Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Diplomatie

Mohammad ben Zayed annule sa rencontre avec Macron à Paris

Au cœur de la tempête provoquée par la disparition du Saoudien Jamal Khashoggi, la rencontre de demain a été reportée à une date ultérieure.

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammad ben Zayed al-Nahyane, et le président français, Emmanuel Macron, à l’Élysée le 21 juin 2017. Geoffroy Van der Hasselt/AFP/Getty Images

L’affaire Jamal Khashoggi a-t-elle eu raison de la rencontre entre Emmanuel Macron et Mohammad ben Zayed (MBZ) qui était prévue demain à Paris? Après s’être rendu il y a près d’un an aux Émirats arabes unis à l’occasion de l’ouverture du Louvre Abou Dhabi, le président français devait recevoir à son tour le prince héritier d’Abou Dhabi, pour un rendez-vous prévu de longue date. Mais à quelques jours de la rencontre, ce dernier a annulé sa visite « en raison d’un imprévu », a annoncé l’Élysée dans la soirée de vendredi, sans fournir d’informations supplémentaires. Selon une source française, les deux pays cherchent une nouvelle date pour organiser une autre rencontre, a rapporté l’AFP vendredi.

La décision d’Abou Dhabi s’inscrit dans un contexte agité pour Riyad, son allié le plus proche dans la région, qui se trouve au cœur d’un scandale politico-médiatique depuis deux semaines. Le royaume wahhabite est soupçonné d’avoir commandité l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Kashoggi, qui n’a plus donné signe de vie depuis son entrée dans le consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre dernier. « Les imprévus de dernière minute évoqués par Paris justifiant le report de la visite du prince héritier d’Abou Dhabi révèlent le niveau de l’inquiétude dans la région » dans le cadre de cette affaire, estime Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam) basé à Genève, contacté par L’Orient-Le Jour. « Les Émirats ont construit leur stratégie sur une convergence sans faille et une alliance entre Mohammad ben Zayed et Mohammad ben Salmane (le prince héritier saoudien) », souligne-t-il. Selon le spécialiste, « les signes de vulnérabilité manifestés par Riyad ne sont pas de nature à rassurer Abou Dhabi ».

Jour après jour, des éléments sur la disparition du journaliste sont distillés par différentes sources dans les médias, mettant Riyad un peu plus en porte-à-faux. Le président français, qui s’était d’abord fait prudent sur le dossier, a quant à lui déclaré vendredi que les faits sont « très graves » et qu’il « attend que la vérité et la clarté soient établies », lors d’un entretien accordé à France 24 et RFI.


(Lire aussi : « Chez nous en Turquie, on ne tue pas les journalistes ! »)


« Frilosité »
Remettre la rencontre à plus tard pourrait donc être un moyen pour les EAU de ne pas avoir à évoquer sur l’affaire, du moins officiellement. Selon M. Abidi, bien que la visite soit seulement reportée, son annulation est un « échec » qui « témoigne du niveau de la frilosité des États du Golfe et de leur rapport avec Paris et le monde ». Un élément qui semble s’ajouter aux points de divergence qui font déjà tache sur le tableau de la coopération entre les EAU et la France – participation émiratie au blocus contre le Qatar depuis plus d’un an ou encore engagement d’Abou Dhabi au sein de la coalition au Yémen menée conjointement avec Riyad – sans pour autant remettre fondamentalement en cause leurs liens stratégiques, économiques et militaires.

L’actuel dirigeant français semble tabler sur les EAU, contrairement à ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande, qui avaient respectivement fait le choix de se tourner vers le Qatar et l’Arabie saoudite. À défaut de se rencontrer demain, Emmanuel Macron et MBZ ont tout de même « discuté, au cours d’un appel téléphonique, des moyens de renforcer la coopération et les liens d’amitié entre les deux pays », a rapporté samedi WAM, l’agence de presse officielle émiratie. « Les deux dirigeants ont réaffirmé leurs relations bilatérales solides et leur détermination à faire progresser la collaboration et l’action commune », a-t-elle indiqué avant de préciser qu’« un certain nombre de questions d’intérêt commun ont également été abordées par les deux parties ».

La veille de l’annulation de la visite, l’Élysée avait déjà indiqué que cette rencontre serait « l’occasion d’approfondir le partenariat stratégique entre nos deux pays, de renforcer la coopération bilatérale en matière politique, économique, culturelle et éducative, et d’évoquer les sujets régionaux avec l’objectif de travailler ensemble à la paix et la stabilité au Moyen-Orient et en Afrique ».



Lire aussi

Les Occidentaux prudents sur l'affaire Khashoggi pour ménager Riyad

Disparition de Khashoggi : le film des événements

La presse saoudienne mobilise la géopolitique et la famille de Khashoggi

L’affaire Khashoggi peut-elle mettre fin à l’idylle entre Trump et MBS ?

MBS pourrait ne pas jouir du consensus de la famille pour devenir roi



L’affaire Jamal Khashoggi a-t-elle eu raison de la rencontre entre Emmanuel Macron et Mohammad ben Zayed (MBZ) qui était prévue demain à Paris? Après s’être rendu il y a près d’un an aux Émirats arabes unis à l’occasion de l’ouverture du Louvre Abou Dhabi, le président français devait recevoir à son tour le prince héritier d’Abou Dhabi, pour un rendez-vous prévu de...

commentaires (5)

- QU,EST-IL ADVENU DE KHASHOGGI ? - OU EST ADEL JUBEIR ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

12 h 48, le 15 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • - QU,EST-IL ADVENU DE KHASHOGGI ? - OU EST ADEL JUBEIR ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 48, le 15 octobre 2018

  • Mais où est donc passé Jamal? Les EAU sont coincés face au silence radio de l’Arabie . Que dire à la France ? Et bien reste à regarder ses pieds et à discuter chiffons....

    L’azuréen

    11 h 00, le 15 octobre 2018

  • Le président français " attend que la vérité et la clarté soient établies " ? C'est tout...il attend ? Alors qu'il sait très bien que dans ces pays "la clarté et la vérité" ils n'en veulent pas ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 55, le 15 octobre 2018

  • La revanche du vilain petit Qatar .....héhé. .

    FRIK-A-FRAK

    09 h 17, le 15 octobre 2018

  • Tous ces petits roitelets sans vergogne et sans avenir ne sont que des béquilles qui tiennent un corps en équilibre, il suffirait qu'une d'elle flanche pour que ce corp bancale s'effondre. De quel corps parle-t-on ,,,, hé..hé. ..

    FRIK-A-FRAK

    09 h 16, le 15 octobre 2018

Retour en haut