Arabie saoudite

Meurtre de Khashoggi : Riyad veut tirer un trait, mais la crise pourrait perdurer

Ankara a jugé « insuffisantes » les dernières indications du royaume.

Un agent de sécurité devant le consulat saoudien à Istanbul, le 28 octobre dernier. Murad Sezer/Reuters

L’Arabie saoudite essaie de tirer un trait sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, mais reste sous étroite surveillance internationale et confrontée à des défis, notamment aux États-Unis et en Turquie, estiment des analystes. Jamal Khashoggi, un critique du pouvoir saoudien, a été tué le 2 octobre par des agents saoudiens dans le consulat de son pays à Istanbul, une affaire au retentissement planétaire qui a terni l’image du royaume, premier exportateur mondial de pétrole.

Jeudi, le bureau du procureur général saoudien a disculpé le prince héritier Mohammad ben Salmane, réclamant la peine capitale contre cinq des 11 suspects non identifiés en détention selon lui. Allié historique de Riyad, Washington s’est empressé d’annoncer des sanctions contre 17 Saoudiens impliqués dans l’affaire, anticipant des mesures plus sévères contre le royaume de la part d’un Congrès américain visiblement remonté, selon des experts.

L’Arabie saoudite a changé plusieurs fois son récit de l’assassinat du journaliste, niant d’abord avoir connaissance de sa localisation avant d’affirmer qu’il avait été tué lors d’une « rixe ». Dans la dernière version présentée par le bureau du procureur général, une équipe de 15 agents est allée en Turquie pour ramener « de gré ou de force » Khashoggi au pays, mais l’opération a mal tourné, et il a été brutalisé et « drogué » avant que son corps ne soit « démembré ».

Les noms de trois proches du prince Mohammad ont été cités dans les enquêtes en Turquie et en Arabie saoudite. « Le gouvernement (saoudien) accélère son enquête et ses poursuites contre des suspects pour désamorcer toute escalade potentielle de la part de la Turquie et du Congrès américain », a estimé le cabinet d’analyse Eurasia Group, ajoutant que le pouvoir est en « mode crise ».

Dissimulation

Le comité éditorial du Washington Post, journal auquel collaborait Jamal Khashoggi, a dénoncé hier les contradictions apparentes dans le récit saoudien, accusant l’administration américaine de Donald Trump d’être complice d’une « dissimulation saoudienne ». « Le Congrès devrait suspendre toute vente militaire et coopération avec Riyad jusqu’à ce qu’une enquête internationale crédible soit terminée », a-t-il déclaré.

L’Arabie saoudite a rejeté les appels en faveur d’une enquête internationale.

« Il semble que la pression américaine ne disparaîtra pas de sitôt, a déclaré Steffen Hertog, professeur associé à la London School of Economics. À part des sanctions sur les ventes d’armes – auxquelles Trump résistera –, ce que le Congrès peut faire n’est pas tout à fait clair. Des sanctions directes contre le prince Mohammad semblent peu probables, tout comme des sanctions financières. »

Mais les tentatives saoudiennes de réduire au silence ou d’écarter de hauts fonctionnaires impliqués dans le meurtre pourraient avoir des effets contraires, selon des experts. « Il est très risqué pour le prince de menacer de mort ceux qui semblent suivre des ordres, a déclaré Bessma Momani, professeure à l’Université de Waterloo (Canada). Cela pourrait créer des éléments incontrôlés au sein des services secrets qui protégeraient leurs intérêts personnels avant d’exécuter des ordres. »

Ankara a jugé « insuffisantes » les dernières indications du royaume. Et le journal turc Hürriyet a fait état d’autres éléments qui contredisent la version saoudienne du meurtre, dont un second enregistrement audio.

« Les Saoudiens pensent qu’avec le temps, les gens oublieront l’affaire qui ne sera bientôt plus sous les projecteurs, a déclaré Mme Momani. Les enregistrements audio sont le dernier levier dont disposent les Turcs (..) qui ont clairement fait savoir qu’ils les partagent largement. » La position d’Ankara dépendra potentiellement de « ce qu’elle obtiendra en échange » du silence, selon l’experte.

Jeudi, le département d’État américain a déclaré que Washington continuait d’étudier la demande turque d’extradition du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d’avoir orchestré le putsch manqué de 2016.

Selon la chaîne NBC, cela s’inscrit dans un effort diplomatique pour que M. Erdogan réduise la pression sur Riyad dans l’affaire Khashoggi.

Anuj CHOPRA/AFP


L’Arabie saoudite essaie de tirer un trait sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, mais reste sous étroite surveillance internationale et confrontée à des défis, notamment aux États-Unis et en Turquie, estiment des analystes. Jamal Khashoggi, un critique du pouvoir saoudien, a été tué le 2 octobre par des agents saoudiens dans le consulat de son pays à Istanbul, une affaire...

commentaires (3)

MAIS L,ENQUETE DU PROCUREUR GENERAL SAOUDITE EST UNE RIGOLADE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

13 h 11, le 17 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • MAIS L,ENQUETE DU PROCUREUR GENERAL SAOUDITE EST UNE RIGOLADE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 11, le 17 novembre 2018

  • LE SEMBLANT DE CRISE VA PERDURER TELLE UNE EPEE DE DAMOCLES AU DESSUS DE LA TETE DE MBS PAR TRUMP POUR SERVIR A REGULER SES COMPORTEMENTS POLITIQUES ET GARANTIR SA SUBORDINATION SANS FAILLE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 46, le 17 novembre 2018

  • C'est pas parce que l'affaire est relatée en fond de page qu'elle aura perdu de son importance . LA CIA A CARRÉMENT MUS EN VAUSE LA PARTICIPATION ACTIVE DE L'HERITIER CHARCUTIER. PARLEZ EN SANS FAUSSE HONTE SVP , IL Y A MORT D'HOMME, JE DIRAI MÊME DE LA FAÇON LA PLUS HORRIBLE DU MONDE, COMMENT PEUT ON DORMIR EN PAIX APRÈS UNE TELKE ATROCITÉ IMMONDE. ET ÇA NOUS PARLE À LONGUEUR DE JOURNÉE D'HUMANITÉ ET D'HUMANISME. ....

    FRIK-A-FRAK

    08 h 33, le 17 novembre 2018