X

Liban

Recrutements irréguliers : des institutions déjà montrées du doigt

Fonction publique

Ibrahim Kanaan a invité l’Inspection centrale et le Conseil de la fonction publique à mener l’enquête auprès des ministères et organismes publics.


16/10/2018

Deux députés membres de la commission parlementaire des Finances, Hassan Fadlallah (Hezbollah) et Eddy Abillama (Forces libanaises), ont condamné hier publiquement les graves dérives dans le processus de recrutement de fonctionnaires. Ils n’ont pas manqué de dénoncer l’embauche récente de nouveaux fonctionnaires sur base du clientélisme, alors que l’article 21 de la loi 46 (accordant aux fonctionnaires une nouvelle échelle de salaires) interdit clairement tout recrutement pour une période de deux ans et réclame un recensement détaillé des fonctionnaires.

Recrutés sans examen

À l’issue d’une réunion de la commission parlementaire qui planchait sur les médicaments contre le cancer, le député Fadlallah a ainsi révélé, lors d’une conférence de presse au Parlement, qu’avec le service de la dette publique et le déficit du secteur de l’électricité, les salaires de la fonction publique représentent l’essentiel des dépenses du budget de l’État. « Ce qui ne laisse que très peu pour les investissements », a-t-il constaté. Le député du Hezbollah a observé que « de nombreux fonctionnaires sont recrutés selon des critères clientélistes au bénéfice de certaines formations politiques, sans même avoir présenté l’examen de la fonction publique ». Et ce alors que près de 600 lauréats à ce même examen « n’ont toujours pas été embauchés ». « Il n’y a aucun contrôle, ni aucune surveillance », a-t-il regretté. Et pourtant, le dossier des recrutements irréguliers « porte atteinte au droit des jeunes à l’emploi au sein du secteur public, sur base de critères de compétence ». « Nul n’a le droit de recruter dans le public en dehors du cadre de la loi », a martelé Hassan Fadlallah, faisant même état d’« emplois fictifs » dans la fonction publique, sans donner davantage de précisions.

C’est au quotidien panarabe al-Hayat que le député Abillama a relevé ces atteintes à la législation. Rappelant l’appel de la commission parlementaire à interrompre le recrutement au sein de la fonction publique, il a observé que « les récents recrutements représentent un poids considérable pour l’État ». M. Abillama a estimé dans ce cadre que le nombre de fonctionnaires surnuméraires dans les administrations publiques et les ministères représente quasiment la moitié des fonctionnaires du secteur public, « entre 40 et 50 % », a-t-il précisé, ajoutant que le nombre de fonctionnaires dépasse largement le nombre d’employés du secteur privé, ce qui crée un « profond déséquilibre ». « La chose est d’autant plus grave que la majorité de ces fonctionnaires ne sont pas productifs », a-t-il martelé, affirmant que « ces dépenses plombent le budget de l’État ». Et le député des FL de montrer du doigt l’ensemble de la classe politique, qui est responsable de cet excédent de fonctionnaires depuis 50 ans. « La solution réside dans l’identification des fonctionnaires surnuméraires et non productifs, a insisté Eddy Abillama. Il faut donc licencier tous les fonctionnaires qui ne travaillent pas et les transférer au secteur privé. »

Les deux députés ont certes voulu alerter l’opinion publique. Sachant que la véritable bombe a été lancée en juillet dernier par le père Tony Khadra, responsable de l’association Labora, qui révélait que près de 2 000 fonctionnaires décédés recevaient toujours un salaire de l’État, alors que 20 000 fonctionnaires percevaient un salaire mensuel sans jamais se rendre à leur travail. Des informations prises au sérieux par la justice, qui a décidé de faire la lumière sur l’affaire.

Des preuves très bientôt

Mais en l’absence de statistiques officielles, impossible de vérifier ces dires. C’est « pour institutionnaliser le débat » et « résoudre le problème sur base de preuves officielles » que le président de la commission parlementaire des Finances, le député Ibrahim Kanaan, avait déjà invité le Conseil de la fonction publique et l’Inspection centrale à mener l’enquête auprès des administrations publiques et des ministères, révèle une source proche de la commission des Finances. Avec pour intention de « repérer les embauches récentes depuis début 2018, les fonctionnaires surnuméraires et les emplois fictifs, tout en déterminant les responsabilités des parties, des ministres et des personnalités politiques dans les processus illégaux de recrutement ».

« Une mesure d’autant plus urgente que « les salaires de la fonction publique représentent actuellement 30 % des dépenses de l’État », révèle la source. Quant au recrutement, « il se fait de manière insidieuse, sur base du clientélisme et non pas en fonction des besoins ou des compétences ». Et d’expliquer que les nouvelles recrues sont « embauchées par contrat par des personnalités politiques, sans passer au préalable l’examen de la fonction publique. D’abord recrutées pour quelques heures au besoin, elles voient leur contrat progressivement amélioré. L’État est alors mis devant le fait accompli et ces travailleurs finissent par réclamer d’être titularisés ».

Hier, à l’issue de la réunion, le député Kanaan a indiqué lors d’une conférence de presse que le rapport du Conseil de la fonction publique lui a déjà été remis et qu’il attendait celui de l’Inspection centrale. « Je consacrerai une séance à ce dossier, a-t-il promis. Nous ferons éclater la vérité et dévoilerons les infractions afin que tous en assument la responsabilité. » Sont déjà montrées du doigt des offices autonomes comme EDL, les Eaux, Ogero et quelques ministères… La liste promet d’être longue.


Lire aussi

Recrutements à Électricité de Qadisha : des députés du bloc FL s’en prennent au CPL

Cette année encore, l’État libanais ne lésinera pas sur les embauches

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Cela va faire bientôt...deux ans...!!!

qu'un LIBAN NOUVEAU ET FORT, sans corruption, nous est promis.

Personne, parmi nos responsables, du grand premier à Baabda au dernier...ne savait ou voyait ce qui se passait dans les ministères et organismes publics ?

Irène Saïd

Saliba Nouhad

Incroyable cette histoire mais très vraie et qui existe dans nos institutions depuis avant la guerre civile et à très large échelle carrément institutionnalisée!
Mais, pensez-y, comment ces messieurs au style féodal se font réélire et tiennent ces petites gens en otage pour leur réélection?
Par ce système de clientélisme abject aux frais de l’etat et utilisé à large échelle par la majorité de nos politiciens traditionnels... ça fait leur affaire et c’est pourquoi seulement aujourd’hui certains osent le dénoncer timidement.
De plus, et pensez-y, des dizaines de milliers de familles mourraient de faim si l’état couperait cette manne providentielle d’un coup: en somme, c’est comme si l’ état versait une assurance chômage forcée sans en avoir les moyens!
Non, je ne pense pas que ce sera demain qu’on aura des dénonciations à large échelle et qu’on arrêtera ces recrutements bidon tant que ce sont les mêmes politiciens corrompus qui reviennent au pouvoir!

Irene Said

Maintenant, nous attendons des actions concrétes et surtout rapides !
Irène Saïd

Homsy Christian

Ca c'est du travail de parlementaires, merci au deux députés. Puisse le gouvernement en formation en prendre de la graine!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU LIEU DE REDUIRE ON EMBAUCHE ET ON GONFLE LE MONSTRE DU SECTEUR PUBLIC CONTRAIREMENT AUX CONDITIONS DE CEDRE ET AU SAUVETAGE ECONOMIQUE DU PAYS... ET CROIT-ON A DES INVESTISSEURS ET DES DONATEURS IDIOTS ?

Claude AZRAK

Trop c'est trop ! Nous voulons du concret, des noms des contrevenants afin d'assainir nos administrations des sangsues et cancres.

Wlek Sanferlou

BRAVO!Aux députés Fadlalah et Abillmaa!
Du bon travail digne de députés!
Et surtout merci!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué