Rechercher
Rechercher

Décryptage

Retrait US de Syrie : premières lectures libanaises...

Le président américain Donald Trump l’avait déclaré à plusieurs reprises et il en avait même fait un des thèmes de sa campagne électorale. Toutefois, l’annonce du retrait imminent des troupes américaines de Syrie a quand même pris tout le monde de court, y compris les responsables militaires américains. Non seulement la décision a été prise rapidement et communiquée aux parties concernées par le biais d’un tweet, mais de plus l’exécution devrait se faire dans les plus brefs délais, mettant ainsi un terme à une étape de la guerre en Syrie, pour en ouvrir une autre. Immédiatement après cette annonce, les interprétations ont commencé à se multiplier et les pronostics sont différents, selon chaque camp politique. La plupart des analystes comparent toutefois cette décision à celle prise par le prédécesseur de Trump, Barack Obama, de retirer les troupes américaines d’Irak, qui avait, à cette époque, semé la panique dans les rangs des parties hostiles au camp dit de la résistance et qui avait été perçue comme une victoire de celui-ci.

Au Liban, tout le monde est d’accord pour estimer que les Kurdes sont les principaux perdants de la décision américaine, mais le clivage traditionnel entre 8 et 14 Mars réapparaît au sujet des conséquences de cette décision.

Des sources proches du 8 Mars estiment ainsi que les Kurdes n’ont plus d’autre choix que de nouer un dialogue constructif avec le régime syrien qui est désormais la seule partie en mesure de les protéger contre la Turquie. Ce qui est sûr, estiment les sources proches du 8 Mars, c’est que la décision américaine provoque une redistribution des cartes et des rapports de force en Syrie, en faveur du régime syrien, des Russes et des Iraniens, qui seront désormais les seuls maîtres du terrain.


(Lire aussi : Le retrait US de Syrie renforcera un corridor terrestre iranien)


Cette interprétation ne convainc pas des sources proches du 14 Mars qui estiment au contraire qu’en retirant les soldats américains de Syrie, Donald Trump laisse le champ libre aux Israéliens pour mener une attaque contre les positions iraniennes en Syrie, sans risquer des représailles contre les troupes américaines présentes dans ce pays. La décision américaine serait ainsi une sorte de feu vert tacite donné aux Israéliens pour attaquer les positions iraniennes et celles du Hezbollah. À cela, les sources proches du 8 Mars répondent que les soldats américains sont encore présents en Irak et dans de nombreux pays arabes, et ils peuvent être des cibles pour une riposte iranienne en cas d’attaque israélienne. Mais cette hypothèse reste discutable, car attaquer les soldats américains en Syrie est une chose, puisque le pays est encore officiellement en guerre, alors qu’une telle attaque dans un autre pays en est une autre, et pourrait être considérée comme une déclaration de guerre, selon le droit international.

Par contre, les sources proches du 8 Mars se demandent si l’annonce du retrait américain de Syrie ne serait pas en fait une sorte de piège pour mettre la pression sur les autres forces étrangères présentes en Syrie, notamment celles de l’Iran, du Hezbollah et même des Russes. Selon ces mêmes sources, les Américains ont annoncé officiellement leur retrait d’Irak, pendant la présidence de Barack Obama, mais, en réalité, ils ont maintenu un nombre considérable de militaires dans le pays sous des couvertures diverses, dans l’enceinte de l’ambassade et même ailleurs. La décision de Donald Trump pourrait donc être du même genre et aboutir à un retrait officiel des troupes américaines, avec toutefois le maintien d’une présence militaire officieuse. En même temps, il s’agirait de mettre les forces iraniennes et alliées au pied du mur en rendant le maintien de leur présence en Syrie inutile et injustifié, relançant ainsi avec force le débat politique sur cette question précise.

Ce sont là des lectures préliminaires, et il est sans doute encore trop tôt pour évaluer les retombées de la décision de Trump sur le terrain en Syrie et sur les rapports de force dans ce pays. Ce qui est sûr, c’est que le Liban suit de près ces développements.


Lire aussi

Retrait américain de Syrie : Erdogan veut éliminer les jihadistes et les miliciens kurdes

Kurdes-USA : chronique d’un abandon non annoncé

Le retrait des États-Unis de Syrie, une aubaine pour l’EI ?

L'engagement américain en Syrie depuis 2011

Trump se désengage du Moyen-Orient, Poutine se réjouit

Retrait américain de Syrie : pourquoi et quelles conséquences ?



Le président américain Donald Trump l’avait déclaré à plusieurs reprises et il en avait même fait un des thèmes de sa campagne électorale. Toutefois, l’annonce du retrait imminent des troupes américaines de Syrie a quand même pris tout le monde de court, y compris les responsables militaires américains. Non seulement la décision a été prise rapidement et communiquée aux...

commentaires (4)

Pauvre US of yaLél! Pour les aider je suggère de leur envoyer nos valeureux politiciens, députés, ministres et ministrables, analystes et commentateurs... Ils remettront les USA sur pieds et ils nous f....eront la paix pour quelque temps...avant de nous retourner avec les marines et leurs sauce marinière... Je rêve oh mon dieu...

Wlek Sanferlou

15 h 43, le 22 décembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Pauvre US of yaLél! Pour les aider je suggère de leur envoyer nos valeureux politiciens, députés, ministres et ministrables, analystes et commentateurs... Ils remettront les USA sur pieds et ils nous f....eront la paix pour quelque temps...avant de nous retourner avec les marines et leurs sauce marinière... Je rêve oh mon dieu...

    Wlek Sanferlou

    15 h 43, le 22 décembre 2018

  • Il se pourrait bien que cela soit un effet d'annonce , qui cacherait des intentions plus obscures , quelles sont elles, si Mathis n'a pas été mis au courant ou si même il l'avait été sa démission prouve que cela ne lui convenait pas. Que le clown ait agi sur un coup de tête, sûrement il est habitué du fait, qu'il ait trahi les kurdes c'est possible et il n'en a rien à battre, mais que cela nuise aux usurpateurs de terre de Palestine, je me pose des questions sérieuses. Si ce retrait ne leur convenait pas, je pense que les jours du clown sont comptés à la maison Blanche, sinon 2 choses , soit l'usurpation n'a pas mieux que de lâcher du lest vis à vis de l'Iran la Russie etc... soit israel décidera d'aller seule au feu, ce que je doute tellement fort que je ne mettrai pas une pièce dans ce pari . LE CAMP DES RÉSISTANTS A LE VENT EN POUPE.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 44, le 22 décembre 2018

  • Pour moi c'est clair : Contrairement aux Russes, amis fidèles comme un roc sur lesquel on peut compter et s'appuyer , ces infâmes spéculateurs et calculateurs sordides d'amerloques ne pensent quà leurs interêts immédiats , et font tout pour les renforcer même immoralement et à la vue de tous ! Si aujourd'hui il y va de leur interêt de provoquer la hausse des prix du pétrole , alors qu'à cela ne tienne : Ils vont abandonner leurs proches , les écraser, les affamer les vendre , les trahir , provoquer encore un surplus de guerres meurtrières au Moyen-Orient entre toutes les factions afin de rendre plus restreinte la production petrolière , ce qui , tout en produisant une hausse des prix du petrole americain , laisse de plus la possibilité de fournir à ceux qui en auraient besoin encore plus d'armes sophistiquées made-in-USA aux prix les plus lucratifs pour l'industrie américaine qui n'a jamais éte aussi florissante ! Des profiteurs , littéralement .

    Chucri Abboud

    10 h 49, le 22 décembre 2018

  • UN RETRAIT AMERICAIN DE SYRIE TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD EST LE PRELUDE A UNE GUERRE REGIONALE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 07, le 22 décembre 2018