Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Bassil et Riachi solidaires de Carlos Ghosn

"L'enquête est importante. Ça ne sent pas bon", a écrit le ministre sortant de l'Information sur twitter. 

Le bâtisseur de l'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, détenteur de la nationalité libanaise, a été mis en détention préventive à Tokyo. REUTERS/Regis Duvignau

Les ministres libanais sortants des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et de l'Information, Melhem Riachi, se sont montrés mardi solidaires du bâtisseur de l'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, détenteur de la nationalité libanaise, mis en détention préventive à Tokyo. M. Ghosn est accusé d'avoir dissimulé au fisc japonais une part importante de ses confortables revenus.

M. Bassil a demandé à l'ambassadeur du Liban à Tokyo, Nidal Yehya, de suivre l'affaire et rencontrer M. Ghosn pour s'assurer de son état de santé et des moyens dont il dispose pour se défendre des accusations portées contre lui. M. Bassil se tiendra aux côtés de M. Ghosn, l'une des réussites de la diaspora libanaise, en s'assurant qu'il sera jugé dans les règles, selon un texte du ministère repris par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).


(Portrait : Carlos Ghosn, la chute d'un symbole)


M. Riachi de son côté a appelé le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, à "intervenir au plus vite auprès du gouvernement japonais" dans l’affaire.  "L'enquête est importante. Ça ne sent pas bon", a écrit M. Riachi sur son compte twitter en rappelant que M. Ghosn est d'origine libanaise. 


Lâché de toutes parts, Carlos Ghosn, considéré à 64 ans comme l'un des plus puissants capitaines d'industrie au monde, est toujours détenu à Tokyo, où il a été arrêté lundi en descendant de son jet privé. 

Le conseil d'administration de Renault a désigné mardi soir le numéro deux de l'entreprise Thierry Bolloré pour assurer l'intérim de Carlos Ghosn, qui reste PDG malgré sa mise en détention au Japon sur des soupçons de malversation, sur fond d'interrogations quant à l'avenir de l'alliance avec Nissan et Mitsubishi. Si M. Ghosn garde pour l'instant formellement son poste chez Renault, le conseil d'administration de Nissan se prononcera sur le limogeage de son président jeudi matin. Mitsubishi Motors (MMC) entend également le "démettre rapidement".

Le parquet japonais reproche au Franco-Libano-Brésilien d'avoir "conspiré pour minimiser sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015", en ne déclarant que 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d'euros) contre près de 10 milliards de yens sur la période.


Lire aussi

Carlos Ghosn et le Liban : une histoire de racines et d'affaires

L’acquisition de la maison de Carlos Ghosn à Beyrouth en question

Cinq choses à savoir sur Carlos Ghosn, patron dans la tourmente

Rémunération de Carlos Ghosn : l'éternelle polémique

L'alliance Renault-Nissan menacée après l'arrestation de Ghosn

Les ministres libanais sortants des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et de l'Information, Melhem Riachi, se sont montrés mardi solidaires du bâtisseur de l'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi, Carlos Ghosn, détenteur de la nationalité libanaise, mis en détention préventive à Tokyo. M. Ghosn est accusé d'avoir dissimulé au fisc japonais une part importante de ses confortables...
commentaires (4)

L,HISTOIRE EST LOUCHE. ON SAVAIT SES REMUNERATIONS DES LE DEBUT. POURQUOI MAINTENANT ? QUELQUE CHOSE CLOCHE DANS TOUT CA !

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

09 h 44, le 21 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • L,HISTOIRE EST LOUCHE. ON SAVAIT SES REMUNERATIONS DES LE DEBUT. POURQUOI MAINTENANT ? QUELQUE CHOSE CLOCHE DANS TOUT CA !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    09 h 44, le 21 novembre 2018

  • Il y a beaucoup d’ingratitude de la part du Japon et de nissan .

    L’azuréen

    09 h 32, le 21 novembre 2018

  • “M. Bassil a demandé à l'ambassadeur du Liban à Tokyo, Nidal Yehya, de suivre l'affaire et rencontrer M. Ghosn pour s'assurer de son état de santé et des moyens dont il dispose pour se défendre des accusations portées contre lui. M. Bassil se tiendra aux côtés de M. Ghosn, l'une des réussites de la diaspora libanaise, en s'assurant qu'il sera jugé dans les règles, selon un texte du ministère repris par l'Agence nationale d'information” M. Bassil vous etes vraiment un homme génial. Très certainement le Ministre des Affaires Etrangères dont nous revions tous surtout que vous avez reserve le meme traitement gracieux à (l’oublié) Nizar Zakka et les centaines de libanais dans les geoles syriennes!

    Khalil Masri / MASRI HOLDING

    06 h 27, le 21 novembre 2018

  • Pour que le public libanais comprenne bien la "situation au Japon" ...(le dossier Carlos Ghosn) Nous avons un grand patron de génie qui vient redressé la plus importante marque de construction d'automobile dans ce pays .... Chaque année ce patron encaisse environs 11 millions de dollars et il déclare que la moitié ... dit-on ! Le fisc japonais, qui possède comme tout pays industrialisés des unités d'inspection et de contrôle des plus grands contribuables du pays ne voit rien ... ni la première année, ni la 2éme, ni la 3ème .... ainsi de suite ... Un bout jour le "conseil d'administration de Nissan" décide de "voir" le manque à gagner au fisc et "alerte" les contrôleurs aveugles du fisc japonais .... A la descente de son avion, un beau matin le patron de génie se fait embarqué par la police nippon devant une horde de journaliste et des équipes de TV venus, pour consommer l'irréparable ... et mettre le monde devant le fait accompli ! Ghosn a volé le fisc japonais... sur la UNE On oublie soudain que ce type n'a pas ménagé ses efforts pour transformer en moins de dix ans, l'épave Nissan, en Fléron de l’industrie automobile mondiale! (des milliards en jeu) Quelle ingratitude !

    Sarkis Serge Tateossian

    01 h 24, le 21 novembre 2018

Retour en haut