X

Moyen Orient et Monde

Kurdes-USA : chronique d’un abandon non annoncé

Décryptage

La décision de Donald Trump du retrait total des troupes américaines de Syrie a pris tout le monde de court et met en danger son allié.

21/12/2018

C’est un nouvel épisode qui renforcera certainement l’idée que les Kurdes ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Ce peuple, qui selon un adage n’a « d’amis que les montagnes », vient dans le prolongement de son histoire tout au long du XXe siècle de voir une nouvelle fois ses espoirs d’indépendance s’envoler.

L’annonce du président américain Donald Trump d’un retrait « total » des troupes américaines stationnées en Syrie a pris tout le monde de court, et certainement plus encore les forces kurdes, qui au-delà du sentiment d’avoir été trahis par leur allié voient le rêve d’un Rojava s’éloigner. Cette annonce pourrait mettre fin à plus de trois ans de coopération américano-kurde qui a permis à cette minorité, qui n’a pas clairement pris parti pendant le conflit syrien, de rêver à nouveau d’un territoire autonome.

Lorsque la troisième grande ville kurde de Syrie, Kobané, tombe aux mains des jihadistes de l’État islamique en octobre 2014, la bataille pour sa reprise va propulser les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), sortis victorieux, sur le devant de la scène. L’appui aérien des Américains aux Kurdes va progressivement évoluer vers un soutien accru dans le cadre de la coalition internationale dans la lutte contre l’EI, notamment lors de la formation des Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance kurdo-arabe) en 2015. Opérant essentiellement dans le Nord-Est syrien, ces forces ont participé à la libération de plusieurs grandes villes dont celle de Manbij et de Raqqa, ancienne capitale autoproclamée de l’EI en Syrie.

Maintenant que la bataille pour la reconquête est quasiment terminée, les Kurdes auraient appris en même temps que tout le monde la décision de Washington de retirer ses troupes. Ironie de l’histoire, alors que Donald Trump a estimé que l’EI est « vaincu », les Kurdes sont en ce moment même en train de mener des combats contre le groupe jihadiste retranché dans la province de Deir ez-Zor. Et le 26 septembre dernier, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, la sortie impayable de Donald Trump qui avait interpellé un journaliste de Kurdistan TV par un « Mister Kurd » avait fait le buzz sur les réseaux sociaux. À la question de savoir quelles seraient les relations des États-Unis avec les Kurdes après la chute de l’EI, le milliardaire américain avait alors répondu : « Nous essayons de bien nous entendre, nous nous entendons très bien avec les Kurdes. Nous essayons de les aider. N’oubliez pas, c’est leur territoire. Nous devons les aider. Je veux les aider. » De belles promesses qui se sont transformées mercredi, aux yeux des Kurdes, en poignard dans le dos...


(Lire aussi : Le retrait des États-Unis de Syrie, une aubaine pour l’EI ?)


1975 et Gerald Ford...

La versatilité des Américains dans l’alliance tactique avec les Kurdes syriens ne date toutefois pas d’hier. Cette alliance a dès le départ posé un problème insoluble pour Washington : leurs alliés kurdes du YPG sont une extension du PKK, considéré comme un groupe terroriste par les États-Unis et surtout ennemi numéro un de leur partenaire au sein de l’OTAN, la Turquie. Sous Barack Obama déjà, la crainte de se voir lâchés par leur puissant allié en faveur des Turcs hantait les FDS. Les déclarations contradictoires émanant de Donald Trump et au sein de l’administration américaine n’ont pas arrangé les choses. Un sentiment d’abandon qui s’est notamment propagé lors de la chute de Afrine, l’un des trois cantons semi-autonomes kurdes (une zone cependant en dehors de l’influence américaine), en mars 2018, au profit des forces pro-Ankara.

Les Kurdes font une nouvelle fois les frais du jeu géopolitique régional. « Les États-Unis ont fréquemment eu recours à des acteurs non officiels pour atteindre leurs objectifs et n’ont jamais hésité à les abandonner très soudainement si nécessaire », rappelle Dlawer Ala’Aldeen, président du Middle East Research Institute (MERI) et ancien ministre du Kurdistan irakien, interrogé par L’Orient-Le Jour. En 1975, le président Gerald Ford, sur les conseils de Henry Kissinger, avait abandonné les Kurdes irakiens, ce qui avait abouti à un effondrement quasi total de leur mouvement. « Les Kurdes se sont sentis trahis et il a fallu 20 ans de rebondissements avant que la confiance et les bonnes relations ne soient rétablies », ajoute M. Ala’Aldeen.

Washington a été le paravent des Kurdes syriens face aux velléités turques. Le retrait américain semble donner aujourd’hui un blanc-seing à Ankara qui menace depuis la semaine dernière de reprendre son offensive contre ces milices. Washington avait jusqu’ici fait en sorte de ménager la chèvre et le chou en conservant un partenaire efficace sur le terrain, les Kurdes, tout en essayant de garder de bonnes relations avec son allié turc au sein de l’OTAN. « Il était évident qu’un jour, les États-Unis devront choisir entre les Kurdes et la Turquie, et nous savions tous lequel choisirait l’administration Trump. La Turquie est stratégiquement beaucoup trop importante pour être ignorée par les États-Unis, alors que les Kurdes ne sont pas indispensables pour l’administration américaine », souligne Dlawer Ala’Aldeen.


(Lire aussi : Retrait américain de Syrie : pourquoi et quelles conséquences ?)


Fin de l’autonomie ?

Après avoir payé un lourd tribut dans la bataille existentielle qui les oppose au groupe jihadiste, les FDS ont fait part hier de leur intention de poursuivre l’offensive contre l’EI dans l’est de la Syrie. Elles ont toutefois mis en garde contre « un impact négatif sur la campagne antiterroriste » qui pourrait permettre à l’EI de se reconstruire. Un peu plus tôt dans la journée, les médias kurdes et l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) faisaient état de discussions au sein du commandement des FDS qui portaient sur l’éventualité de la libération de plus de 3 200 détenus membres non syriens de l’EI (combattants et familles).

Seule consolation, les deux autres grands partenaires des Américains dans la campagne de frappes aériennes contre l’EI depuis fin 2014, Paris et Londres, ont fait savoir qu’ils ne quitteront pas le territoire syrien et que par conséquent ils continueront à soutenir les Kurdes. « La lutte contre la menace globale de Daech (acronyme arabe de l’EI) se poursuit et s’inscrit dans la durée », a confirmé hier à L’Orient-Le Jour le porte-parole du Quai d’Orsay. Les deux principaux responsables politiques des zones sous contrôle kurde en Syrie, Riad Darar et Ilham Ahmed, seront notamment reçus aujourd’hui à Paris, a annoncé leur représentant en France. « Dans les semaines qui viennent, la France sera attentive à ce que la sécurité de tous les partenaires des États-Unis soit assurée, y compris les Forces démocratiques syriennes. La protection des populations du nord-est de la Syrie et la stabilité de cette zone doivent être prises en compte par les États-Unis pour éviter tout nouveau drame humanitaire et tout retour des terroristes », poursuit le porte-parole du ministère français.

Les Kurdes pourraient être rapidement contraints de se détourner de la lutte anti-EI afin d’assurer leurs arrières si la Turquie lance, comme elle menace de le faire, une nouvelle offensive contre eux. Alors que Washington reste évasif quant au calendrier du retrait de ses soldats, la coalition rebelle pro-Ankara, l’Armée nationale, semble sur les starting blocks pour en découdre avec les « terroristes du PYD ». « Nous ne savons pas s’il s’agit d’un retrait partiel ou total, et la Russie et l’Iran ont déjà dit la même chose dans le passé. Nous allons lancer avec la Turquie une opération militaire tout le long de la frontière syro-turque et assurer le contrôle sur 40 à 50 km de distance vers le centre », affirme le porte-parole de l’Armée nationale, Youssef Hammoud, contacté via WhatsApp. « Le retrait des États-Unis obligera les Kurdes à demander de l’aide, ce qui peut être difficile à trouver. Le régime syrien à lui seul n’est pas en position de les protéger face à la Turquie. Seuls l’Iran et la Russie peuvent offrir de l’aide, mais ils voudraient que les Kurdes concluent d’abord une alliance ou un accord avec le régime Assad », explique Dlawer Ala’Aldeen. « Le président Erdogan a dit à Donald Trump que la Turquie était plus que jamais partante et capable de reprendre la main dans la lutte contre l’EI, mais c’est totalement faux. Ankara ne s’intéresse uniquement qu’à sécuriser sa frontière et ne cherche qu’à supprimer les Kurdes. Les militaires américains savent qu’il n’y a pas d’autres forces autres que les FDS capables de sécuriser le Nord-Est syrien. Même le régime Assad et ses alliés n’ont pas les effectifs suffisants pour contrôler la totalité de l’Est syrien. Les forces régulières syriennes ont déjà un mal fou à parvenir à éliminer l’EI dans le désert », analyse Nicholas Heras, chercheur au Centre for a New American Security, contacté par L’OLJ.

Les Kurdes risquent de se retrouver confrontés au dilemme d’une guerre avec la Turquie ou d’un accord avec le régime, ce qui dans les deux cas serait probablement synonyme de la fin de l’autonomie. « Si les troupes US décident de procéder à un retrait progressif, cela permettra de garder des troupes proches de la frontière afin de prévenir une invasion turque. Les Américains discutent en ce moment sur comment approcher ce retrait tout en protégeant les FDS, en essayant de leur laisser la possibilité de parvenir à un bon accord avec Damas, qui permettra aux Kurdes de garder le contrôle de leur territoire », poursuit Nicholas Heras. « Ni Damas, ni Moscou et ni Téhéran ne considèrent les Kurdes syriens comme critiques pour leurs derniers matches. Il ne faut pas oublier que les trois aspirent depuis longtemps à chasser les États-Unis hors de Syrie, ce que la Turquie leur a finalement livré sur un plateau », conclut le chercheur kurde.


Lire aussi

Les Etats-Unis n'essaient pas de se "débarrasser d'Assad"

Malgré les Américains, Erdogan prêt à dégainer contre les Kurdes

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chammas frederico

Trump passe la main à Poutine et Rohani...les seuls intéressés par la Syrie utile
Et rabiboche ses relations tumultueuses avec Erdogan...dont le seul intérêt véritable est de s'ôter du pied...la grosse épine kurde..

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES CONNERIES TRUMPIENNES SE SUCCEDENT A UN RYTHME ACCELERE !

HABIBI FRANCAIS

Sortie de l accord sur le nucleaire,lachage des kurdes...KHAMEINI a raison en disant que les USA sont un allie sur lequel on ne peut pas compter.

FÊTE ACCOMPLIE

Abandon non annoncé mais BIEN ATTENDU.

LES COCUS DE L'HISTOIRE SONT TOUJOURS CEUX QUI NE VOULAIENT RIEN VOIR, NI RIEN ENTENDRE.

De toute façon bon nombre de ces abandonnés kurdes ont rejoint l'armée du héros BASHAR EL ASSAD.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : des contacts, mais pas encore de solution claire

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué