X

À La Une

Bassil : Le dossier "fabriqué" de l'avion réquisitionné mérite enquête

Liban

Le commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire, Peter Germanos, s'est rendu dans la journée à l'aéroport de Beyrouth.

OLJ
25/09/2018

Le ministre sortant libanais des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a estimé mardi que la polémique "fabriquée" après la réquisition d'un avion de la Middle East Airlines pour emmener une partie de la délégation du président Michel Aoun à New York pour l'Assemblée générale méritait une enquête, dénonçant une attaque contre la présidence.

"Le dossier fabriqué de la MEA mérite enquête. Lorsque la tête de l'Etat est défigurée de cette façon, cela touche tous les Libanais", a déclaré M. Bassil, qui est le gendre du chef de l'Etat, lors d'une rencontre avec la diaspora libanaise à Philadelphie, aux Etats-Unis. "Ceux qui font cela l'ont préparé, conçu et minutieusement planifié. Ils doivent rendre des comptes car il ne s'agit plus de liberté d'expression", a-t-il ajouté.

Dimanche, un avion de la Middle East Airlines qui devait effectuer un vol commercial Beyrouth-Le Caire avait été réquisitionné par la présidence de la République juste avant son départ pour les Etats-Unis, pour emmener une partie de la délégation présidentielle à New York. Les passagers de ce vol avaient été débarqués, ce qui avait suscité leur colère. Lundi, Baabda s'est déchargé de toute responsabilité, pointant du doigt "la partie compétente en charge d'organiser les vols".

Le commissaire du gouvernement auprès du tribunal militaire, Peter Germanos, s'est rendu mardi dans la journée à l'Aéroport international de Beyrouth pour enquêter sur les failles de sécurité du président Michel Aoun et de ses voyages à l'étranger. Le juge Germanos a interrogé plusieurs responsables sécuritaires, employés et civils. Ce déplacement intervient alors que les noms des personnes faisant partie de la délégation accompagnant le chef de l'Etat à New York ont été divulgués.

"Dieu nous a bénis avec un grand peuple, mais certains politiciens menteurs éloignent les gens de la vérité. Ils nous ont attribué un sous-marin, un avion, voire un satellite, dans le passé. Aujourd'hui, ils nous parlent de quatre avions. C'est une guerre de ragots destinée à salir la réputation des gens", a lancé le leader du CPL.

"Ils concoctent des mensonges comme celui de Siemens qui ne passent qu'auprès de ceux qui ne connaissent pas la vérité. Si nous avions approuvé l'offre sans effectuer d'adjudication, on nous serait tombé dessus. Comme ils ont détruit le Liban avec la guerre, ils le détruisent aujourd'hui avec des mensonges. Nous menons la bataille de la vérité", a-t-il déclaré. Dans un enregistrement vocal ayant fuité, le député du bloc berryste Yassine Jaber a déclaré que le CPL avait refusé une offre de la compagnie allemande pour le secteur libanais de l'électricité. Une information démentie par le ministre CPL de l'Energie, Cesar Abi Khalil.


Lire aussi

À New York, Aoun appellera au soutien à l’initiative russe


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET L,ON OSE ROUSPETER ET REDIRE... QUEL CULOT !

lila

Il faut arrêter de prendre les Libanais pour des imbéciles....

Le Faucon Pèlerin

Le nommé Gébran Bassil est-il quoi ? Est-il le gendre de son beau-père ou le ministre des Affaires étrangères ou le ministre de l'Aviation civile, ou le ministre de l'Energie ou le ministre des bateaux centrales électriques ou le ministre des Hydrocarbures offshore, ou ministre des Déplacements internationaux ou ministre des traités sur la pêche au Pôle-Nord, au Pôle-Sud, en Océan Pacifique, en Océan Indien, en Océan Atlantique, en Mer Caspienne, en Mer des Sargasses ?

yves kerlidou

pour ce qui est de refuser l'aide de la compagnie Siemens désolé il y a des témoins présents de bonne foi je connaissais l'histoire dès le lendemain avant que la polémique commence

Eleni Caridopoulou

Il n'y a pas de fumée sans feu...

stambouli robert

il n y pas d'atteinte a la securite du President
Il y a un malfonctionnement des reservations d'avions
On prepare deux avions pour le President et on choisit au dernier momment celui que l'on veut utilizer

il semble dans ce cas que un seul avion avait ete prevu avec des tonnes de petrole supplementaire l'autre etant destine au Caire
Les services de la presidence ont demande d'utiliser l'avion du caire donc on enleve les passagers et on a ajoute du petrole pour le voyage
Mais l'autre avion doit vider son exces de petrole car l'aeroport du Caire ne laisse pas atterir des avions ayant encore des tonnes de petrole dans leur reservoir D'OU L'ATTENTE INTERMINABLE DES PASSGERS

je suis sur que si le president avait ete prevenu des indispositions que cela ferait a plusieurs passagers pour le Caire et retour il aurait pris l'avion deja prepare pour le vol

Une banale histoire qui prend une ampleur demesuree quand l'Etat sans gouvernement depuis des mois doit lutter pour sa survie economique et quand des voix s'elevent pour dire qu'avec ou sans gouvernement c'est la meme chose ( dixit l'informateur de Mm Haddad )
VOILA OU NOUS EN SOMMES AUJOURDH'UI ALORS QUE L'ELECTION DE M AOUN AVAIT SUCCITEE UN REEL ESPOIR VITE TROMPE DANS LES FAITS TOUS LES JOURS

Irene Said

Ohhhhh !
Notre ministre sortant des affaires étrangères, et donc sorti en direction de New York, monte sur ses grands cheveaux et dénonce "une attaque contre la présidence" concernant la réquisition d'un avion de la MEA !

Le Liban se noye sous la corruption généralisée, mais aucune enquête n'a jamais été menée pour arrêter les coupables et aucun d'entre eux "n'a jamais du rendre des comptes".

Et, tout à coup, notre ministre des affaires étrangères se souvient que l'on peut mener des enquêtes...quand la tête de l'Etat "est défigurée" !

Mais on cherche...quelle tête...de quel Etat ???

Irène Saïd



























Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué