Arabie Saoudite

Meurtre de Khashoggi: Trump ne veut pas écouter l'"horrible" enregistrement

 "Je sais exactement ce qui s'est passé (...) c'était très violent, très brutal et horrible", affirme le président américain. 


Le président des Etats-Unis Donald Trump a une nouvelle refusé de se prononcer sur l'éventuelle responsabilité du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane dans l'assassinat de Jamal Khashoggi. AFP / SAUL LOEB

Le président des Etats-Unis Donald Trump a affirmé qu'il disposait de l'enregistrement du meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d'Istanbul début octobre, mais qu'il ne souhaitait pas l'écouter car son contenu est "très violent". Le locataire de la Maison Blanche a une nouvelle fois refusé de se prononcer sur l'éventuelle responsabilité dans cet assassinat du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, 33 ans, mettant en avant les dénégations de ce dernier.

Vendredi, depuis la Californie, il a assuré qu'un "rapport complet" sur ce dossier lui serait remis dans les jours à venir. "Nous avons l'enregistrement, je ne veux pas l'écouter (...) car c'est un enregistrement de souffrance", a-t-il déclaré dans un entretien à Fox News diffusé dimanche. "J'ai été intégralement briefé, il n'y aucune raison pour que je l'écoute", a-t-il poursuivi. "Je sais exactement ce qui s'est passé (...) c'était très violent, très brutal et horrible".

Réfugié aux Etats-Unis après être tombé en disgrâce à Riyad, Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre par des agents saoudiens dans le consulat de son pays à Istanbul. Cette affaire au retentissement mondial a considérablement terni l'image du royaume sunnite, allié historique de Washington et premier exportateur mondial de pétrole. L'Arabie saoudite a, à plusieurs reprises, changé sa version officielle sur ce qui était arrivé au journaliste une fois franchie la porte du consulat.

Mi-novembre, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait annoncé avoir partagé, notamment avec Riyad, Washington, Paris et Berlin, des enregistrements réalisés dans le consulat au moment du meurtre.

M. Erdogan a plusieurs fois affirmé que l'ordre de tuer M. Khashoggi avait été donné "aux plus hauts niveaux de l'Etat" saoudien. Il a écarté la responsabilité du roi Salmane, mais la presse et des responsables turcs anonymes ont incriminé son fils, le prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS".


(Lire aussi : Meurtre de Khashoggi : Riyad veut tirer un trait, mais la crise pourrait perdurer)


"MBS vous a-t-il menti?"

Selon le Washington Post et le New York Times, la CIA a conclu que "MBS" avait commandité l'assassinat de M. Khashoggi. Le département d'Etat a assuré samedi que les Etats-Unis n'avaient, à ce stade, abouti à aucune "conclusion définitive" sur les responsabilités dans ce meurtre.

Le prince, qui conteste toute implication, "vous a-t-il menti", a demandé le journaliste de Fox News au président des Etats-Unis? "Je ne sais pas. Qui peut véritablement savoir?", a répondu M. Trump. "Il m'a dit qu'il n'avait rien à voir avec cela. Il me l'a dit peut-être cinq fois, à différentes occasions, y compris il y a quelque jours", a-t-il ajouté.

Rappelant que les Etats-Unis avaient annoncé des sanctions financières ciblées contre des responsables saoudiens, il a aussi longuement insisté sur le fait que l'Arabie saoudite était un allié précieux. "Je veux rester avec un allié qui, à de nombreux égards, a été excellent", a-t-il dit. "Ils sont un allié véritablement spectaculaire en termes d'emplois et de développement économique", avait-il déjà souligné samedi. "Je suis président, je dois prendre beaucoup d'éléments en compte".

Pour parvenir à ses conclusions, rapporte le Washington Post, la CIA s'est notamment appuyée sur un appel entre Jamal Khashoggi et le frère du puissant prince héritier, ambassadeur saoudien aux Etats-Unis. Selon le quotidien, ce dernier, Khalid ben Salmane, a conseillé au journaliste de se rendre au consulat saoudien à Istanbul, lui assurant qu'il ne lui arriverait rien.

Le Washington Post, pour lequel collaborait M. Khashoggi, ajoute qu'il avait passé ce coup de téléphone à la demande de son frère. Khalid ben Salmane a très rapidement réfuté avec fermeté ces allégations. "C'est une accusation grave qui ne devrait pas être laissée à des sources anonymes", a-t-il écrit sur Twitter, assurant n'avoir jamais discuté d'un voyage en Turquie avec le journaliste.





Lire aussi

A Istanbul, prière funéraire en hommage à Khashoggi

Meurtre de Khashoggi : ce que l'on sait sur les suspects saoudiens



Le président des Etats-Unis Donald Trump a affirmé qu'il disposait de l'enregistrement du meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d'Istanbul début octobre, mais qu'il ne souhaitait pas l'écouter car son contenu est "très violent". Le locataire de la Maison Blanche a une nouvelle fois refusé de se prononcer sur l'éventuelle responsabilité dans cet assassinat du prince...

commentaires (12)

L'éternel conflit entre deux conceptions deux gouvernances : Ahl al-mandar... D'un côté et, Ahl al-wabar ... De l'autre. On finira par voir un jour le bout du tunnel.

Sarkis Serge Tateossian

22 h 08, le 18 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • L'éternel conflit entre deux conceptions deux gouvernances : Ahl al-mandar... D'un côté et, Ahl al-wabar ... De l'autre. On finira par voir un jour le bout du tunnel.

    Sarkis Serge Tateossian

    22 h 08, le 18 novembre 2018

  • Mais si mais si il y a tjrs des traces tout comme les traces prouvées et averrees du régime syrien gazant son peuple !!

    Bery tus

    21 h 08, le 18 novembre 2018

  • Franchement personne ne peut avoir été témoin d'un ordre donné par le "puissant" l'héritier charcutier et tortionnaire, mais qui aurait envie de présenter un type comme ça à sa maman ? Les dirigeants responsables de ce monde devrait avoir honte de se le trimballer. Qu'il reste dans son désert et gouverne son royaume reclus sous une tente en peau de chameau climatisée.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 40, le 18 novembre 2018

  • Et alors ... oui c’st Un crime horrible ... oui c’est à condamner avec la peine capitale ... et NON MR ERDOGAN VOS ENREGISTREMENT ET TOUT CE QUE VOUS AVEZ n’implique PAS MBS ... comme pronostiquer !! On sait tous que c’est un levier de pression que presque tous les pays occidentaux presse sur MBS ... oui il est autoritaire oui il est le fils préférer du roi mais non il N’est certainement pas idiot au pont de donner son accords sur le Meurtre EN TURQUIE ... car il sait très bien qu’apres le coup d’état raté tout est surveillée même les ambassades et cela n’est pas nouveau ARRÊTEZ DE CROIRE LES MÉDIAS TURQUE ET MENE CERTAIN MÉDIA INTERNATIONAUX !! Ce cas n’est pas comme le cas Assad ou lui les preuves pleuvent comme la pluie et à plusieurs fois massacrer son propre peuple avant même que DAESH NE FUG CRÉER PAR LES ISLAMISTE QU’IL A LUI MÊME LIBÉRÉ DE PRISON ET ÇA MÊME LA RUSSIE LE SAIT

    Bery tus

    18 h 18, le 18 novembre 2018

  • Il y a une presse indépendante puissante et une opinion publique qui a compris. Donc il est cuit sauf si la source du journal , qui n’est pas constitué d’amateurs et de fantasques, est bidon. Ce qui serait très étonnant vu la réputation du WP et les nombreuses sources diplomatiques et journalistiques qui vont dans le même sens. les faits sont donc quasi avérés. Les problemes actuels sont multiples : qui va lui succéder , quid de la politique arabe au MO et sur les nombreux fronts et quel sera l’impact sur le prix du pétrole ? S’il reste aux commandes , sa crédibilité sera nulle au regard du monde et cela va desservir le royaume même s’il tiens toutes les commandes et élimine tous ceux qui s’élèvent contre lui. Si Trump tente le forcing , ce sera pareil. Ça tiendra 6 mois et ça va céder ; ils le savent en Arabie saoudite. Quant a la Turquie, Erdogan a beau s’exiter , sa crédibilité est quasi inexistante pour l’instant . Pour ce qui est de l’iran , elle peut un petit peu souffler et c’est wait and see .

    L’azuréen

    12 h 44, le 18 novembre 2018

  • A force de mélanger les mêmes ingrédients à tous les plats, on se lasse de toujours retrouver les mêmes saveurs... pourtant d'autres existent, faut juste les chercher...et on trouve ! Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 59, le 18 novembre 2018

  • Comclusions, oui, mais pas définitives ! Hahaha... sacré administration... préparent -ils une sortie de secours à MBS..?

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 54, le 18 novembre 2018

  • Le fanatisme est l'aveuglement le plus abouti. Seul le fanatisme empêche de faire le lien entre ce crime horrible de l'affaire khashoggi et l'implication directe de la Turquie.

    Sarkis Serge Tateossian

    11 h 38, le 18 novembre 2018

  • LES INTERETS PREVALERONT. ON TROUVERA TOUJOURS UN BOUC EMISSAIRE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 23, le 18 novembre 2018

  • " juste DONNEZ moi le temps qu'il me faudra pour vous enfumer, fox " . Voilà ce que ce clown vient d'exprimer. Je vous donne sa réponse dans 2 jours , elle sera: nous avons pris des sanctions contre 17 personnes impliquées ET S'IL LE FAUT NOUS EN PRENDRONT CONTRE D'AUTRES, NOUS AMÉRICAINS ON NE JOUE PAS AVEC LES PRINCIPES DÉMOCRATIQUES. Et il continuera en disant , "allez petit ""puissant" prince héritier charcutier carry on your job , kill more arabe, please !

    FRIK-A-FRAK

    11 h 14, le 18 novembre 2018

  • Ma grosse crainte serait que trump-pète le clown déséquilibré mental américain vienne nous annoncer que dans le fond c'est la Turquie qui aurait commis ce crime avec erdo à la manoeuvre . Ou mieux les services secrets iraniens auraient envoyé le hezb libanais de la résistance dans l'enceinte du consulat avec 2 jets privés et du matos pour demembrer ce pauvre journaliste . Disons , à supposer que ce ne fut pas le prince héritier charcutier tortionnaire dit le " puissant" prince qui aurait commandité expressément ce crime , mais la décence serait qu'il démissionne et qu'il se mette de côté de la politique bensaoud . Par égard à son pays et à sa responsabilité de ne pas avoir "pu" empêcher ce carnage dont on voit à présent les photos sur tous les réseaux sociaux . Quand est ce qu'on va arrêter de nous prendre pour des perdreaux de la dernière pluie ?

    FRIK-A-FRAK

    10 h 49, le 18 novembre 2018

  • Des négociationsm âpres et intenses sont en cours... Pour savoir si MBS accepte ou pas la baisse des prix du pétrole et certains nombre d'autres conditions .... Relatives aux conflits moyens orientaux ... Et selon les réponses obtenues par les americains, Trump décidera qui était le commanditaire du meurtre de khashoggi. Ce qui nous ramène à l'évidence. L'affaire khashoggi était un complot préparé par Ankara dans un but bien précis de faire tomber MBS et la diplomatie saoudienne. Et la CIA est elle innocente dans cette affaire ? La question se pose ...

    Sarkis Serge Tateossian

    09 h 40, le 18 novembre 2018