X

À La Une

Le pape François demande "le respect des accords" de trêve au Yémen

Conflit

"Prions fort, car il y a des enfants qui ont faim, qui ont soif, n'ont pas de médicaments et sont en danger de mort", lance le souverain pontife. 

OLJ/AFP
03/02/2019

Le pape François a demandé dimanche aux parties impliquées dans le conflit au Yémen de "favoriser de manière urgente le respect des accords établis" en faveur d'une trêve dans la ville portuaire de Hodeida, essentielle pour l'acheminement de l'aide humanitaire.

Le pape s'exprimait au Vatican après la prière de l'Angélus, une heure avant de s'envoler pour les Emirats arabes unis, impliqués dans le conflit au Yémen. "Je lance un appel à toutes les parties intéressées et à la communauté internationale pour favoriser de manière urgente le respect des accords établis, assurer la distribution de la nourriture et travailler pour le bien de la population", a-t-il dit. "Je suis avec grande préoccupation la crise humanitaire au Yémen. La population est épuisée par le long conflit et de très nombreux enfants souffrent de la faim, mais on ne réussit pas à accéder aux dépôts alimentaires", a-t-il déploré. "Le cri de ces enfants et de leurs parents monte devant Dieu", a lancé le pape argentin invitant les fidèles à prier pour ce pays. "Prions fort, car il y a des enfants qui ont faim, qui ont soif, n'ont pas de médicaments et sont en danger de mort", a-t-il ajouté, une phrase improvisée qui n'était pas dans son discours.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, appuyées sur le terrain depuis 2015 par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, aux rebelles houthis soutenus par l'Iran et qui contrôlent de vastes territoires, dont la capitale Sanaa. Le conflit au Yémen a fait quelque 10.000 morts, en majorité des civils, et plus de 60.000 blessés depuis qu'une coalition militaire menée par Riyad est intervenue en mars 2015 pour soutenir le gouvernement, selon l'Organisation mondiale de la santé. Des groupes de défense des droits humains affirment que le nombre de morts est largement supérieur, certains citant un chiffre cinq fois plus élevé.

Le pape François doit avoir un entretien privé lundi avec le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, homme fort des Emirats. Le souverain pontife pourrait discrètement évoquer avec lui la situation au Yémen voisin.


Lire aussi
Les églises du Yémen, premières implantations chrétiennes en péninsule arabique

Le pape heureux "d'écrire une page d'histoire" aux Emirats

A Hodeida, la nourriture comme arme de guerre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants