X

À La Une

En Syrie, un théâtre romain du IIe siècle a survécu à la guerre

Vestiges

L'ancienne ville de Bosra, célèbre aussi pour ses ruines byzantines, ses églises chrétiennes, ses mosquées et madrasas historiques, fait partie des six sites antiques de Syrie classés en 2013 par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial en danger.


OLJ/AFP/Maher AL MOUNES
25/11/2018

Devant les colonnes corinthiennes du théâtre romain de Bosra, dans le sud de la Syrie, des dizaines de jeunes posent pour une photo de groupe. Inscrit par l'Unesco sur sa liste du patrimoine mondial en péril, le site a survécu aux combats.

Pour prendre part à une visite de Bosra, organisée par une petite association syrienne sous le patronage du ministère du Tourisme, certains des 150 participants ont parcouru des centaines de kilomètres, à l'instar du jeune Abdel Aziz, venu d'Alep, la grande métropole du Nord. Perché tout en haut des gradins de pierre de ce théâtre datant du IIe siècle, l'étudiant de 23 ans ne cache pas sa stupéfaction. "Je m'attendais à le trouver détruit, mais il a échappé à cette guerre impitoyable", lance-t-il.

Depuis plus de sept ans, la Syrie est déchirée par une guerre qui a fait plus de 360.000 morts et contraint des millions de personnes à l'exil.

Le sud du pays où se trouve le théâtre de Bosra n'a pas échappé aux violences. Au terme d'une offensive militaire meurtrière et d'accords de reddition imposés aux rebelles, le pouvoir du président Bachar el-Assad a reconquis en juillet des zones qui étaient tombés dès 2012 aux mains des insurgés opposés à son pouvoir.

Même si le théâtre a survécu, les affrontements ont laissé des traces. Une partie des gradins semi-circulaires s'est écroulée. Des impacts de balles sont visibles sur l'imposant mur de scène, haut de plusieurs mètres, ainsi que sur les élégantes colonnes blanches coiffées de chapiteaux corinthiens.

"Le pourcentage des dégâts dans le théâtre ne dépasse pas les trois à cinq pour cent", assure toutefois le président du conseil local de la ville de Bosra, Wafi al-Douss.


(Pour mémoire : « L’humanité est en train de perdre des milliers d’années de patrimoine »)


"Icône" du sud
L'ancienne ville de Bosra, célèbre aussi pour ses ruines byzantines, ses églises chrétiennes, ses mosquées et madrasas (établissement islamique d'enseignement) historiques, fait partie des six sites antiques de Syrie classés en 2013 par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial en danger. "Le théâtre romain, bâti probablement sous l'empereur Trajan, avait ensuite été intégré à des fortifications plus tardives pour créer une puissante citadelle gardant la route de Damas", rappelle l'organisation onusienne.

Avant le début du conflit en 2011, le théâtre accueillait un prestigieux festival de musique, auquel la diva libanaise Fairouz avait participé. En 2004, l'orchestre philharmonique de la Scala de Milan y avait donné une représentation devant 4.000 spectateurs.

Les autorités ambitionnent d'effacer les traces de la guerre, mais aussi de faire revivre le festival, assure à l'AFP M. al-Douss. "Bosra, c'est l'icône du Houran", lance-t-il avec enthousiasme, utilisant le nom traditionnellement donné au sud syrien, devant les visiteurs prenant part à l'excursion organisée par la "Société syrienne d'exploration et de documentation". Les participants déambulent dans les gradins et se prennent en photo, tenant à la main un petit drapeau syrien.


(Pour mémoire : Près de 300 sites du patrimoine syrien touchés par la guerre)


Tourisme asséché
En 2010, le secteur touristique avait engrangé quatre milliards de dollars (3,5 milliards d'euros) de revenus, et représentait la deuxième source de devises étrangères du pays, derrière les exportations pétrolières, selon le Fonds Monétaire international (FMI). Avec la guerre, cette manne s'est "totalement asséchée", selon la même source. Et tout au long du conflit, plusieurs sites archéologiques ont souffert de pillages et de destructions.

En 2015, le groupe Etat islamique (EI) avait ainsi saccagé Palmyre, la "perle du désert", un site antique de plus de 2.000 ans inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité. Palmyre, mais aussi la vieille ville d'Alep et le château du Crac des chevaliers, font notamment partie des sites classés en danger par l'Unesco.

A Bosra, Manal est venue avec sa petite fille de sept mois, Arij: "On ne peut pas voyager à l'étranger, c'est pas grave, on va faire du tourisme en Syrie".


Pour mémoire

Pour sauver le patrimoine culturel de la Syrie...



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Orgueil et obscurantisme détruisent l'autre et ses œuvres...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST QU,AUCUNE HYDRE N,EST PASSEE PAR LA... PAR CHANCE.

Stes David

"Je m'attendais à le trouver détruit" - ca serait une bonne chose de tous les partis dans un conflit de respecter les sites archéologiques. Respecter des sites occidentales comme le théatre romain mais aussi des sites musulmans. Je pense par exemple au sort triste de la mosqué à Mosoul en Iraq qui - véritable crime - a été détruit (la grande mosquée al-Nouri). Malheureusement l'homme n'a souvent pas de respect pour les autres cultures, pensons que les Romains eux-mêmes normallement détruisaient tous les sites locaux pour remplacer avec leurs propres bâtiments. 2000 ans plus tard on répète les mêmes erreurs. J'éspère que en Syrie on peut préserver patrimoine romaine mais aussi patrimoine arabe (les sites de Damas par exemple).

AIGLEPERçANT

Tout sera recouvert par la force et la détermination d'un peuple qui refusera de subir cet horrible COMPLOT d'une COALITION internationale contre LE HÉROS BASHAR EL ASSAD et de ses alliés.

Le complot est dans ses derniers soubresauts.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants