Rechercher
Rechercher

À La Une - conflit

Réouverture du passage frontalier de Nassib entre la Syrie et la Jordanie

Aoun a salué la réouverture du point de passage, estimant que le Liban allait "en tirer profit" économiquement.

Le point de pasasge Bassib, entre la Syrie et la Jordanie, le 15 octobre 2018. AFP / Khalil MAZRAAWI

Le principal point de passage entre la Syrie et la Jordanie, autrefois vital pour le transit de marchandises au Moyen-Orient, a rouvert lundi après trois ans de fermeture, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les grilles en métal noir de ce poste-frontière, appelé Nassib du côté syrien et Jaber du côté jordanien, ont été ouvertes à 08h00 locales (05h00 GMT) pour laisser entrer en Syrie plusieurs voitures avec des plaques d'immatriculation jordaniennes, d'après la même source. Des dizaines de policiers et garde-frontières se tenaient non loin des véhicules qui patientaient.

Au volant de la première voiture ayant passé la frontière, Hicham Falioune, homme d'affaires syrien vivant en Jordanie, voulait "être la première personne à entrer" en Syrie, et cela afin de "montrer à tout le monde" que c'est "un pays sûr". Abdoullah, un étudiant syrien en Jordanie, est venu à l'aube pour être certain de pouvoir entrer en Syrie. "J'ai amené mon ami jordanien avec moi. Je lui ai promis que nous visiterions ensemble mon pays une fois la frontière ouverte", a-t-il confié à l'AFP. Pour Imad Sarihine, un chauffeur de taxi jordanien, la réouverture du poste-frontière est "une grande joie" qui va permettre d'atténuer "les difficultés économiques" suscitées par sa fermeture en 2015. "Nos conditions (de travail) se sont dégradées ces dernières années. Notre travail a été interrompu par la fermeture de la frontière", a-t-il expliqué.

Cette fermeture avait porté un coup dur à l'économie jordanienne, isolant commercialement le pays, pauvre en hydrocarbures et très dépendant de l'aide internationale.


"Artère vitale"
Avant le début du conflit en Syrie, en 2011, des centaines de camions transitaient quotidiennement via la zone franche de ce poste-frontière, assurant le commerce transfrontalier mais aussi la connexion entre le royaume hachémite et l'Europe, via la Turquie.

"Le point de passage de Jaber est une artère vitale entre l'Europe et nous. Environ 70% de ce que nous mangeons, de tout ce que nous importons et exportons, est passé par la Syrie", avait indiqué en 2015 à l'AFP Nabil Romman, président de la Commission jordanienne pour les investissements. Pour Amman, les échanges commerciaux par voie terrestre avec la Syrie avaient totalisé 615 millions de dollars (530 millions EUR) en 2010.

La réouverture du passage frontalier avait été annoncée dimanche, après un accord conclu entre la Syrie et la Jordanie et auquel l'AFP a eu accès. Selon ce texte, le passage restera quotidiennement ouvert de 05h00 à 13h00 GMT (08h00 à 16h00 locales). Les personnes souhaitant entrer en Jordanie "doivent obtenir en amont de leur voyage une autorisation" des autorités jordaniennes, d'après l'accord. En juillet dernier, le régime syrien, aidé de son allié russe, a repris la région bordant la frontière jordanienne, contrôlée alors par des groupes rebelles.

Dans la journée, le président libanais Michel Aoun a salué la réouverture du point de passage de Nassib, estimant que le Liban allait "en tirer profit" économiquement. "Le Liban va en tirer profit car cela va reconnecter le Liban aux pays arabes et permettre le passage des personnes et des marchandises du Liban vers les pays arabes, et vice-versa. Cela va également bénéficier aux secteurs de production libanais et réduire le coût des exportations de ces produits", a déclaré le chef de l'Etat sur son compte Twitter.



Dans l'après-midi, le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a prévenu le président du syndicat des cultivateurs et planteurs, Ibrahim Tarchichi, que l'exportation des produits libanais via le point de passage de Nassib pouvait débuter. Sa réouverture est une bonne nouvelle pour les agriculteurs et commerçants libanais, dont les activités commerciales vers les pays du Golfe ont été durement affectées depuis sa fermeture.



Pour mémoire

Bassil à Amman, qui ne fixe pas de date pour la réouverture du passage frontalier Nassib

Machnouk rejette l’ouverture conditionnelle du poste frontalier de Nassib

Hajj Hassan : Les investissements en Syrie sont « prometteurs »



Le principal point de passage entre la Syrie et la Jordanie, autrefois vital pour le transit de marchandises au Moyen-Orient, a rouvert lundi après trois ans de fermeture, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les grilles en métal noir de ce poste-frontière, appelé Nassib du côté syrien et Jaber du côté jordanien, ont été ouvertes à 08h00 locales (05h00 GMT) pour laisser...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut