X

Liban

« 2019 sera l’année de la surveillance efficace », promet l’Inspection centrale

Lutte anticorruption

L’organisme de contrôle fait à nouveau état de dysfonctionnements et de fuites de deniers publics dans l’administration.


14/12/2018

La lutte contre la corruption entamée par l’Inspection centrale se poursuivra avec vigueur en 2019, a assuré hier Georges Attié, directeur de l’Inspection centrale, qui a annoncé par la même occasion la stratégie 2019 de l’organisme de contrôle qu’il dirige. M. Attié a indiqué, lors d’une conférence de presse, que les visites surprise sur le terrain allaient continuer et que des sanctions seront imposées qui pourraient aller jusqu’à la suspension des contrevenants.

« 2019 sera l’année des inspections et de la surveillance efficaces », a promis M. Attié, dont le programme entend s’attaquer à l’ensemble des secteurs de la fonction publique. « Nous effectuerons nos tournées nuit et jour et même les samedis dans les administrations qui travaillent le week-end », a-t-il promis. La semaine dernière, des inspecteurs ont effectué des visites inopinées dans plusieurs administrations, municipalités et ministères à travers le pays afin de relever les éventuels dysfonctionnements. Cette action s’inscrivait dans le cadre de la Journée internationale pour la lutte contre la corruption (9 décembre).

« D’après ce que j’ai remarqué sur le terrain, aucune administration n’a de stratégie. L’Inspection centrale veut donner le bon exemple à travers l’annonce de sa propre stratégie. Nous voulons qu’il y ait une réglementation pour le secteur public », a confié M. Attié à L’Orient-Le Jour. « J’ai demandé aux administrations qu’elles me fournissent des organigrammes pour comprendre leur travail et les services prodigués par chacune. J’ai également demandé à ce que l’on communique désormais, à l’intérieur du secteur public, par courriel et non par la poste, par souci de rapidité et d’efficacité », a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Contre la corruption, l’Inspection centrale met les bouchées doubles)


Le ministère de l’Éducation

Dans le cadre de ses observations sur le terrain, M. Attié a critiqué le ministère de l’Éducation, lui reprochant de réduire les horaires de travail des enseignants et de procéder à des recrutements « qui ne sont pas nécessaires ». M. Attié a également indiqué avoir découvert une dilapidation de l’argent public à hauteur de 30 000 dollars dans un lycée public.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, le ministre de l’Éducation, Marwan Hamadé, s’est défendu d’avoir effectué des recrutements dernièrement. « La loi 46 (de l’échelle des salaires, votée en août 2017) stipule qu’il ne peut y avoir de nouveaux contrats dans la fonction publique », a rappelé M. Hamadé. « L’Inspection centrale ne veut pas qu’on maintienne les contractuels. Or que faire lorsqu’il est interdit de recruter et que le gouvernement a refusé qu’on titularise ceux qui ont réussi dernièrement le concours de la fonction publique pour des raisons d’équilibre confessionnel ? s’est demandé le ministre. On se retrouve donc obligés d’essayer de pourvoir au manque d’effectifs en répartissant à nouveau les enseignants sur les écoles publiques et en remaniant leurs horaires. » « Si l’Inspection centrale estime qu’il y a des contrats illégaux, qu’elle nous dise lesquels », a encore lancé M. Hamadé qui a par ailleurs souligné que ses prédécesseurs « avaient recruté 13 000 enseignants pour pourvoir aux besoins des écoliers syriens accueillis par les écoles publiques ».

Georges Attié a par ailleurs annoncé « ne pas prendre le dossier du secteur de la santé à la légère ». « Nous allons observer les hôpitaux publics. Nous avons pu suspendre cette année des présidents de conseils d’administration et des directeurs généraux d’’hôpitaux pour des affaires de corruption », a-t-il dit.

(Lire aussi : Le CPL lance sa campagne anti-corruption)


Fuites des deniers publics

Concernant les horaires de travail dans la fonction publique, M. Attié a dénoncé l’absentéisme de certains fonctionnaires. « Ni la société ni l’économie ne peuvent s’accommoder de l’absence des fonctionnaires, surtout après l’adoption de la nouvelle grille des salaires », a-t-il souligné. Il a par ailleurs appelé les fonctionnaires à alerter leurs supérieurs si certaines opérations s’avèrent être contraires à la loi. « Si les supérieurs persistent dans leurs demandes par écrit, le fonctionnaire doit alerter l’Inspection centrale », a indiqué le directeur.

Georges Attié a également fait état de cas de fuite des deniers publics dans certaines administrations. « Lors de leurs tournées sur le terrain, les inspecteurs financiers ont remarqué que certaines caisses présentent des écarts énormes », a-t-il dit, donnant à titre d’exemple le cas d’une caisse qui contenait un surplus de 133 millions de livres, « qui pourraient être des pots-de-vin et que nous avons offerts au Trésor ». Il a également révélé avoir repéré un fonctionnaire en possession de 180 millions de livres puisées dans les deniers publics.

L’Inspection centrale a en outre demandé à être directement mise au courant des achats publics et du contrôle des dépenses publiques. Elle travaillera également à mettre en place une évaluation hebdomadaire du travail des directeurs généraux et des mohafez.


Pour mémoire
L’Inspection centrale suspend le responsable de l’hôpital gouvernemental de Jezzine

Recrutements irréguliers : des institutions déjà montrées du doigt

Corruption : il faut licencier la moitié des fonctionnaires, estime un juge

Inspection surprise à la DG de la planification urbaine: absentéisme et autres infractions

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

Si des petits fonctionnaires ont des sommes de 100000 dollars et plus detournes individuellement cela veut dire que nos 80 milliards de deficite sont une goute d'eau

Une facon de regler les problemes
1) chaque employe de gouvernement et chaque politician DOIT FAIRE UNE DECLARATION DE SA FORTUNE AU 1ER JANVIER DE 2019 , la sienne, celle de sa femme et de ses enfants
2) Doit accepter de livrer au grand public l'ensemble de ses com ptes en banque au Liban et a l'etranger

ON SERA SURPRIS DU NOMBRE DE FONCTIONNAIRES QUI DEMISSIONERONT ET SURTOUT DE POLITICIENS QUI NE VOUDRONT PLUS ETRE NI DEPUTES NI MINISTRE NI MEME POLITICIEN
En France chaque ministre doit declarer sa fortune et une quelconque erreur lui vaudra d'etre poursuivi en justice c'est pour cela que beaucoup de personalites requis pour un poste de ministre refuse la proposition probablement

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU TRAVAIL... PAS DE MOTS !

L’azuréen

C’est un sacerdoce !

gaby sioufi

devoir imperatif :
entrer dans les details/meandres de l'administration pub;ique ,
trouver la partie cachee de leurs reglements internes qui eux permettent et facilitent la corruption, reglements regissant les contrats avec les diverses parties privees.
je cite celle des fonctionnaires de petit & moyenne envergure/echelon , quant a celle des Plus haut Grades , politiciens & hommes d'affaires C,est une autre histoire.

Bambino

Bon courage à M. Attieh et à son équipe. Ils ont à entreprendre un travail d'Hercule: nettoyer les Ecuries d'Augias. Malheureusement tout le monde n'est pas Hercule.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué