X

Liban

Raï en Irak : Plus que jamais auparavant l’Orient a besoin d’une présence chrétienne

Communautés

Les patriarches catholiques d’Orient reçus hier par le président Barham Saleh.


Fady NOUN | OLJ
29/11/2018

« Fonder des familles, résister à la tentation du départ, compter sur la présence de Dieu dans l’histoire, décider d’être des témoins du Christ. » C’est un appel passionné à ne pas déserter l’Orient et à faire preuve de force d’âme et de créativité que le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a lancé mardi soir à un groupe important de jeunes Irakiens, au cours d’une veillée de prière organisée en la cathédrale chaldéenne Saint-Joseph, à Bagdad, à l’occasion de la 26e réunion de la Rencontre des patriarches catholiques d’Orient (26-30 novembre), une rencontre dédiée aux jeunes, « signe d’espérance au Proche-Orient ».

Organisée au Vatican dans le sillage du synode des évêques d’octobre dernier sur « les jeunes, la foi et le discernement des vocations », la réunion des patriarches a débuté lundi 26 novembre par une messe célébrée par le patriarche d’Antioche des Syriens, Ignace Youssef III Younan, en la cathédrale syro-catholique Notre-Dame du Perpétuel Secours, théâtre de l’attentat terroriste meurtrier du 31 octobre 2010.

Le fait que la rencontre se tienne à Bagdad reflète les inlassables efforts déployés par le patriarche des chaldéens, Louis Raphaël Sako, pour rassembler son troupeau dispersé, lui insuffler un nouvel espoir et le ramener en terre d’Irak. Parmi les autres participants de la rencontre figurent le patriarche d’Alexandrie des coptes Ibrahim Isaac Sidrak, le patriarche d’Antioche des grecs-melkites Youssef Absi, le patriarche de Cilicie des arméniens Krikor Bedros XX Ghabroyan, Mgr William Shomali, représentant le patriarcat latin de Jérusalem, et Mme Souraya Becheelany, secrétaire générale du Conseil des Églises du Proche-Orient.

Les différents moments de la rencontre des patriarches ont été décrits comme étant « cordiaux, francs et courageux » par le patriarche Sako, dans un message parvenu à L’Orient-Le Jour en soirée. Elle donnera lieu, vendredi, à la publication d’un communiqué sur la situation des communautés chrétiennes au Proche-Orient.


(Lire aussi : La Fondation maronite dans le monde à Rome : deux temps forts et des vérités glaçantes)


Fonder des familles malgré tout

« Plus que jamais, l’Orient a besoin d’une présence chrétienne, pour porter à ce monde les valeurs de l’Évangile, a affirmé le patriarche Raï, s’adressant aux jeunes massés dans la cathédrale Saint-Joseph des chaldéens. Les difficultés que nous rencontrons ne justifient pas que nous quittions notre terre. Notre histoire, notre civilisation et notre culture sont plus grandes que cela (...), et ceci implique que nous sachions avec nos pasteurs et nos institutions, grâce aussi à votre créativité, renouveler notre enracinement et fonder des familles chrétiennes. »

Dans un Irak de plus de 30 millions d’habitants, vivaient 1,3 million de chrétiens au début du siècle, estime-t-on. Aujourd’hui, ils ne seraient plus que 250 000.

« La situation va certainement changer et le changement vient », a enchaîné le patriarche maronite, ajoutant que « le sang des martyrs et les larmes des innocents ne sauraient être versés en vain ; ils porteront certainement des fruits de vie nouvelle dans l’État et la société. Nous ne savons pas comment Dieu intervient dans nos vies, mais nous savons qu’il est le compagnon de route toujours présent, qui nous aide à faire le chemin en dépit de tous les obstacles. »

Au nombre des changements auxquels fait allusion le patriarche figure l’élection d’un nouveau président en Irak, Barham Saleh, et l’ouverture dont il vient de faire preuve en direction du Vatican, où il a été reçu par le pape François samedi dernier.


(Pour mémoire : Raï aux jeunes chrétiens : Ne désertez pas l’Orient)


Dans un communiqué publié à l’issue de cette visite, le souverain pontife et le président Saleh avaient insisté « sur la présence historique des chrétiens (en Irak), dont ils font partie intégrante, et la contribution significative qu’ils apportent à la reconstruction du tissu social ».

L’un des moments forts de la journée de mercredi a été l’audience accordée au Conseil des patriarches catholiques par le chef de l’État irakien. Les prélats en ont profité pour le féliciter après son élection, insistant sur le « vent d’espérance » que celle-ci, avec la formation d’un nouveau gouvernement et la visite au Vatican, ont fait souffler sur les chrétiens d’Irak, qui veulent croire à la possibilité d’un retour à la paix et à la stabilité dans leur pays.

Le président Saleh a informé ses visiteurs qu’il avait adressé une invitation officielle au pape à visiter l’Irak et à se rendre en Ur, patrie d’origine d’Abraham, un rêve que le pape Jean-Paul II n’avait pu réaliser.


Lire aussi

Raï et les patriarches catholiques d’Orient réunis depuis hier à Bagdad

L’Église maronite mise au défi de rester fidèle à sa vocation

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Sadam Hussein protégeait les chrétiens une fois sorti les chiites ont commencé à les massacrer, vous avez oubliez Hafez El Assad qui a bombardait les chrétiens à Achrafieh?

AIGLEPERçANT

Sans oublier d'ajouter que les "états islamiques et al qaida " etc... ne sont que des créations de l'occident sous influence de qui on sait , comme on sait la barbarie avec laquelle ils se sont comportés avec les chrétiens et certains musulmans .

Tandis qu'avec " ces autres" ces groupes barbares n'ont jamais levé le sabre . Intriguant quand même.

Sarkis Serge Tateossian

2 lignes dans cet article suffisent pour résumer parfaitement la chronologie en Irak comme ailleurs en orient.

"Dans un Irak de plus de 30 millions d’habitants, vivaient 1,3 million de chrétiens au début du siècle, estime-t-on. Aujourd’hui, ils ne seraient plus que 250 000."

Parmi tous les rites chrétiens les citoyens ne se sentant pas en sécurité ils quittent leur terre natale.

Sans les chrétiens, l'orient se sentira-t-il mieux, plus fort et plus épanoui ?

Que font les dirigeants musulmans pour plus de fraternité et de vivre ensemble envers les communautés chrétiennes autochtones ?

Bref : Quel est le projet pour un orient grandi, épanoui et apaisé ?

AIGLEPERçANT

On est tous bien d'accord avec ce que vous dites Patriarche .

Ceux qui pensent le contraire et qui ont oeuvré pour leur départ sont proches des occidentaux .
Rappelez vous comment vous avez été reçu par sarko et ce quil vous a dit .

Et rappelez vous les mots de Kissinger quand Il disait que les chrétiens n'ont rien à faire au moyen orient .

Merci patriarche.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESPERE EN LE RETOUR DES CHRETIENS SUR LEURS TERRES EST UN REVE CHER PATRIARCHE DANS CES GRANDS OCEANS D,INTOLERANCE QUI CARACTERISENT LA REGION DU M.O. !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants