Etats-Unis

Trump : "Franchement, les Iraniens peuvent faire ce qu’ils veulent en Syrie"

Pour le président américain, la Syrie n'est que "sable et mort".

Le président américain Donald Trump lors d'une réunion à la Maison blanche, à Washington, le 2 janvier 2019. REUTERS/Jim Young

"Le sable et la mort": c'est en ces termes que le président américain Donald Trump a décrit la Syrie, mercredi lors d'une réunion avec son équipe gouvernementale, tout en restant évasif sur le calendrier de retrait des troupes américaines actuellement stationnées dans ce pays déchiré par la guerre. A l'issue de cette réunion, lors d'une discussion avec des journalistes, le président a également évoqué le dossier iranien déclarant notamment : "Aujourd'hui, l’Iran retire des gens de Syrie, mais franchement, ils (les Iraniens) peuvent faire ce qu’ils veulent là-bas”.

"La Syrie est perdue depuis longtemps. Et de plus, nous parlons de sable et de mort. C'est de cela dont il s'agit. Nous ne parlons pas de vastes richesses", a-t-il souligné lors d'une réunion avec son équipe gouvernementale. "Je ne veux pas être en Syrie pour toujours. C'est le sable et c'est la mort", a-t-il martelé. Interrogé à plusieurs reprises sur le calendrier de retrait des troupes américaines, qu'il a annoncé en estimant que le groupe Etat islamique avait été vaincu, il est resté évasif. "Nous nous retirons", a-t-il déclaré. "Cela se fera sur un certain temps", a-t-il ajouté. "Je n'ai jamais dit que nous partirions du jour au lendemain", a-t-il encore assuré.


(Lire aussi : Retrait de Syrie : Pompeo rassure Israël sur le soutien américain)


Lundi, le locataire de la Maison Blanche a affirmé que le retrait des soldats américains se ferait "lentement", ce qui tranchait avec son annonce initiale, le 19 décembre. "Il est temps de rentrer (...) Nos garçons, nos jeunes femmes, nos hommes, ils rentrent tous, et ils rentrent tous maintenant", avait-il lancé.


"Les Russes aiment quand nous tuons des membres de l'EI"

Lors de sa rencontre avec les journalistes, mercredi, M. Trump est revenu sur l'EI et le retrait américain de Syrie. "Quand nous tuons des (membres de l’EI) – et d’ailleurs, tout le monde dit qu’ils vont venir dans notre pays, eh bien c’est possible pour un très petit pourcentage d’entre eux, mais vous savez où ils vont aussi ? En Iran, qui haït l’EI plus que nous haïssons ce groupe. Les (membres de l’EI) vont en Russie, qui haït l’EI plus que nous haïssons ce groupe. Donc nous tuons et ensuite, nous lisons quand nous nous retirons que la Russie est ravie. La Russie n’est pas contente. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’ils (les Russes) aiment quand nous tuons (des membres de l’EI) car nous les tuons pour eux. Et nous les tuons pour Assad. Et nous les tuons pour l’Iran aussi”.

Quelque 2.000 soldats américains sont actuellement déployés dans le nord de la Syrie. Ces troupes, essentiellement des forces spéciales, sont présentes pour combattre le groupe EI et former les forces locales dans les zones reprises aux jihadistes. De hauts responsables militaires américains ont multiplié les mises en garde contre un retrait précipité qui laisserait la voie libre en Syrie aux alliés du régime de Bachar el-Assad, à savoir la Russie, grande rivale des Etats-Unis, et l'Iran, bête noire de l'administration Trump.


“Aujourd’hui, l’Iran est un pays bien différent"

Devant les journalistes, le président américain a également évoqué le dossier iranien, soulignant que l’Iran aujourd’hui est "un pays bien différent que ce qu’il était" quand M. Trump est entré à la Maison Blanche. Assurant qu’à époque l’Iran allait "prendre le contrôle de tout le Moyen-Orient" et "allait avoir des armes nucléaires", M. Trump a assuré qu’aujourd’hui "l’Iran a des problèmes". “Aujourd’hui, l’Iran est un pays bien différent. (…) Il y a des manifestations chaque semaine dans des grandes villes, leur devise est assiégée. Beaucoup de mauvaises choses leur arrivent”. “L’Iran retire des gens de Syrie, mais franchement, ils (les Iraniens) peuvent faire ce qu’ils veulent là-bas”, a-t-il encore dit. 

Dans une réaction, sur Twitter, aux propos de M. Trumpt, le représentant démocrate Ted Deutch a déclaré qu’un "tel manque de compréhension de base de la stratégie en matière de politique étrangère est stupéfiant". "Un Iran qui fait 'ce qu’il veut' en Syrie est une menace pour les intérêts américains dans toute la région", a-t-il ajouté.


Attaque contre Mattis

Lors de sa longue intervention en présence de son équipe gouvernementale et de journalistes, Donald Trump a également pris pour cible mercredi l'ancien chef du Pentagone Jim Mattis, qui a annoncé sa démission fin décembre en raison de désaccords de fond avec le locataire de la Maison Blanche. L'émissaire américain pour la coalition internationale antijihadiste, Brett McGurk, avait également démissionné.

"Je lui souhaite le meilleur. J'espère que cela se passera bien pour lui. Mais comme vous le savez, le président Obama l'avait limogé et, au fond, j'ai fait la même chose", a déclaré M. Trump. "Je veux des résultats", a-t-il ajouté, évoquant son mécontentement sur sa gestion du dossier afghan, où sont stationnés quelque 14.000 soldats américains. "Qu'a-t-il fait pour moi? (...) Je ne suis pas satisfait de ce qu'il a fait en Afghanistan", a-t-il lancé à propos de cet ex-général des Marines dont il a longtemps fait l'éloge.

Dans un courrier adressé au locataire de la Maison Blanche, Jim Mattis avait clairement marqué son désaccord avec le président, insistant en particulier sur la nécessité pour les Etats-Unis de "traiter les alliés avec respect". M. Mattis ne devait initialement quitter ses fonctions que fin février afin d'assurer une transition fluide avec son successeur, mais M. Trump, semble-t-il piqué au vif par la couverture médiatique de la lettre de démission du général, a avancé son départ de deux mois. Ancien numéro deux du ministère, Patrick Shanahan, nommé ministre par intérim, le remplace pour l'heure au Pentagone.


Lire aussi

Le régime syrien annonce le retrait de 400 "combattants kurdes" de Manbij

A Manbij, les Américains toujours présents malgré l'annonce de Trump

Trump prêt à "ralentir" le retrait de Syrie, selon un de ses proches

La Russie et la Turquie veulent se "coordonner" après le retrait américain de Syrie

Inquiétude à Manbij après l'annonce du retrait US et les menaces de la Turquie



"Le sable et la mort": c'est en ces termes que le président américain Donald Trump a décrit la Syrie, mercredi lors d'une réunion avec son équipe gouvernementale, tout en restant évasif sur le calendrier de retrait des troupes américaines actuellement stationnées dans ce pays déchiré par la guerre. A l'issue de cette réunion, lors d'une discussion avec des journalistes, le...

commentaires (12)

L'Histoire n'a jamais vu et ne verra peut être jamais un homme aussi médiocre à la tête d'une si grande puissance.

Raminagrobis

22 h 42, le 03 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • L'Histoire n'a jamais vu et ne verra peut être jamais un homme aussi médiocre à la tête d'une si grande puissance.

    Raminagrobis

    22 h 42, le 03 janvier 2019

  • Il fait la même erreur qu’Obama pour des raisons électoralistes avec des conséquences bien plus graves. Il va s’en mordre les doigts ! Donner le feu vert à l’Iran des ayatollahs et assad le vilain est une terrible erreur . A moins que ce ne soit qu’un leurre ....en matière de coups tordus , il n’y a pas meilleur !

    L’azuréen

    22 h 37, le 03 janvier 2019

  • C'est dangereux de laisser Hitler ( El Assad ) et les Ayatollahs librent nous sommes foutus

    Eleni Caridopoulou

    13 h 39, le 03 janvier 2019

  • Preuve, si c'était encore nécessaire, de la mentalité mercantile de Mr Trump... Il est vrai que les USA n'ont pas grand chose à gagner ...à s'épuiser dans ce bourbier, au milieu d'autres requins... Et il ne veut pas tirer les marrons du feu pour l'ex "autres" Il doit bien connaître l'histoire récente des interventions désastreuses des USA dans le moyen orient et ailleurs. ( guerres de Corée, Vietnam, Afghnistan, Irak...) Qui n'ont apporté aux USA que des ennemis... Et un désordre dans son pays Typique attitude de America First... Qui pense peut être qu'il a plus à faire aux USA et sur le continent américain Une leçon pour ceux qui comptent sur l'appui des USA pour leurs projets ou pour leur survie Israël, attention...Mr Trump peut même t'oublier...ne fut ce ses appuis evangelistes

    Chammas frederico

    11 h 43, le 03 janvier 2019

  • MAIS VOS BOYS SONT LA POUR SUPPOSEMENT ARRETER LEURS INTERVENTIONS. POURQUOI PENSER A LES RETIRER ET OUVRIR GRANDE LA BOITE DE PANDORE ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 42, le 03 janvier 2019

  • Ce type est un danger pour le monde il n'a qu'une vision économique des pays! je crains que l'Amérique risque de payer cette vision restrictive

    yves kerlidou

    09 h 20, le 03 janvier 2019

  • Il dit haut ce que d'autres président dit en catimini...

    Wlek Sanferlou

    02 h 52, le 03 janvier 2019

  • Un aveu catégorique de défaite en Syrie du HÉROS, et même mieux les résistants l'ont tellement dégoûté par leur intelligente combativité qu'il ne sera pas prêt d'y remettre les pieds. Ni lui ni son successeur. Que Dieu qui rend aveugle les arrogants cupides le garde au pouvoir pour les 6 années quil lui resterait à faire.

    FRIK-A-FRAK

    02 h 24, le 03 janvier 2019

  • Malgré le flou dans les déclarations du Président Trump, nous pourrions tirer quelques enseignements sûrs et certains. Il a dit "pas de richesse" c'est ça qui intéresse les grandes puissances. Les adversaires des USA dans notre région pensent qu'en bloquant la formation du Gouvernement libanais ils vont pouvoir emmerder les occidentaux. Il s'en foutent les occidentaux de tout le Levant. Ils ont rien à tirer de cette zone tant que notre ennemi, qui est leur ami, va bien.

    MGMTR

    00 h 36, le 03 janvier 2019

  • Je ne suis pas americain, mais j'aime l'Amérique et j'ai honte de ces propos incohérents pour tous les américains... Voilà ce qui arrivé quand un homme totalement étranger du monde de la diplomatie pénètre la maison blanche pour gouverner la première puissance au monde... C'est la planète qui frémit, les dictateurs se voient pousser des ailes... Jersusalem devient capitale du seul Israël Erdog effendi devient soudain un interlocuteur...(le lendemain il n'a qu'à se taire... Le tordu) La Chine devient chiante, le lendemain chaleureuse partenaire commerciale ...ainsi de suite. Bira2yi kil-wahad maslahtou. Trump aux téléréalité... Et les politiques au bureau oval.

    Sarkis Serge Tateossian

    00 h 24, le 03 janvier 2019

  • La syrie n est que sable et mort mais a une facade maritime et une frontiere avec Israel...c est peut etre pour cela que l Iran y est presente.

    HABIBI FRANCAIS

    23 h 57, le 02 janvier 2019

  • LE TYPE IL EST INSTABLE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 48, le 02 janvier 2019