Rechercher
Rechercher

Économie

La Chine n’investira au Liban que si le pays a un « projet clair »

L’ambassadeur de Chine à Beyrouth, Wang Kejian, a une nouvelle fois rappelé hier que son pays était disposé à investir au Liban en général, à condition que le gouvernement libanais présente un « projet clair ». Le diplomate s’exprimait lors d’une rencontre à Tripoli avec une délégation composée de responsables politiques et d’entrepreneurs locaux.

Des officiels chinois ont affirmé à plusieurs reprises ces dernières années la volonté de la Chine d’intégrer le Liban dans son projet de nouvelle Route de la soie (initiative One Road, One Belt) : un vaste réseau de routes, voies ferrées, ports et sites énergétiques reliant l’Asie à l’Europe.

Deux mois plus tôt, le président chinois Xi Jinping avait en outre annoncé que la Chine était prête à accorder 20 milliards de dollars de prêts pour soutenir les économies de plusieurs pays du Moyen-Orient, dont le Liban, sans détailler la répartition de ce montant. L’ambassadeur chinois a, lui, évoqué hier une enveloppe de 15 milliards de dollars de prêts.

Premier fournisseur du Liban et déjà impliqué dans le développement de la zone portuaire de Tripoli, la deuxième plus importante du Liban après celle de Beyrouth, la Chine ne fait pas partie des contributeurs qui se sont déclarés à la CEDRE en avril dernier.

L’ambassadeur de Chine à Beyrouth, Wang Kejian, a une nouvelle fois rappelé hier que son pays était disposé à investir au Liban en général, à condition que le gouvernement libanais présente un « projet clair ». Le diplomate s’exprimait lors d’une rencontre à Tripoli avec une délégation composée de responsables politiques et d’entrepreneurs locaux.Des officiels...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut