X

Liban

Quand les patriarches catholiques d’Orient plaident pour l’égalité des chrétiens avec les musulmans

Communautés

Le congrès des prélats s’est tenu cette année à Bagdad.

Fady NOUN | OLJ
04/12/2018

La réunion « pour la première fois en Irak » (à Bagdad) du Conseil des patriarches catholiques d’Orient (CPCO) est « le signe parlant de la solidarité des patriarches catholiques orientaux avec ce pays, de leur liens avec ses chrétiens, un encouragement au retour des déplacés dans leurs villages et villes d’origine, et un message de refus de tout fanatisme, de tout extrémisme et de volonté de consolidation des valeurs de la vie commune ». Tel est le message central publié vendredi soir à l’issue de la rencontre à Bagdad du CPCO.

Le Conseil des patriarches catholiques d’Orient a tenu son congrès du 26 au 30 novembre au siège du patriarcat chaldéen à Bagdad, en présence des patriarches chaldéen, Louis Raphael Sako ; maronite, Béchara Raï ; copte-catholique, Ibrahim Ishak Sedrak ; grec-catholique, Youssef Absi ; syriaque-catholique, Ignace Joseph III Younan ; arménien-catholique, Krikor Bedros XX ; et de Mgr William Hanna Shomaly, évêque auxiliaire, représentant le patriarche des latins de Jérusalem, ainsi que de Mgr Alberto Ortega Martin, nonce apostolique en Jordanie et en Irak.

Le conseil s’est également félicité, dans son communiqué, de l’audience que le président irakien Barham Saleh a accordé à ses membres, ainsi que de la visite qu’il a rendu au Premier ministre nouvellement désigné, Adel Abdel Hadi.

Avec ces deux personnalités officielles, « des sujets intéressant l’Irak et le Moyen-Orient ont été soulevés » qui répondent aux aspirations du CPCO : égalité civique de tous les habitants d’un pays en droits et en devoirs (égalité civique) sur la base de la citoyenneté, et le retour des populations déplacées en Irak. Les patriarches citent également, parmi ces aspirations, l’instauration d’un État civil, soit l’État du droit et des institutions, et le respect de toutes les croyances, sans discrimination. Les patriarches se sont dit « satisfaits de ce qu’ils ont reçu comme assurance que les chrétiens ne sont pas une minorité mais une composante essentielle de la population de l’Irak ». Ils ont décidé de tenir leur prochain congrès au Caire, du 25 au 29 novembre 2019, à l’invitation du patriarche des coptes-catholiques.


(Lire aussi : Raï en Irak : Plus que jamais auparavant l’Orient a besoin d’une présence chrétienne)


Pensée ténébreuse

Dans leur communiqué final, les patriarches se sont engagés à « agir en commun dans le but d’assurer (aux jeunes Irakiens) les conditions nécessaires à leur maintien sur leur terre ».Ils l’ont fait en réponse « aux défis et difficultés qu’ils endurent dans la situation actuelle du Moyen-Orient, à l’origine d’une hémorragie humaine qui menace leur avenir et toute la présence chrétienne au Moyen-Orient ».

La réunion de Bagdad s’était inscrite, d’emblée, dans le sillage de l’assemblée spéciale du synode des évêques « Les jeunes et le discernement vocationnel » qui s’était tenue à Rome, en novembre dernier.

« Restez attachés à vos patries. Participez à leur édification. Nous sommes un petit nombre, mais nous sommes sel, lumière et levain. Nous sommes l’Église des martyrs », a encore lancé le CPCO aux jeunes chrétiens d’Irak et, par eux, à tous les jeunes chrétiens des pays du Moyen-Orient. « Édifiez vos patries aux côtés de tous vos concitoyens, participez aux souffrances et aux sacrifices de tous, pour leur progrès et leur prospérité. Faites l’histoire de vos patries aux côtés de vos concitoyens, quelles que soient les difficultés humaines ou circonstancielles que vous affrontez », a encore affirmé le CPCO, se félicitant de « l’atmosphère positive qui a commencé à prévaloir en Irak et qui s’est manifestée par l’élection d’un nouveau président et d’un nouveau Premier ministre, soulignant en particulier la nécessité d’extirper la pensée ténébreuse prônée par le groupe État islamique des esprits et des discours ».

« L’Irak est notre pays, c’est là que nous avons notre histoire, notre civilisation et notre culture », a encore lancé le communiqué, qui a ensuite adressé de paroles d’encouragement et des appels à l’endurance aux chrétiens de Syrie, du Liban (en souhaitant la formation d’un gouvernement au plus vite et au retour dans leur patrie des déplacés syriens), de Palestine, de Jordanie et d’Égypte.

En conclusion, les patriarches orientaux ont insisté sur le respect des libertés religieuses, citant à ce propos le pape émérite Benoît XVI affirmant : « La paix et la justice dans ce monde ne se réaliseront pas si nous ne respectons les libertés religieuses de tous. »


Lire aussi

Raï et les patriarches catholiques d’Orient réunis depuis hier à Bagdad

La Fondation maronite dans le monde à Rome : deux temps forts et des vérités glaçantes

L’Église maronite mise au défi de rester fidèle à sa vocation

Raï aux jeunes chrétiens : Ne désertez pas l’Orient

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE NOTER AUE LE TERME AU SENS FIGURE -RACISME ECCLESIASTIQUE- NE DEVRAIT PAS RESULTER A LA CENSURE DE LA REACTION...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU BIEN ET DU MAL C,EST LE SECOND QUI CARACTERISE L,HOMME... QUI A PERDU SON HUMANITÉ !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL Y MANQUAIT TROP D,AUTRES CHRETIENS POUR QUE LA VOIX SOIT SUBLIMEMENT CHRETIENNE ! LES ORGANISATEURS SONT QUALIFIES DE RACISME ECCLESIASTIQUE !

Sarkis Serge Tateossian

"Les patriarches catholiques d’Orient plaident pour l’égalité des chrétiens avec les musulmans"

Voilà où nous en sommes ...! (Même si au Liban la situation n'est pas comparables à l'ensemble des pays de la région, d'ailleurs ce mal, ces intolérances sont plus ou moins visibles selon les pays).

Tant de souffrances et parfois des persécutions subies par les chrétiens en orient et pourtant aucun pays musulman ne reconnaitra la moindre intolérance envers les minorités qu'elles soient chrétiennes ou autres ... Kurdes, Yazidis, druzes ...

Nul n'est méchant volontairement disait Socrate. Il pensait que le mal n'est qu'une erreur. Sans doute Socrate se trompait ... le mal est dans la volonté et non dans l'ignorance. Dans le cœur et non dans l'intelligence. Dans la haine, non dans la bêtise. Le mal est égoïsme, méchanceté, cruauté....

On excuse l'ignorant, mais on pardonne au méchant.

J'aimerais qu'un jour l'amour, la joie et la paix comblent les esprits et remplissent nos cœurs à nous tous, chrétiens, musulmans et toute l'humanité.

La haine finira par se tordre le coup et l'amour finira par triompher.

C'est émouvant de voir tous nos dignitaires religieux, (en tout cas catholiques, et je pense qu'il en est ainsi avec les autres confessions), se regrouper pour une cause juste, humaine, et spirituelle.

Grand respects à tous, spécialement à Monseigneur Ghabroyan qui a été il y a plus de 40 ans mon directeur d’école.

Longue vie à votre Excellence tous.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué