Liban

Attaque contre Bachir Gemayel : le CPL se distancie des propos de Moussaoui

"Il n'est pas permis de s'en prendre à un martyr", déclare Gebran Bassil.

Le chef du CPL, Gebran Bassil. Photo Ani

Le Courant patriotique libre a pris ses distances jeudi des propos du député du Hezbollah, Nawaf Moussaoui, qui avait affirmé la veille, lors du débat de confiance au Parlement, que l'ancien président Bachir Gemayel a été élu "grâce aux chars israéliens", suscitant la colère des Forces libanaises et des Kataëb.

"En ce 14 mars, nous nous souvenons du martyr Rafic Hariri et des martyrs du Liban, qu'ils soient présidents, responsables, combattants, résistants ou citoyens, a déclaré le chef du CPL, Gebran Bassil, sur son compte Twitter. Ils sont tous des martyrs de la Nation. Si, durant leur vie, ils appartenaient à un parti, un groupe ou une communauté, ils appartiennent à tous les Libanais lorsqu'ils meurent. C'est pour cela qu'il n'est pas permis de s'en prendre à un martyr car les martyrs ont le droit qu'on célèbre leur mémoire ou que l'on observe le mutisme si nous ne sommes pas d'accord" avec leur orientation, a-t-il poursuivi.



De son côté, le député CPL d'Achrafieh et vice-président de la formation, Nicolas Sehnaoui, a déclaré sur Twitter : "Bachir Gemayel a été élu président, et a été tué président. Il est le 7e chef de l'Etat depuis l'Indépendance. Il fait partie de notre histoire. Les divergences sur son parcours n'éliminent pas tout cela. Le rêve de Bachir de construction de l'Etat de droit est en train de se réaliser. La meilleure façon de commémorer sa mémoire est de soutenir le président fort et le projet d'un Etat juste et capable".



Pendant l'allocution du chef des Kataëb, Samy Gemayel au Parlement, une dispute a éclaté entre Nawaf Moussaoui et Nadim Gemayel. M. Moussaoui a déclaré que le président Michel Aoun "est arrivé à Baabda grâce au fusil du Hezbollah ce qui est un honneur pour tout le Liban, pas comme d'autres qui sont arrivés grâce aux chars israéliens", en référence à Bachir Gemayel, élu chef de l'Etat en 1982 lors de l'invasion israélienne du Liban, suscitant la colère du député Kataëb Nadim Gemayel, fils du président assassiné.

Quelques heures après, Nadim Gemayel, a prononcé, à l'occasion d'un important rassemblement de partisans FL et Kataëb place Sassine, à Achrafieh, une allocation au cours de laquelle il a menacé de "prendre les armes".


Lire aussi

Hausse de ton et mise en garde contre les atteintes au souvenir de Bachir Gemayel

Bachir Gemayel : retour sur sa vie, son parcours, son héritage


Pour mémoire

Naïm Kassem : Celui qui est coupable d’intelligence avec l’ennemi ne peut être innocenté

Affaire Bachir Gemayel : un cadre des FL suspendu après avoir souhaité la mort de Naïm Kassem

Affaire Bachir Gemayel : Face au verdict, des réactions très contrastées





Le Courant patriotique libre a pris ses distances jeudi des propos du député du Hezbollah, Nawaf Moussaoui, qui avait affirmé la veille, lors du débat de confiance au Parlement, que l'ancien président Bachir Gemayel a été

commentaires (11)

Un retour à la sagesse et des gestes d'apaisement apparaissent. Tant mieux et bravo. Le Liban et ses intérêts d'abord, ne l'oublions pas.

Sarkis Serge Tateossian

16 h 35, le 15 février 2019

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Un retour à la sagesse et des gestes d'apaisement apparaissent. Tant mieux et bravo. Le Liban et ses intérêts d'abord, ne l'oublions pas.

    Sarkis Serge Tateossian

    16 h 35, le 15 février 2019

  • Il nous faut des politiciens muets et sans cellulaires pour éviter les déclarations et les chamaillades inutiles et nocives. Taisez vous et travaillez sans plus déclarer d'opinions quels qu'ils soient! Travaillez donc et que le citoyen libanais puisse, au moins pour une journée, rêver que les choses pourraient s'arranger. Non mais ce n'est pas possible !!!

    Wlek Sanferlou

    15 h 59, le 15 février 2019

  • Son rôle est d’être réactif et de calmer le jeu....

    L’azuréen

    20 h 32, le 14 février 2019

  • Reaction tardive et Peu convaincante.

    edouard ghammache

    19 h 33, le 14 février 2019

  • Je me permets de ne pas accepter la déclaration tardive du chef du CPL, sa tardiveté lui a fait perdre tout son sens.

    Honneur et Patrie

    19 h 00, le 14 février 2019

  • "Le rêve de Bachir de construction de l'Etat de droit est en train de se réaliser." Ah bon! Il me semble que si c'était vrai, ça se saurait!

    Yves Prevost

    18 h 46, le 14 février 2019

  • ahhh enfin BRAVO ET MERCI A NOTRE GEBRAN NATIONAL ET BRAVO AU CPL !! LE FAIT DE PRENDRE POUR EXEMPLE N'EST PAS UNE TARRE EN ELLE MEME C'EST BIEN DE PRENDRE EXEMPLE DANS LE FAIT QUE MEME UN PM EN ISRAEL PEUT ETRE ACCUSER ET PASSER A LA BARRE DES INCULPER

    Bery tus

    18 h 43, le 14 février 2019

  • IL A DIT QUE LE PRESIDENT AOUN EST ARRIVE A BAABDA GRACE AU FUSIL DU HEZBOLLAH... COMMENT SE TAIRE SUR UNE TELLE INEPTIE ? IL NE SUFFIT PAS DE SE DISTANCIER CAR C,EST ACCEPTER L,INEPTIE... IL FAUT CONDAMNER ET TRES ENERGIQUEMENT SINON... TROIS POINT DE SUSPENSION ! INTERNAUTES, COMPLETEZ LE APRES SINON...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 35, le 14 février 2019

  • pourquoi si tardivement, pourquoi si timidement ? walaw ? ces 2 la ? C quelque chose ! ET PUIS IL FALLAIT LE DIRE TOUT HAUT... L'AVIS DES HEZBOLLAHI & DE LEUR SUIVEURS AVEUGLES PEUVENT SE LE GARDER , LES AUTRES LIBANAIS S'EN FICHENT ROYALEMENT .

    gaby sioufi

    17 h 45, le 14 février 2019

  • Si on interprète bien les choses, on peut en déduire que personne au Liban ne serait fier d'être assimilé à un quelconque lien avec les usurpateurs venus d'israel ? Si je ne m'abuse, ce serait même une insulte d'être confondu avec ces gens là ? D'accord ? On est bien d'accord là dessus ? Donc, je ne comprend pas certain(e)s personnes quand avec des yeux ADMIRATIFS ELLES NOUS DEMANDENT DE PRENDRE CES USURPATEURS EN EXEMPLE , SOUVENT . Ya quelque chose qui m'échappe !

    FRIK-A-FRAK

    17 h 22, le 14 février 2019

  • Enfin ! Merci, Gebran Bassil d'avoir dit ce qu'il fallait dire: " Ils sont tous des martyrs de la Nation " Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 50, le 14 février 2019