Liban

Un "émir" de l'EI arrêté dans la Békaa après avoir fui la Syrie

Le commandant militaire présumé du groupe jihadiste et un autre complice sont entrés illégalement en territoire libanais il y a plusieurs jours, en provenance de Deir ez-Zor.

Des militaires libanais scrutent la frontière avec la Syrie, dans le cadre de l'opération "Aube des jurds", lancée le 19 août 2017 contre les jihadistes. Photo tirée du site web de l'armée libanaise

Les services de renseignement de l'armée libanaise ont arrêté, samedi à l'aube, dans les localités de Chawaghir et Sahel el-Charki dans le Hermel (Békaa), deux terroristes présumés appartenant au groupe jihadiste Etat islamique, dont l'un était un "émir" de l'organisation en question.

Dans un communiqué, l'armée précise qu'il s'agit des Syriens Ahmad Mansour Khalaf, l'"émir" (équivalent de commandant militaire selon l'appellation jihadiste) en question, et du cadre Mohammad Khaled el-Hage . Elle explique qu'ils ont franchi "il y a plusieurs jours" la frontière avec la Syrie, après avoir fui la ville syrienne de Deir ez-Zor, où l'EI est retranché dans son dernier bastion face à la coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis.

Les deux terroristes ont emprunté des passages illégaux pour entrer en territoire libanais. Ils ont été arrêtés puis transférés à la branche des services de renseignement de l'armée dans la Békaa afin d'être interrogés. Quatre autres ressortissants syriens entrés illégalement au Liban ont également été arrêtés. 

La victoire sur le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie sera annoncée "dans quelques jours", a déclaré samedi un commandant de l'alliance arabo-kurde qui mène les combats dans l'est de la Syrie avec le soutien des Etats-Unis. Les jihadistes sont désormais assiégés sur un réduit d'un demi-km2, dans la zone du village syrien de Baghouz. Ils ont déjà été défaits en Irak. Mais l'EI conserve une capacité de nuisance grâce notamment à des cellules dormantes disséminées en Syrie et en Irak.


(Pour mémoire : Les FSI ont déjoué des attentats jihadistes pendant la période des élections législatives)


Au Liban, des jihadistes sont fréquemment arrêtés par l'armée et la police libanaises. 

En août 2014, des jihadistes du groupe Etat islamique et de l'ex-Front al-Nosra avaient attaqué un poste de l'armée à Ersal, kidnappant et tuant plusieurs militaires. Certains otages avaient finalement été libérés et les corps d'autres militaires tués en captivité avaient été restitués aux autorités libanaises, dans le cadre d'un accord avec les jihadistes au terme de la bataille qui les avait chassés du territoire libanais.

Trois ans plus tard, en août 2017, l'armée libanaise a lancé l'opération "Aube des jurds", à l'issue de laquelle elle avait chassé les jihadistes qui étaient retranchés dans la zone frontalière avec la Syrie.

Au cours des derniers mois, l'ancien ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk a annoncé à de nombreuses reprises que les Forces de sécurité intérieure et l'armée étaient parvenues à déjouer des attentats terroristes, planifiés par des cellules jihadistes présentes au Liban.


Pour mémoire

Un jihadiste qui projetait d'attaquer une église et des barrages de l'armée arrêté au Liban-Nord

Menace terroriste : le Liban est-il plus sûr aujourd'hui ?


Les services de renseignement de l'armée libanaise ont arrêté, samedi à l'aube, dans les localités de Chawaghir et Sahel el-Charki dans le Hermel (Békaa), deux terroristes présumés appartenant au groupe jihadiste Etat islamique, dont l'un était un "émir" de l'organisation en question.

Dans un communiqué, l'armée précise qu'il s'agit des Syriens Ahmad Mansour Khalaf,...

commentaires (3)

EMIR... MNIH MANNOU SULTAN !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

21 h 02, le 16 février 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • EMIR... MNIH MANNOU SULTAN !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 02, le 16 février 2019

  • Encore une fois bravo pour les services de renseignement de l'armée libanaise qui ne cessent d' arrêter les terroristes .

    Antoine Sabbagha

    18 h 51, le 16 février 2019

  • Émir de mes chaussettes troués oui!

    FRIK-A-FRAK

    15 h 48, le 16 février 2019