l’éducation de nos futures générations.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.