X

À La Une

Meurtre de Khashoggi : les photos d'un "complice" turc publiées par des médias

Turquie

Sur des images tirées d'enregistrements de caméras de vidéosurveillance, un homme marche dans la rue à côté d'un agent saoudien ayant revêtu les vêtements du journaliste saoudien assassiné, dans le but de faire croire que le journaliste a quitté le consulat en vie.

OLJ/AFP
14/02/2019

Des médias turcs ont publié jeudi la photographie d'un homme présenté comme un "complice local" soupçonné d'avoir aidé des agents saoudiens à se débarrasser du corps de Jamal Khashoggi, l'éditorialiste saoudien tué en octobre dans le consulat de son pays à Istanbul.

La chaîne d'information NTV et plusieurs sites d'information ont publié deux images montrant un homme vêtu d'un jean et d'un manteau noir, capuche rabattue sur la tête, présenté comme un "complice local" des tueurs de Khashoggi. Ces images, sur lesquelles le visage de l'individu est indiscernable, sont issues du rapport annuel de la police d'Istanbul, selon NTV. Sur ces images tirées d'enregistrements de caméras de vidéosurveillance, l'homme marche dans la rue à côté d'un agent saoudien ayant revêtu les vêtements de Khashoggi dans le but de faire croire que le journaliste a quitté le consulat en vie. 


(Lire aussi : MBS reprend la main pour faire oublier l’affaire Khashoggi)


Le gouvernement saoudien a déclaré en octobre que le corps de Khashoggi, introuvable à ce jour, avait été remis par les tueurs à un "complice local". La Turquie n'a depuis lors eu de cesse de réclamer son identité auprès des autorités saoudiennes.

Le meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie à Istanbul le 2 octobre a suscité une indignation mondiale et profondément terni l'image de la pétromonarchie, et en particulier du prince héritier Mohammad ben Salmane.

Khashoggi, qui collaborait au Washington Post, était un féroce critique du prince saoudien surnommé "MBS", mais ce dernier nie toute implication dans le meurtre.

Après avoir dans un premier temps nié le meurtre, Riyad a avancé plusieurs versions contradictoires et soutient désormais que Khashoggi a été tué lors d'une opération non autorisée par le pouvoir.

Dans son rapport annuel cité par Anadolu, la police d'Istanbul relève par ailleurs la présence d'un grand four dans la résidence du consul, située non loin de la représentation diplomatique, dont la température peut monter jusqu'à 1.000 C°. Plusieurs médias turcs ont émis l'hypothèse que le corps de Khashoggi, démembré après le meurtre, a pu être brûlé dans ce four.



Lire aussi
Washington "n'étouffe pas" l'affaire Khashoggi, affirme Pompeo

L’assassinat de Khashoggi, un « meurtre planifié et perpétré » par des représentants de l’État saoudien

Affaire Khashoggi : s'en prendre à MBS est "une ligne rouge", prévient Jubeir

Erdogan dit ne pas comprendre le « silence » américain

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants