X

À La Une

Washington veut qu'Ankara achète son système antimissiles plutôt que le russe

Turquie/Etats-Unis

"Nous avons clairement prévenu la Turquie que l'achat potentiel du système S-400 russe pourrait remettre en cause" la vente à Ankara d'avions de chasse F-35 américains et l'exposerait à des sanctions de la part des Etats-Unis, affirme un porte-parole du département d'Etat américain. 

OLJ/AFP
20/12/2018

Les Etats-Unis ont approuvé mercredi la vente de leur système de missiles antimissiles Patriot à la Turquie, un geste visant à dissuader Ankara d'acheter le système concurrent russe au moment où Américains et Turcs tentent de surmonter leurs nombreux différends.

Dans un communiqué, le département d'Etat américain a annoncé avoir donné son feu vert à cette vente pour un montant de 3,5 milliards de dollars. Cette décision, qui peut encore faire l'objet d'une opposition du Congrès américain, se veut une "alternative" au système antimissiles russe S-400, qu'Ankara souhaite acheter malgré les mises en garde américaines, a expliqué à l'AFP un porte-parole de la diplomatie américaine. "Nous avons clairement prévenu la Turquie que l'achat potentiel du système S-400 pourrait remettre en cause" la vente à Ankara d'avions de chasse F-35 américains et l'exposerait à des sanctions de la part des Etats-Unis, a-t-il ajouté. "Les Etats-Unis ont longtemps expliqué qu'ils voulaient travailler sur la défense antiaérienne et antimissiles avec le Turquie, et lui ont proposé ces dernières années de prendre en considération le système Patriot, qui est compatible avec l'OTAN. Si la Turquie devait décider d'accepter cette proposition de vente, ce serait le meilleur choix pour les besoins de sa défense", a insisté ce porte-parole.


(Pour mémoire : Pourquoi la Turquie a-t-elle choisi d’acheter des missiles russes ?)



Nette détente
La balle est donc désormais dans le camp turc.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan estimait il y a encore quelques semaines que son pays avait "besoin" du système antiaérien russe S-400. Un accord d'achat en ce sens avait été conclu, mais les Américains ont redoublé de pressions pour s'opposer à cette transaction.

Les relations américano-turques, au plus bas cet été, se sont nettement détendues depuis que le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré en octobre par la justice turque après un an et demi de détention.
Les responsables turcs assurent que les autorités américaines examinent désormais attentivement leur demande d'extradition du prédicateur turc Fetullah Gülen, qu'ils accusent d'avoir orchestré le coup d'Etat manqué de 2016 contre le président Erdogan.

La Syrie reste un point de crispation entre les deux pays alliés au sein de l'OTAN. Recep Tayyip Erdogan a ainsi affirmé lundi sa détermination à se "débarrasser" des milices kurdes dans le nord de la Syrie si leur parrain américain ne les contraignait pas à s'en retirer. Ces combattants, alliés de Washington dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique, sont considérés comme des "terroristes" par Ankara, qui redoute de voir s'instaurer un embryon d'Etat kurde à ses portes, au risque de renforcer les velléités séparatistes de la minorité kurde en Turquie.

Or, Washington a annoncé mercredi le début du retrait des soldats américains déployés dans cette région, sans que l'on sache dans l'immédiat quelles seraient les conséquences pour ses alliés kurdes. La menace d'une offensive turque n'a en tout cas pas dissuadé Donald Trump dans sa décision de quitter la Syrie. "Retirer nos forces de Syrie met en danger nos alliés, les Kurdes", a prévenu le sénateur républicain Lindsey Graham.
Selon Charles Lister, du Middle East Institute, "Trump a peut-être bien donné son feu vert au président turc Erdogan lorsqu'ils se sont parlé au téléphone vendredi". Lors de cet appel, les deux dirigeants se sont mis d'accord pour une "coopération plus efficace" en Syrie.


Lire aussi
Retrait américain de Syrie : pourquoi et quelles conséquences ?

Confusion turco-américaine autour de l’extradition de Fethullah Gülen

Erdogan déterminé à "se débarrasser" des milices kurdes en Syrie

Erdogan et Trump veulent mieux se coordonner en Syrie alors qu'Ankara menace d'offensive

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Amusé....
Dans ces conditions ...
Deux styles de commentaire est possible. L'un sérieux et structuré pour démontrer l'infamie pour les deux parties, l'autre, c'est l'humour et c'est précisément ce que j'ai choisie.

Durant un siècle la Turquie prête à cirer les pompes de l'Amérique et toujours prête à plus ....si possible
Se montrer comme le soldat et le gardien des frontières contre les méchants russes... Et les soviets, moyennant les milliards de dollars annuels, les contrats juteux, le passage du pétrole par son sol et surtout, surtout le silence de l'occident au génocide et aux crimes contre l'humanité de 1915 perpétré par ce pays, le vol et spoliation des terres et biens appartenant aux armeniens, ainsi que les crimes qui l'ont suivi, contre les kurdes, l'occupation de Chypre et tant d'autres, programmes et massacres...sur son sol contre les minorités.

Un siècle plus tard. Les temps ont changé, et c'est l'Amérique qui émet une injonction au pays barbare de lui acheter des armes de destructions massives et dans le cas contraire elle le punie.

Faut-il chercher l'erreur ou éclater de rire ?

Effendi Erdog contre Trump star des téléréalités.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MARCHANDAGES POUR GULEN, POUR LES S400, POUR LES KURDES ET POUR LA SYRIE A LA CARTE... QUE PREND-ON ET QUE DONNE-T-ON ?

ON DIT QUOI ?

Problème de FAMILLE.

Mais celui qui porte la culotte n'est plus celui qu'on croit.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants