X

À La Une

Des sites culturels célèbres, dont Tyr, menacés par le changement climatique en Méditerranée

environnement

Une étude parue dans Nature communications établit un indice de ces trésors culturels en fonction de leur exposition aux risques liés à la montée de la mer d'ici la fin du siècle.

OLJ/AFP
16/10/2018

Venise, la basilique patriarcale d'Aquilée, Tyr, ou encore Ephèse : ces sites autour de la Méditerranée, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, sont menacés par la montée de la mer, indique une étude parue mardi dans Nature communications.

L'étude, menée par l'université de Kiel en Allemagne et l'université de Southampton en Angleterre, établit un indice de ces trésors culturels en fonction de leur exposition aux risques liés au changement climatique d'ici la fin du siècle.

Il en ressort que Venise et son lagon, la ville de la renaissance de Ferrare, la cité de la renaissance et la basilique patriarcale d'Aquilée en Italie se placent en tête de liste. Ces sites se situent en bordure de la mer Adriatique où la menace de la montée des eaux est particulièrement forte, selon un communiqué de l'université de Southampton. Venise s'enfonce dans la lagune de 10 centimètres par siècle à cause de l'augmentation du niveau de la mer "due à la progression du delta et à la compression des sédiments", a déjà alerté l'Unesco par le passé. Au XXe siècle, elle a perdu 10 à 13 cm supplémentaires à cause des industries qui prélevaient de l'eau dans la nappe phréatique.

Les vestiges archéologiques de Tyr au Liban, l'ensemble archéologique de Tarragone en Espagne et Ephèse en Turquie sont les plus menacés par l'érosion côtière.

Selon cette étude, 37 sites risquent actuellement de subir une inondation centennale et 42 sont menacés par l'érosion. D'ici le siècle prochain, seuls deux sites de la région, la médina de Tunis et l'ensemble archéologique de Xanthos-Letoon en Turquie, échapperaient à la menace des inondations et de l'érosion.

Ces sites de l'Unesco "font face à de nombreux défis pour s'adapter aux effets de la hausse du niveau des mers", souligne Sally Brown de l'université de Southampton, alors que l'étude souligne qu'à de très rares exceptions, les monuments ne peuvent pas être déplacés.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

La mer reprend ce que l'homme a pris ... Si je me souviens bien de Tyr, Alexandre le Grand a laissé construire une digue érigée pour attaquer l'île de Tyr (partie de la ville dans l'eau). En promenant sur la belle corniche de Tyr on voit aussi des restes archéologiques sous l'eau ... L'inverse se passe aussi avec le changement de climat certains sites qui étaient couverts d'eau apparaissent maintenant en haut par la sécheresse ...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué