X

À La Une

Au World Policy Conference, le Liban s'illustre par un... couac

Gouvernance mondiale

Le Liban est porteur d’un espoir, celui de partager un idéal humaniste, déclare Aoun dans un message lu par un employé marocain de l'ambassade du Liban au Maroc.


26/10/2018
C’est en présence de plus de 200 personnalités d’horizons divers, venant d’une quarantaine de pays, que s’est ouverte vendredi matin à Rabat la 11e session de la Conférence sur la gouvernance mondiale (World Policy Conference, WPC), à l’initiative de l’Institut français des relations internationales (IFRI).

Cette séance inaugurale a été notamment marquée par un couac libanais. Invité d’honneur de cette rencontre prestigieuse, qui poursuivra ses travaux jusqu’à dimanche, le président Michel Aoun devait être représenté par le ministre sortant de la Justice Selim Jreissati, qui devait donner lecture du message, en français, du chef de l’Etat. M. Jreissati a toutefois préféré ne pas faire le déplacement, afin de suivre de près les tractations en vue de la formation du gouvernement. Les services de la présidence ont alors décidé que le message du général Aoun serait lu par l’ambassadeur du Liban au Maroc, Ziad Atallah. Sauf que celui-ci est anglophone et ne pouvait donc pas lire le texte qui a été finalement présenté aux conférenciers par un employé marocain de l’ambassade ! Le conseiller du président de l’IFRI Thierry de Montbrial, Riad Tabet, avait pourtant déployé des efforts soutenus afin que le Liban soit à l’honneur au cours de cette conférence…  

En tout état de cause, le message, très succinct, du chef de l’État souligne, d’entrée de jeu, que le Maroc, « terre de rencontre, d’histoire, de beauté et de traditions, poursuit sa marche vers la modernité, sous la conduite de Sa Majesté (le roi Mohammed VI) qui régule, commande et arbitre pour que le vivre ensemble perdure dans le présent et l’avenir de tout un peuple ». « Cette conviction de vivre ensemble entre cultures, civilisations et religions différentes continue de nous inspirer, nous Libanais, souligne encore le message du président Aoun. Elle a fait du Liban plus qu’un pays, plutôt un message pour l’Orient comme pour l’Occident, comme l’a décrit Sa Sainteté le Pape Jean Paul II ».

Après avoir rappelé qu’il avait lancé l’an dernier à la tribune des Nations Unies une initiative pour faire du Liban « un centre mondial de dialogue inter-religieux, interculturel et interracial », le chef de l’État s’est demandé comment le monde pourrait « retrouver un ordre mondial qui permettrait à nos enfants de vivre dans un monde pacifique, prospère, plus juste et mieux gouverné ». « Le Liban, conclut le message, ne manquera pas de prendre part à ces débats, car il demeure porteur d’un espoir : celui de faire vivre et partager un idéal humaniste qui unit les peuples ».


(Lire aussi : Le Liban candidat pour accueillir l"Académie de rencontre et de dialogue entre les hommes", annonce Aoun)


Thierry de Montbrial

Au début de la séance inaugurale, le président de l’IFRI, Thierry de Montbrial, a prononcé une allocution dans laquelle il a notamment souligné que « plus on avance dans le XXIe siècle, plus ses contradictions éclatent ». « Bien des promesses de la révolution technologique qui nous submerge entrent dans le champ de la réalité, a relevé M. de Montbrial. On parle de quatrième révolution industrielle, mais ce dont il s’agit est une métamorphose sans précédent historique et d’une toute autre ampleur que celles du passé ».

Après avoir souligné que « le monde d’hier marque toujours notre présent de son empreinte », le président de l’IFRI a poursuivi en déclarant : « la technologie, disaient certains, allait abolir les frontières et favoriser l’avènement rapide d’une mondialisation heureuse ». « Au lieu de quoi, a-t-il ajouté, on assiste à une exacerbation des réalités nationales qui nous renvoie irrésistiblement aux deux siècles passés ». M. de Montbrial a d’autre part affirmé qu’à son avis, « le phénomène géopolitique des trente prochaines années sera la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis ». Et de souligner à ce propos que « la direction actuelle de l’Empire du Milieu n’hésite pas, contrairement à celles qui l’ont précédée, à affirmer haut et fort des objectifs de puissance ».

En conclusion, le président de l’IFRI a dénoncé « le retour dans la politique internationale à une violence qui n’est pas seulement verbale, mais bel et bien réelle, dans les comportements d’un nombre croissant d’Etats », soulignant par ailleurs que « la vague d’islamisme politique, qui n’a cessé de grossir depuis quatre décennies, continue d’étendre ses ravages dans les terres musulmanes et partout ailleurs ».

La séance inaugurale a été marquée en outre par des discours du Premier ministre de Côte d’Ivoire, Amadou Gon Coulibaly, et de Sa Sainteté Bartholomée  1er, archevêque de Constantinople. Les séances de l’après-midi porteront sur les thèmes suivants : les migrations et l’avenir du multiculturalisme ; préparer les enfants et les jeunes à l’emploi au 21e siècle ; religion et politique en Chine ; et le Moyen-Orient. 


Pour mémoire

Message de Aoun à l’ouverture, ce matin, de la WPC 2018 à Rabat

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Kelotamam

Pauvre Liban ?

Kelotamam

Pauvre Liban ! Desolant

Nadim Nehme

A quand un Ambassadeur Armenien en Turquie? Mouahahahaha.

Ziad Gabriel Habib

Comment est-ce possible? Notre ambassadeur au Maroc ne parle pas Français? OK, la Francophonie perds du terrain, ça on le sait mais à ce point? Ou alors, c'est peut être une formation au Français par immersion? Si c'est ça, alors c'est pardonné mais notre ambassadeur semble être mauvais élève quand même!

Antoine Sabbagha

Un ambassadeur anglophone dans un pays francophone ? Vraiment on ne sait plus qui choisir .

Talaat Dominique

le Liban est a l'honneur, dans les 2 sens
un ambassadeur anglophone au Maroc...
mais ce que je ne comprend pas , c'est un employé MAROCAIN de l'ambassade qui a lu le message
il y a pas d'employés libanais francophones à l'ambassade ??????

Eleni Caridopoulou

Ce n'est pas très intelligent de la part de l'état Libanais d'envoyer un ambassadeur anglophone dans un pays francophone c'est dingue.

Houri Ziad

Franchement..il faut etre c.. Pour nommer un ambassadeur anglophone au Maroc...ce monsieur est certainement pistonner par un de nos glorieux politiciens ..bande de guignols..

ACQUIS À QUI

Un bon couscous arrangerait bien les choses.

Sarkis Serge Tateossian

Humour :
Imaginez la scène. En Libanais....

- Mon cher Karim je t'envoie au Maroc nous présenter .. Tsir safirna yaani
Tu parles combien de langues ?

- eeeeh... Anglais, arabe

-basss ?

- eeh

Tayeb yalla meshyi alhal.
Bassita.

Remy Martin

Les décideurs Libanais sont à ce point incultes pour ne pas savoir qu'on ne nomme pas un ambassadeur anglophone dans un pays arabo-francophone ? Il sembble que oui. Hélas.

IMB a SPO

Nul, ya khayyeh, nul!

Cadige William

Regrettable !

Irene Said

Un couac de plus ou de moins...
ne changera rien, mais confirmera une fois de plus l'excellente réputation de nos super-responsables de ce pauvre pays victime de leur nullité qui augmente continuellement !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS CHANTONS LA OU NOUS ALLONS LES BIENFAITS DE L,ENTENTE ET DU VIVRE ENSEMBLE TOUT EN NOUS NOUS DONNONS EN EXEMPLE... OR A LA MAISON NOUS NOUS COMPORTONS EXACTEMENT AU CONTRAIRE... NOUS NOUS ENTENDONS EN COMPROMIS QUE NOUS NE RESPECTONS PAS... ET UNE COMMUNAUTE EXERCE SA MAINMISE SUR TOUTES LES AUTRES !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué