X

La Dernière

De la préhistoire à « The Voice », le Grévin mise sur l’interactivité

Pendant ce temps, ailleurs...

Le musée de cire inaugure aujourd’hui son nouveau concept.

OLJ
09/02/2019

S’essayer aux peintures rupestres, combattre au côté de Vercingétorix, descendre les Champs-Élysées avec le général de Gaulle, décrocher un entretien avec le président Macron… Dès aujourd’hui, le musée Grévin, « Panthéon de cire », proposera une « immersion interactive » dans l’histoire de France et l’actualité. « D’un musée à voir, nous allons passer à un musée à vivre », résume Yves Delhommeau, directeur général de l’institution touristique parisienne créée en 1882.

À une époque où la photo et le cinéma étaient réservés à l’élite, le journaliste Arthur Meyer, directeur du quotidien Le Gaulois, s’associa avec Alfred Grévin, dessinateur et sculpteur, pour créer un musée de cire « permettant au public de mettre un visage sur les personnalités qui font l’actualité ». Cent trente-sept ans après, l’esprit des fondateurs est intact. Malgré la télévision et internet, près de 700 000 visiteurs vont chaque année à la rencontre des doubles de cire des célébrités historiques ou contemporaines. Depuis 2001, mode des selfies oblige, les visiteurs peuvent déjà approcher les personnages pour se photographier à leurs côtés.

Mais aujourd’hui, le musée du « vrai-semblant » franchira une nouvelle étape grâce aux technologies multimédias, notamment vidéo, permettant d’interagir avec certaines célébrités et décors, pour une immersion poussée. Dans le même temps, Grévin se transforme en « machine à remonter le temps » dans un ordre chronologique, tandis que tous les espaces ont été transformés, offrant un changement radical. Quatre millions d’euros ont été investis, selon le musée, entité de la Compagnie des Alpes (Futuroscope, Parc Astérix, Walibi, France Miniature et des domaines skiables).

Si l’assassinat de Marat dans sa baignoire par Charlotte Corday, celui d’Henri IV dans son carrosse par Ravaillac ou le palais des Mirages, célèbres mises en scènes du musée, sont toujours là, le nouveau Grévin propose des tableaux inédits dont un consacré au Festival de Cannes, invitant les visiteurs à fouler le tapis rouge avec Angelina Jolie, Omar Sy ou Ryan Gosling. La visite démarre par un accueil VIP dans le hall d’un palace Art déco, « hommage à l’esprit français ». Un peu plus loin, le visiteur se retrouve sur un plateau TV où la journaliste Léa Salamé, en compagnie d’Al Pacino, l’attend pour un entretien devant les caméras.

Dans la Jeep du général

La visite se poursuit par un café typiquement parisien et une évocation de la garden party de l’Élysée en présence d’Elizabeth II, Mohammad VI, Donald Trump ou Vladimir Poutine. Pour la première fois, le bureau du président de la République à l’Élysée est reconstitué, avec possibilité d’une photo souvenir avec le double d’Emmanuel Macron, dernière étape avant d’accéder à la salle des commandes de la machine à remonter le temps. Le visiteur se retrouve propulsé dans la préhistoire, avant de croiser Vercingétorix et Jules César, et de cheminer à travers les siècles à la rencontre de Louis XVI à Versailles puis dans sa prison du Temple, après le Siècle des Lumières. Parmi les tableaux inédits, la descente des Champs-Élysées par le général de Gaulle à bord de sa Jeep, avec un siège libre pour le visiteur, tandis que Brigitte Bardot est de retour à Grévin pour une évocation de 1968 avec Jean-Paul Sartre.

Les mondes imaginaires sont également mis en scène, du Petit Prince à Frankenstein, en passant par les grands héros de BD, avant des rencontres avec de grands sportifs. Par des effets vidéo, le visiteur est invité à faire des passes avec Kylian Mbappé ou réviser le O-goshi avec le judoka Teddy Riner. Un studio d’enregistrement permet virtuellement d’entamer une « jam session » avec Maître Gimms, aux côtés de Johnny Hallyday, Lady Gaga ou Ray Charles au piano. Le visiteur peut aussi devenir un coach redouté en s’installant sur les fauteuils tournants de The Voice, le télécrochet de TF1.

Chaque année, quatre ou cinq personnalités font leur entrée à Grévin selon deux critères, les mêmes depuis 1882 : « popularité et excellence ». « Je suis bien fier d’entrer dans votre musée. J’ai l’impression d’être enfin célèbre », avait confié Coluche en 1980 en découvrant son double de cire.

Jean-François GUYOT/AFP

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants