Moyen Orient et Monde

Emmanuel Macron va s’exprimer pour tenter de sortir de la crise

OLJ
10/12/2018

Le président Emmanuel Macron va s’adresser ce soir aux Français dans une intervention très attendue pour sortir de la crise des « gilets jaunes », dont la mobilisation toujours forte a donné lieu à de nouvelles violences et suscite des inquiétudes pour l’économie du pays.

Le chef de l’État s’adressera aux Français ce soir à 20h00 (19h00 GMT), a annoncé hier la présidence, sa première intervention publique depuis le 1er décembre. Il va présenter « des mesures concrètes et immédiates », selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui a cependant écarté tout « coup de pouce » supplémentaire au salaire minimum, le smic, une des revendications fréquentes de « gilets jaunes ». Dans la matinée, Emmanuel Macron recevra syndicats et organisations patronales, aux côtés des présidents d’associations d’élus, du Sénat et de l’Assemblée nationale. « Le temps du dialogue est là » et « il faut désormais retisser l’unité nationale », avait déclaré dès samedi soir le Premier ministre Édouard Philippe. Au niveau national, la mobilisation de ces Français modestes, née sur les réseaux sociaux et qui se traduit par des manifestations, barrages filtrants et sit-in, entre dans sa quatrième semaine et ne faiblit pas. Elle a réuni 136 000 manifestants samedi, selon la police.

Pour tenter d’éviter les scènes de guérilla urbaine du 1er décembre en plein cœur de la capitale, les forces de l’ordre ont procédé la veille à un nombre record de près de 2 000 interpellations sur l’ensemble du territoire français, dont une majorité à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. Dans la capitale, barricadée de manière exceptionnelle dans plusieurs quartiers stratégiques, les violences ont été sans commune mesure avec les scènes du samedi précédent, mais elles sont malgré tout graves : voitures brûlées, vitrines brisées, heurts entre manifestants et forces de l’ordre, tirs de gaz lacrymogènes en particulier sur la célèbre avenue des Champs-Élysées. Ces rassemblements ont fait « beaucoup plus de dégâts » matériels à Paris que ceux du 1er décembre, a ainsi relevé hier Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris. « C’est une catastrophe pour le commerce, c’est une catastrophe pour notre économie », a déploré hier le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire. Dans le commerce, le ministère de l’Économie a évoqué une baisse générale de l’activité, qui va d’au moins 15 % pour la grande distribution jusqu’à 40 % pour les petits commerces.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.