Rechercher
Rechercher

À La Une - Etats-unis

Washington met en garde contre la "menace" iranienne en "dévoilant" des armes

"Nous ne pouvons pas regarder une nouvelle version du Hezbollah émerger lentement dans la péninsule arabique", prévient Brian Book, le représentant spécial de la diplomatie américaine pour l'Iran.

Le représentant spécial de la diplomatie américaine pour l'Iran, Brian Hook, lors d'une conférence de presse dans la base militaire d'Anacostia, à Washington, le 29 novembre 2018. REUTERS/Al Drago

Les Etats-Unis ont "dévoilé" jeudi de nouvelles armes présentées comme des "preuves de la prolifération de missiles iraniens", et ont mis en garde contre la "menace" croissante que représente à leurs yeux l'Iran au Moyen-Orient.

Dans la base militaire d'Anacostia, à Washington, le représentant spécial de la diplomatie américaine pour l'Iran, Brian Hook, a tenu une conférence de presse au milieu de plusieurs roquettes, drones et autres fusils, là où le gouvernement américain avait déjà présenté il y a près d'un an les débris d'un missile iranien tiré, selon lui, par les rebelles houthis du Yémen vers l'Arabie saoudite. "Le soutien de l'Iran aux combattants houthis s'est accru" depuis un an, tout comme "l'inventaire dans cet étalage", a assuré le diplomate.

Au coeur de la présentation, un missile sol-air Sayyad-2C intercepté selon le Pentagone par les Saoudiens au Yémen, ainsi que des missiles guidés antichar fournis par Téhéran aux talibans afghans et saisis par l'armée afghane à Kandahar, toujours d'après Washington. Un drone Shahed 123 était également visible, ainsi que plusieurs autres armes fournies aux Etats-Unis par les autorités de Bahreïn.

Ces armes "illustrent l'étendue du rôle destructeur de l'Iran dans la région", a martelé Brian Hook en dénonçant "l'engagement constant de l'Iran à mettre toujours davantage d'armes entre les mains d'un nombre toujours plus important de milices alliées". "La menace iranienne grandit et les risques d'escalade dans la région s'accumulent", a-t-il insisté.



(Lire aussi : Vente d'un système de défense antimissile US à l'Arabie saoudite)


"Nouvelle version du Hezbollah"

Les Etats-Unis de Donald Trump ont fait de la République islamique leur principale bête noire et se sont retirés de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 sous la présidence de Barack Obama. Depuis, ils ont imposé des sanctions très sévères pour faire plier Téhéran. L'administration Trump organise régulièrement des présentations pour prendre à témoin l'opinion de ce qu'elle considère être le rôle "déstabilisateur" de l'Iran.

Brian Hook a ainsi profité de l'Assemblée générale de l'ONU en septembre à New York pour donner la parole devant les médias à d'anciens "prisonniers politiques" iraniens, et pour publier un rapport qui liste les "mauvais" comportements de Téhéran, dont une étonnante référence à la "destruction de l'environnement".

Jeudi, l'émissaire a mis l'accent sur la nécessité de résoudre les conflits au Moyen-Orient, et notamment au Yémen, au moment où des pourparlers de paix s'esquissent pour début décembre. Face aux rebelles houthis "financés, armés et entraînés" par Téhéran selon Washington, une coalition dirigée par l'Arabie saoudite et appuyée militairement par l'armée américaine soutient le gouvernement yéménite.

Pour mettre fin à ce soutien à Riyad, le Congrès américain menace de voter une résolution, qui a passé mercredi un premier obstacle malgré l'opposition du gouvernement de Donald Trump.

Face à la presse, Brian Hook a une nouvelle fois insisté sur le risque que l'Iran représente dans le conflit yémenite. "L'Iran n'a aucun intérêt légitime au Yémen si ce n'est celui d'étendre sa sphère d'influence et de créer un corridor de contrôle chiite", a-t-il dit. "Dans les mois qui viennent, il faudra faire attention à ne pas concéder à l'Iran un rôle d'acteur politique légitime au Yémen", car, selon lui, "les religieux à Téhéran vont exploiter la moindre ouverture pour prendre pied" dans le pays. "Nous ne pouvons pas regarder une nouvelle version du Hezbollah émerger lentement dans la péninsule arabique", a-t-il prévenu en référence du mouvement chiite soutenu par Téhéran au Liban.


Lire aussi

Khamenei plaide pour un renforcement de la Marine iranienne

Les allégations américaines sur des armes chimiques sont "dangereuses", selon Zarif

Rohani : Les sanctions américaines contre l'Iran n'ont eu aucun effet

Gilles Kepel : L’Iran n’a plus les moyens de sa politique dans la région

Comment Washington veut briser l’axe iranien au Moyen-Orient

Les Etats-Unis ont "dévoilé" jeudi de nouvelles armes présentées comme des "preuves de la prolifération de missiles iraniens", et ont mis en garde contre la "menace" croissante que représente à leurs yeux l'Iran au Moyen-Orient.Dans la base militaire d'Anacostia, à Washington, le représentant spécial de la diplomatie américaine pour l'Iran, Brian Hook, a tenu une conférence de presse...
commentaires (3)

Le pauvre Liban est déjà sous le joug du Hezbollah et de l'Iran

Eleni Caridopoulou

18 h 21, le 03 décembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le pauvre Liban est déjà sous le joug du Hezbollah et de l'Iran

    Eleni Caridopoulou

    18 h 21, le 03 décembre 2018

  • La véritable menace au moyen orient c'est israel, depuis sa création en 48 regardez où le monde arabe en est rendu, qu'on ne me dise pas que c'est à 100% de la faute des arabes . Et si on peut avoir des armes qui dissuaderaient ces criminels , elles sont la bienvenue . La preuve , on entend aboyer les prédateurs de plus en plus et on les voit réagir de moins en moins sur ceux qui les menacent réellement, cad l'Iran la Russie le hezb libanais de la résistance.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 09, le 30 novembre 2018

  • ET QU,EN FAIT-ON SI CE N,EST RENFORCER L,IRAN EN S,ATTAQUANT A L,ARABIE ?

    LA LIBRE EXPRESSION

    21 h 11, le 29 novembre 2018

Retour en haut