X

À La Une

La France condamnée à l'ONU pour l'interdiction du voile intégral

Droits de l'homme
Reuters
23/10/2018

La France a porté atteinte aux droits de deux femmes musulmanes qui ont été verbalisées pour le port du voile intégral, ou niqab, a jugé mardi le Comité des droits de l'homme de l'ONU.
Pour le Comité, dont l'avis est publié dans un communiqué, "l'interdiction généralisée du niqab était une mesure trop radicale" et ce, même si "les Etats peuvent exiger des individus qu'ils découvrent leur visage dans des circonstances spécifiques dans le cadre de contrôles d'identité". Il avait été saisi en 2016 de deux plaintes émanant de Françaises condamnées quatre ans plus tôt "pour avoir porté en public des vêtements qui avaient vocation à couvrir tout leur corps, y compris leur visage" en violation d'une loi votée en 2010.

"Le Comité a été d'avis que l'interdiction générale à caractère pénal que la loi française impose à ceux qui portent le niqab en public a porté atteinte de manière disproportionnée au droit des deux plaignantes de librement manifester leur religion", lit-on dans le communiqué. Il juge de plus que "la France n'a pas suffisamment expliqué en quoi l'interdiction du port de ce vêtement était nécessaire" et dit ne pas avoir "été convaincu par les arguments avancés par la France, selon lesquels l'interdiction de dissimuler le visage était nécessaire et proportionnée pour des raisons de sécurité et visait à assurer le respect du principe du 'vivre ensemble' dans la société."

Le Comité a également conclu que "l'interdiction ne permettrait pas de protéger les femmes portant le voile intégral mais aurait l'effet contraire de les marginaliser en les confinant chez elles en leur fermant l'accès aux services publics".

Cité dans le communiqué, le président du Comité, l'Israélien Yuval Shany, a déclaré que "ces décisions ne portent pas atteinte au principe de laïcité et ne visent pas à promouvoir une coutume, que nombreux au sein du Comité, y compris moi-même, considérons comme une forme d'oppression contre les femmes". Selon lui, "une interdiction généralisée à caractère pénal ne permet pas d'assurer un équilibre raisonnable entre l'intérêt général et les libertés individuelles".

Les avis du Comité des droits de l'homme de l'ONU, qui réunit 18 experts indépendants, n'ont aucun caractère contraignant. Mais il dit attendre de la France qu'elle lui envoie un "rapport de suivi" dans un délai de 180 jours "sur les mesures prises pour mettre en œuvre la décision du Comité qui demande, entre autres, la compensation des plaignantes et la prise de mesures visant à éviter que des cas similaires se reproduisent à l'avenir, y compris en révisant la loi incriminée." 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

On se frotte les yeux et on croit rêver !

L'ONU, qui a été incapable depuis la création d'Israël de faire appliquer ses lois et résolutions dans ce pays...
aujourd'hui, via un "Comité des droits de l'homme de l'ONU" et son président (un Israélien...!...) Yuval Shany...se permet de donner des leçons à la France concernant l'interdiction du voile intégral sur son territoire.

Comme le Général de Gaulle avait raison de qualifier l'ONU de "machin"...et encore ce mot était trop gentil !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE SUGGERE QU,A L,ONU CE COMITE DES DROITS DE L,HOMME, HOMMES ET FEMMES VIENNENT EN HIJAB AVEC SEULEMENT LES YEUX VISIBLES ET QU,ON NOUS DISE QUI... EST... QUI !
DE LA MASCARADE !

DAMMOUS Hanna

La crédibilité de ce Conseil des droits de l'homme de l'ONU
En 2015 l'Arabie saoudite fait campagne auprès du groupe Asie du Conseil des droits de l'homme pour devenir son représentant et y parvient. Par conséquent, en septembre 2015, l'Arabie saoudite accède à la direction du panel du Conseil des droits de l'homme de l'ONU qui est l'objet d'une tournante parmi ses cinq représentants.
Kofi Annan affirme que « la politisation a miné ses sessions à un tel point que la crédibilité déclinante de la commission fait une ombre sur la réputation du système des Nations unies dans son ensemble »

gaby sioufi

l'ONU en tant que tel n'a jamais encore souffert d'un acte terroriste,
meme le plus minime.
FAUDRA T IL en subir quelques uns pour devenir lucide et cesser de no.us casser les pieds ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué