X

Culture

Gounod, solennellement

Beirut Chants

« La messe solennelle » en l’honneur de sainte Cécile, patronne de la musique, en la cathédrale St-Georges des maronites, sonne le premier clairon des activités musicales du festival, cru 2018 (30 concerts !), tout au long du mois de la Nativité. Une œuvre somptueuse entre inspiration sacrée et tendre théâtralité.

01/12/2018

Dans l’écrin raffiné de la cathédrale Saint-Georges des maronites, résonnera, en ce soir du 1er décembre, une des œuvres les plus captivantes du compositeur de Samson et Dalila. Huit mouvements pour traduire tous les émois d’une foi qui, sans cesser de regarder la terre et ses créatures, n’en a pas moins l’œil sur un ciel où trône la gloire de Dieu.

Cette œuvre est la Messe solennelle du compositeur français Charles Gounod ; pour orchestre, ici l’Orchestre philharmonique libanais, dirigé par maestro Toufic Maatouk avec trois solistes – la soprane Valentina Mastrangelo, le ténor libanais Béchara Mouffarej (qui vient juste de triompher dans La Traviata à l’étranger) et la basse Nahuel di Pierro, chanteur argentin et mozartien accompli, ainsi que les chœurs mixtes de l’Université antonine et de l’Université Saint-Joseph, tous les deux placés sous la houlette de Yasmina Sabbah. Le premier et le dernier mot, pour cette édition 2018 de Beirut Chants, est revenu au chef d’orchestre Toufic Maatouk, cheville ouvrière et maître des choix des partitions pour ce chapelet d’évènements qui illumine le cœur des Libanais à l’approche des fêtes de fin d’année et dispense joie, paix et sérénité dans un centre-ville qui retrouve brusquement vie, animation et une certaine spiritualité…

En substance, pour cette soirée d’ouverture préparée avec méticulosité, le musicien, prêtre et maestro déclare : « Pour marquer le bicentenaire de la naissance de Gounod (1818-1893), j’ai choisi d’interpréter une des œuvres de ce compositeur emblématique de la musique sacrée française du XIXe siècle qui a joué un rôle fondamental et de premier plan dans la restauration de la musique liturgique. Cette messe est une véritable procession sonore empreinte d’une certaine théâtralité, et elle témoigne de la grande maîtrise du genre par le compositeur. Cette messe part du néopalestrinien pour aboutir au romantisme le plus moderne. Saint-Saens considéra que le pan sacré de l’œuvre de Gounod était celui qui méritait le plus de survivre à l’épreuve du temps, même si la postérité lui a préféré Faust et Roméo et Juliette… On a reproché à cette musique religieuse d’avoir plus souvent les accents de l’amour profane que ceux de l’adoration biblique. C’est que Gounod chante l’un et l’autre avec la même sincérité, celle d’une simple créature humaine face aux mystères de l’existence. »

Silence... dernière répétition avant que le public ne piaffe d’impatience. Plus d’une centaine d’instrumentistes, choristes et solistes attendent. La parole et la voix seront ce soir à Gounod...

* «  La messe solennelle » de Gounod sera donnée en la cathédrale Saint-Georges des maronites (centre-ville) à 20h précises.


Lire aussi

Un festival classique au cœur de Beyrouth pour rassembler les religions autour de la musique

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants