Rechercher
Rechercher

À La Une - reportage

En Irak, un mystérieux mal décime les carpes de l'Euphrate

"Il y en a qui disent que c'est un virus, d'autres que ce sont des produits chimiques", rapporte Hussein Faraj, en balançant un cageot de poissons morts aux écailles argentées hors d'un de ses bassins.

Deux Irakiens naviguent entre des poissons morts dans le fleuve de l'Euphrate, le 2 novembre 2018, près du village de Saddat al-Hindiya. Photo AFP / Haidar HAMDANI

A la surface de l'eau, des milliers de carpes flottent retournées, l'oeil vitreux: depuis quelques jours dans la province irakienne de Babylone, les pisciculteurs ne récoltent plus que des poissons morts, touchés par un mystérieux mal qui remonte l'Euphrate.

"Il y en a qui disent que c'est un virus, d'autres que ce sont des produits chimiques", rapporte Hussein Faraj, en balançant un cageot de poissons morts aux écailles argentées hors d'un de ses bassins.

Comme lui, dit-il à l'AFP, tous les pisciculteurs de sa localité de Saddat al-Hindiya attendent "que le gouvernement apporte une solution ou qu'il fasse analyser l'eau" où sur des kilomètres flottent des bancs de poissons sans vie qui s'accrochent à des déchets et à des branches flottantes.


(Lire aussi : À Bassora, le Chatt el-Arab est devenu « un poison, comme Daech »...)


"Un vrai mystère"

"Cette eau pourrait bientôt nous empoisonner nous aussi", s'alarme l'homme, alors que la question de l'eau polluée a déjà provoqué une crise sanitaire sans précédent en Irak, surnommé en arabe le "pays des deux fleuves", le Tigre et l'Euphrate.

Cet été, quelques 100.000 personnes avaient été hospitalisées, à l'autre bout de l'Euphrate, dans la ville méridionale de Bassora, pour avoir bu de l'eau, infectée par la pollution et l'eau salée du fleuve du Chatt al-Arab.

A Bassora aussi, cette eau polluée avait fait des ravages chez les pisciculteurs forçant nombre d'entre eux, asphyxiés par les dettes, à jeter l'éponge.

Pour Jaafar Yassine, à la tête de la direction locale de l'Agriculture de Saddat al-Hindiya, 90% des poissons d'élevage sont déjà morts alors que personne n'a toujours aucune idée de ce qui les a tué. "Cette maladie est un vrai mystère. Et elle est incontrôlable", affirme-t-il à l'AFP.

Les pertes pour cette petite localité sur l'Euphrate, à 80 kilomètres au sud de Bagdad, se chiffrent déjà "en milliards de dinars irakiens", soient des centaines de milliers de dollars, ajoute-t-il.

Le pisciculteur Hussein al-Husseini estime avoir perdu "80.000 dollars" (environ 70.000 euros) dans son exploitation où en temps normal 50.000 carpes s'ébattent dans 28 bassins. "Il faut que le gouvernement nous dédommage", lance l'homme, cheveux noirs de jais et barbe fournie soigneusement taillée.

Anas Nohad, l'un de ses collègues, perd lui aussi patience quand il évoque les efforts des mois passés partis en fumée et "les centaines de milliers de dollars" de dettes contractés.

"J'avais 70.000 poissons dans ces bassins, tous sont morts aujourd'hui", s'époumone-t-il en pointant du doigt les dégâts. "Où est-ce que je vais trouver des poissons maintenant?", se lamente-t-il encore.


(Lire aussi : Entre guerres, sécheresse et concurrence régionale, les dix plaies du palmier d'Irak)


"Tout le monde mange du poisson"

"Tout le monde mange du poisson ici", affirme-t-il, alors que l'Irak s'enorgueillit d'avoir pour plat national la carpe grillée, appelée le "masgouf" en arabe.

Et la pisciculture "fait vivre beaucoup de monde et beaucoup de familles", poursuit l'homme, dans un pays qui produit chaque année 29.000 tonnes de poisson, majoritairement des carpes, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture

La province de Babylone n'est pas la seule touchée. A Diwaniyah, à 80 kilomètres plus au sud encore, les poissons morts se comptent aussi par milliers.

En charge de l'Agriculture dans cette province, Safa al-Janabi affirme à l'AFP que la concentration des poissons dans les bassins n'a fait qu'aggraver les pertes.

"Un seul élevage a été touché et 56.000 poissons sont morts, soient 120 tonnes", explique-t-il.

Vendredi, le ministère de la Santé a annoncé poursuivre ses tests d'échantillons d'eau et de poissons morts. Mais, a-t-il d'ores et déjà affirmé, "aucun cas de maladie contractée après avoir consommé du poisson n'a été signalé" auprès des consommateurs, tout en précisant surveiller de près les étals des marchés de poisson.

Pour Yahya Meri, qui dirige la clinique vétérinaire de Babylone, le mystère persiste. "Les tests, dit-il, n'ont jusqu'ici pas prouvé que l'eau avait été empoisonnée".

Une seule chose est sûre, assure-t-il, c'est que "cette maladie a frappé d'un coup" le pays des deux fleuves. Et qu'elle l'a fait "durement".


Lire aussi

A Bassora, l'eau salée et polluée détruit tout sur son passage

Au "pays des deux fleuves", la sécheresse met à l'agonie bovins et éleveurs

A Mossoul débarrassée de l'EI, les filles se jettent joyeusement à l'eau

A la surface de l'eau, des milliers de carpes flottent retournées, l'oeil vitreux: depuis quelques jours dans la province irakienne de Babylone, les pisciculteurs ne récoltent plus que des poissons morts, touchés par un mystérieux mal qui remonte l'Euphrate."Il y en a qui disent que c'est un virus, d'autres que ce sont des produits chimiques", rapporte Hussein Faraj, en balançant un cageot...

commentaires (4)

La fin du monde est proche...

HABIBI FRANCAIS

11 h 59, le 04 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La fin du monde est proche...

    HABIBI FRANCAIS

    11 h 59, le 04 novembre 2018

  • Ca sonne comme le sort triste de l'esturgeon d'Europe et l'esturgeon noir, qui a connu une forte régression par surexploitation et à cause de la pollution, qui l'a conduit au bord de l'extinction en Europe. Pourtant dans des peintures médiévalles et antiques ce poisson était très présent.

    Stes David

    10 h 30, le 04 novembre 2018

  • L'homme et ses absurdités... Pollutions, vengeance ... Allez savoir. Les innocents en seront toujours les victimes.

    Sarkis Serge Tateossian

    10 h 06, le 04 novembre 2018

  • QUOI D,AUTRE QUE LA POLLUTION EXTREME ?

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    08 h 29, le 04 novembre 2018

Retour en haut