X

À La Une

Après les dégâts de Norma, le Liban se prépare à la tempête Tracy

Liban

Saad Hariri préside une réunion ministérielle consacrée à la tempête. Interrogé pour savoir si cette réunion pouvait préluder à une séance officielle du gouvernement sortant, il a répondu : "tout est possible".

OLJ
10/01/2019

Le Premier ministre sortant, Saad Hariri, a présidé jeudi une réunion ministérielle élargie à la Maison du Centre, sa résidence beyrouthine, consacrée aux dégâts causés par la tempête baptisée Norma qui a frappé le Liban ces derniers jours, au cours de laquelle il a été décidé de prendre des mesures en vue de la prochaine tempête, attendue dimanche soir.

"Nous avons passé en revue les difficultés qui sont apparues durant la tempête Norma. Il est indispensable de prendre un ensemble de mesures en vue de la prochaine tempête qui va frapper le Liban la semaine prochaine", a déclaré le ministre sortant de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, à l'issue de cette réunion.


La tempête Norma s’est estompée mercredi, laissant derrière elle de nombreux dégâts qui ont dévoilé l’état lamentable des infrastructures au Liban dont des autoroutes et tunnels inondés, des éboulements, des routes affaissées à cause de la pluie ou coupées par la neige ou crues des rivières. Une nouvelle tempête, baptisée Tracy, est attendue dimanche soir. Elle devrait entraîner de fortes pluies ainsi que de la neige et des vents forts à Beyrouth, sans pour autant être de la même intensité que Norma.

M. Machnouk a indiqué que "les forces de sécurité ne permettront à aucun véhicule d'emprunter les routes de Faraya (Kesrouan) et de Dahr el-Baïdar (Baalbeck-Hermel) à partir de dimanche soir jusqu'à la fin de la tempête Tracy, sauf si elles sont équipées de chaînes".

Le ministre a également déclaré que le ministère des Travaux publics allait prendre les mesures "nécessaires et urgentes" à Dbayé (Metn), Jezzine (Liban-Sud) et Chekka (Liban-Nord) pour éviter ce qu'il s'y est produit". Au plus fort de la tempête Norma, mardi, l'autoroute à hauteur de Dbayé a été complètement inondée. A Chekka et à Jezzine, des éboulements et des inondations ont obligé les autorités à fermer les routes.

Outre M. Machnouk, les ministres sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, des Travaux publics, Youssef Fenianos, et de l'Agriculture, Ghazi Zeaïter, les mohafez des régions du Akkar, de Beyrouth, de Baalbeck, de la Békaa, de Nabatiyé, du Liban-Nord, du Liban-Sud, ainsi que le secrétaire général du Haut-Comité des secours, le général Mohammad Kheir, étaient présents à cette réunion.

Selon des informations de la chaîne locale LBCI, les autorités se dirigent vers le non-paiement de dédommagements pour les victimes de la tempête en raison de la situation financière du pays et de la responsabilité de certains citoyens qui ont commis des infractions ayant entraîné les dommages.



(Lire aussi : Après la tempête Norma, l’heure est au bilan)



"Tout est possible"
Sur le plan politique, cette réunion regroupant plusieurs ministres du gouvernement sortant intervient alors qu'une réactivation du cabinet sortant est évoquée en raison des obstacles empêchant la formation d'un nouveau cabinet. Interrogé sur le fait que cette réunion puisse être le prélude à une séance officielle du gouvernement sortant, M. Hariri a répondu : "tout est possible".

Le Premier ministre désigné a également déclaré que la possibilité que le cabinet sortant examine le budget 2019 était à l'"étude". Ces derniers jours, le président du Parlement, Nabih Berry, a proposé que le gouvernement sortant avalise le budget 2019 en période d’expédition des affaires courantes, une proposition rejetée mercredi par les évêques maronites.

La formation du gouvernement, attendue depuis plus de sept mois et qui semblait imminente à la veille des fêtes de fin d'année, semble reportée sine die. Le processus continue de buter sur le fameux obstacle sunnite, né de l’insistance des six députés hostiles au courant du Futur – et bénéficiant d’un appui indéfectible du Hezbollah – pour prendre part au cabinet.

Avant les fêtes, les six députés sunnites pro-8 Mars avaient annoncé qu'ils retiraient le nom de Jawad Adra de leur liste de ministrables à présenter au président de la République. Selon des informations concordantes, cette décision était motivée par la volonté du chef du CPL, Gebran Bassil, d'attirer M. Adra dans son giron et de former avec les ministres nommés par son parti et le chef de l’Etat un groupe de 11 ministres pour constituer un tiers de blocage au sein du gouvernement.

Dans ce contexte, le Hezbollah fait porter la responsabilité du blocage de la formation du cabinet au Premier ministre désigné Saad Hariri. Ce dernier accuse pour sa part le parti chiite d'entraver la formation d'une nouvelle équipe ministérielle.



Lire aussi

Khalil travaille sur "des pistes pour gérer la dette"

Gouvernement : la mésentente Baabda-Amal de plus en plus audible

La formation du cabinet entre les obstacles internes et les influences régionales, le décryptage de Scarlett HADDAD

Plaidoyer pour Normal'édito de Issa GORAIEB


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUQUOI TRACY ET PAS EMM 3ABDO ? AW FATTOUM ?

Antoine Sabbagha

Même la nouvelle tempête, baptisée Tracy ne pourra pas réconcilier nos responsables . Triste .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué