X

À La Une

Washington "n'étouffe pas" l'affaire Khashoggi, affirme Pompeo

Arabie saoudite

L'administration américaine "continuera de demander des comptes à tous les responsables" en fonction des éléments dont elle disposera, selon le secrétaire d'Etat US.


OLJ/AFP
11/02/2019

Washington ne cherche pas à étouffer le dossier de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a affirmé lundi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, alors que Donald Trump a ignoré l'appel du Congrès américain à se prononcer sur le rôle du prince héritier d'Arabie saoudite dans ce crime. "L'Amérique n'étouffe pas un meurtre", a déclaré M. Pompeo, en réponse à une question de journalistes en marge d'un déplacement à Budapest.

Le Congrès avait donné au président Trump jusqu'à vendredi pour prendre position dans ce dossier. Des sénateurs démocrates et républicains avaient activé le 10 octobre une loi donnant 120 jours au locataire de la Maison Blanche pour se prononcer sur le rôle du Mohammad ben Salmane dans ce dossier. M. Trump a toutefois refusé cet ultimatum, son entourage invoquant la "séparation des pouvoirs".

L'administration américaine "travaille avec diligence" dans ce dossier et "continuera de demander des comptes à tous les responsables" en fonction des éléments dont elle disposera, a assuré M. Pompeo.

L'assassinat du journaliste saoudien début octobre dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando venu de Riyad a profondément terni l'image des dirigeants saoudiens et embarrasse l'administration américaine, soucieuse de préserver son alliance stratégique avec le royaume saoudien.

M. Pompeo, qui effectue une mini-tournée en Europe centrale, devait rencontrer en fin d'après-midi le Premier ministre hongrois Viktor Orban, avant de se rendre en Slovaquie mardi, puis en Pologne où doit se tenir mercredi et jeudi une réunion consacrée à l'influence de l'Iran au Moyen-Orient.


Lire aussi

L’assassinat de Khashoggi, un « meurtre planifié et perpétré » par des représentants de l’État saoudien

Affaire Khashoggi : s'en prendre à MBS est "une ligne rouge", prévient Jubeir

Erdogan dit ne pas comprendre le « silence » américain




À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ELLE NE L,ETOUFFE PAS... ELLE L,IGNORE ! INTERETS ET POLITIQUE Y PREVALANT !

Tina Chamoun

Pompe...oh à d'autres!

PAUL TRONC

Si pour une crime de cette horreur l'amérique de trump-pete ne se décide toujours pas à voir les implications évidentes de l'héritier, mais alors il faudrait que plus jamais ce pays ne s'amuse à accuser qui que se soit de crime.

Quil se taise à jamais.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants