X

Moyen Orient et Monde

L’Égypte coopère avec Israël dans le Sinaï, reconnaît Sissi

Diplomatie

Les propos du président égyptien sur la coordination militaire entre les deux pays ont poussé Le Caire à demander à la chaîne CBS de ne pas diffuser l’interview.

OLJ
08/01/2019

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré que son pays coopérait avec Israël dans la lutte contre les jihadistes dans le Sinaï, dans une interview diffusée dimanche dans l’émission 60 minutes sur la chaîne américaine CBS que les autorités égyptiennes ont demandé de ne pas diffuser.

L’Égypte affronte une branche locale du groupe État islamique (EI) dans le nord de la péninsule du Sinaï, voisine d’Israël. La coopération militaire avec l’État hébreu, démentie par Le Caire malgré les liens diplomatiques entre les deux pays, reste un sujet tabou. L’Égypte a signé en 1979 un traité de paix avec Israël.

« Notre aviation a quelquefois besoin d’entrer dans la zone israélienne (du Sinaï). C’est pour cela que nous avons un large éventail de coopération avec les Israéliens », a déclaré le chef de l’État égyptien, selon une transcription fournie par CBS. À la question de savoir si cette coopération était la plus étroite qui ait jamais existé entre les deux anciens ennemis, M. Sissi a répondu : « C’est exact », a ajouté la chaîne.

C’est en raison de ces propos sur la coopération avec Israël que Le Caire avait demandé à la chaîne américaine de ne pas diffuser l’interview, ont confirmé Scott Pelley, qui a conduit l’entretien, et le producteur de l’émission Rachael Morehouse. « L’interview a eu lieu à 20 heures au Palace Hotel de New York. En arrivant chez moi, mon contact à l’ambassade d’Égypte aux États-Unis m’a envoyé un e-mail disant “Nous demandons formellement que l’interview ne soit pas diffusée” », explique M. Morehouse.

En février, les forces de sécurité égyptiennes ont lancé une vaste campagne contre l’EI dans le Nord-Sinaï, où les jihadistes ont mené de très nombreuses attaques meurtrières. Le même mois, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait assuré que son pays ferait « tout » ce qui était nécessaire pour se défendre, après la publication d’un article du New York Times faisant état de dizaines de frappes israéliennes contre des jihadistes dans le Sinaï.

« Pas de prisonniers politiques »

Interrogé sur sa difficulté à anéantir la menace de l’EI dans le Sinaï, le président Sissi a répondu en pointant du doigt les difficultés des États-Unis face aux insurgés talibans en Afghanistan. « Pourquoi les États-Unis n’ont pas éliminé les terroristes en Afghanistan après 17 ans et avoir dépensé des milliards de dollars ? » a-t-il déclaré.Dans un extrait de l’interview de M. Sissi publié sur le site de CBS, le président égyptien a par ailleurs affirmé que son pays ne comptait « pas de prisonniers politiques ou d’opinion » alors que l’organisation Human Rights Watch en dénombre 60 000 dans les geôles égyptiennes. « Je ne sais pas d’où viennent leurs chiffres », a indiqué M. Sissi.

« Lorsqu’une minorité tente d’imposer son idéologie extrémiste, nous devons intervenir, quel que soit leur nombre », a-t-il ajouté. Ancien ministre de la Défense, M. Sissi est arrivé au pouvoir en 2014, un an après avoir participé à la destitution par l’armée du président islamiste Mohammad Morsi. Les groupes de défense des droits de l’homme accusent régulièrement le régime de M. Sissi de graves violations. L’Égypte nie systématiquement ces allégations, assurant mener un combat contre les extrémistes et le terrorisme.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Idleb n’est pas Alep, mais...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants