L’édito de Michel TOUMA

De l’importance des fondamentaux

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
22/01/2019

«Le Liban est un pays de minorités confessionnelles associées... » Cette célèbre formule exposée par Michel Chiha dans l’un de ses éditoriaux parus dans Le Jour du 30 août 1944 demeure, près de trois quarts de siècle plus tard, toujours d’actualité. Non pas que le Liban est resté figé dans un état d’hibernation politique durant ces longues décennies, mais plutôt parce que cette définition du pays du Cèdre reflète un paramètre culturo-politico-communautaire solidement enraciné dans le tissu social libanais.

Deux développements sur la scène locale ont apporté durant la semaine écoulée une pierre à cet édifice institutionnel dénommé par abus de langage « confessionnalisme politique ». Un tel système, en vigueur depuis pratiquement la proclamation du Grand Liban (et même sous l’Empire ottoman), est diabolisé par certains mais représente – qu’on le veuille ou non – l’expression de réalités historiques bien ancrées que l’usure du temps n’a pu effacer ou atténuer. Dans cette optique, le document avalisé par les différents pôles maronites réunis mercredi dernier à Bkerké sous l’égide du patriarche Béchara Raï, ainsi que les commentaires qui ont marqué, vendredi, le troisième anniversaire de l’accord de Meerab conclu entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre ont convergé vers un point essentiel : l’établissement d’une nette distinction entre, d’une part les inévitables tiraillements et conflits d’ordre politicien et partisan, et d’autre part l’indispensable consensus chrétien autour des fondamentaux, des grandes positions de principe à portée nationale.

Cette équation est plus que jamais vitale dans le contexte local et régional (voire international) présent. André Malraux ne croyait pas si bien dire lorsqu’il lança sa petite phrase lapidaire « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas. » Ce qui paraissait alors comme une prophétie de sa part a pris toutefois une tournure bien plus dangereuse à laquelle il n’avait peut-être pas songé. Le monde est en effet ébranlé aujourd’hui par la montée en flèche des extrémismes religieux non seulement au Moyen-Orient et dans plus d’un pays en développement, mais également dans certaines sociétés occidentales. Nous avons même atteint le stade du radicalisme sectaire et violent qui se manifeste par des phénomènes tels que le terrorisme, les mouvements jihadistes et les idéologies théocratiques.

Le Liban n’échappe évidemment pas, à sa manière, à cette conjoncture explosive. S’il reste prémuni contre le fondamentalisme sunnite, il est par contre confronté au radicalisme chiite centrifuge porté par le Hezbollah. Nombre d’intellectuels et de cadres chiites ont l’audace de le dire : leur communauté a profondément changé, au plan des valeurs sociétales et culturelles, depuis que le parti pro-iranien a embrigadé et bétonné la collectivité chiite libanaise grâce à une aide massive du régime des mollahs en place à Téhéran.

Face à une telle donne, les pôles chrétiens du pays se doivent aujourd’hui de relever impérativement un défi crucial, indépendamment de leur positionnement respectif à l’égard des autres forces vives et composantes politico-sociales du pays : prendre l’engagement ferme de lutter ensemble pour préserver un consensus non négociable autour des fondamentaux portant sur la nature du système politique, les équilibres communautaires, la stature de la présidence de la République, le rôle et la place des chrétiens dans l’exercice du pouvoir, la sauvegarde d’un mode de vie et de valeurs humanistes respectueuses du pluralisme de la société libanaise.

Cet attachement inconditionnel à ces fondamentaux doit transcender toute considération d’ordre politicien et partisan, et il n’est pas nécessairement incompatible avec les rapports plus ou moins étroits entretenus par les différents pôles chrétiens avec telle ou telle composante communautaire du pays. En dehors d’une telle équation, la gangrène continuera à s’étendre subrepticement et à ronger progressivement le corps libanais, mettant sérieusement en danger l’équilibre sociocommunautaire du pays, l’essence de la formule libanaise et la raison d’être du Liban.

À l’ouverture de la réunion de mercredi dernier à Bkerké, le patriarche Raï a tenu des propos sans équivoque qui s’inscrivent dans la lignée des grandes positions nationales de principe que ne cessait d’adopter le patriarche Nasrallah Sfeir. Ces propos ainsi que la teneur du communiqué publié à l’issue de ces assises maronites et les commentaires rassembleurs qui ont accompagné vendredi l’anniversaire de l’accord de Meerab vont dans le sens de ce nécessaire consensus autour des fondamentaux, au-delà des calculs politiciens et sans que cela ne porte préjudice à de non moins salutaires alliances transcommunautaires. Reste à espérer qu’il ne s’agit pas là d’un simple sursaut conjoncturel. Car en dehors de ce nécessaire bétonnage communautaire, c’est le Liban-message qui risque de voler en éclats.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Salibi Andree


Que les chrétiens du Liban se reduisent aux maronites affaiblissent les Chrétiens...tres bel article ...mais si triste et si vrai

LIBAN D'ABORD

Bizarre que les Chretiens du Liban dans cet article ne sont que maronites
Les orthodoxes, les catholiques, les protestants les armeniens et meme les athees ne paraissent pas.
Le fait meme de donner la Presidence aux maronites uniquement et non pas a un Chretien fait que les maronites se disputant en permanence pour ce poste tant envie et s'allie a tour de bras a qui peut faire elire un maronite a la presidence
Les Sunnites ont toujours eu aussi dans l'histoire du Liban un seul leader de Riad El Solh a Saeb Salam a Rachid Karame a Rafic Hariri a Saad Hariri ( et d'autres dont je passe le nom)
Les Chiites ont depuis 20 ans sans discontinuite un seul homme a la Presidence de la Chambre et avec l'arrivee de HB un autre leader aussi, HN cloitre sous terre depuis plus de 10 ans mais manipulateur et le vrai chef du Liban de par son alliance avec l'Iran
Les Druzes se disputent entre Arslanistes et Joumblatistes

ET LE PAYS SOUFFRE DE L'IMPUISSANCE DE TOUS

Alors les fondamentaux c'est un reve irrealisable malheureusemnt pour tous car la conclusion est si dramatique mais si vrai

c’est le Liban-message qui risque de voler en éclats.

j'aurai enlever le mot message et risqué pour dire

C'EST LE LIBAN QUI VOLE EN ECLATS




gaby sioufi

puisqu'a ce jour, les maronites se prennent pour le nombril du Liban,
comment voulez vous qu'ils fassent mieux qu'ils ne l'ont fait depuis 40 ans ?

Wlek Sanferlou

La Suisse est un pays de minorités... Mais les suisses sont pratiques et pragmatiques. Le libanais est pratique et pragmatique... Ça cloche où, bon sang???

ACQUIS À QUI

Je vous sens un peu aigri , je dirai même un peu jaloux de ce qu'a pu réaliser la communauté chiite , dans ce qui est de l'unité , de l'agrégation autour d'UN LEADERSHIP , malgré cette bretelle sur les chiites que vous décrivez avec amertume etc... chose que votre article appelle de tous ses vœux les "brebis égarées " du camp chrétien .

Pour preuve les réactions lues lors du sommet maronite , par des chrétiens "exclus" du giron maronite .

Je vous souhaite bonne chance Mr Touma , vous en aurez besoin , en tant que chrétien , je ne sais pas de quel tendance vous êtes , mais good luck .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BON ARTICLE. MAIS LES MARONITES SEULS NE SONT PAS TOUS LES CHRETIENS. IL FAUT UNE REUNION AU SOMMET DE TOUS LES CHRETIENS ET LA CONSTITUTION D,UNE FORCE CHRETIENNE VIVE.

EDDE PAUL

Article reflétant dans sa substance des réalités et du bon sens.
Un Liban message plutôt , message adressé à toutes communautés confondues et aux exigences de la paix universelle par Le Pape JeanPaul II , un Liban porteur d’une mission celle d’un exemple du dialogue, de la convivialité, condition sine qua none , et incontournable pour la survie et de la région et du monde celui qui dérive actuellement vers les abîmes du fondamentalisme religieux caractéristique de la degradation de la pensée , de l’esprit des lois et des valeurs divines.
Merci Monsieur Touma

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué