Rechercher
Rechercher

Électricité

Tarifs d’EDZ : Michel Daher rebondit sur le rapport du ministère de l’Économie

Le député Michel Daher (bloc aouniste) a une nouvelle fois critiqué hier les tarifs pratiqués par Électricité de Zahlé (EDZ), rebondissant sur les conclusions d’un rapport du ministère de l’Économie et du Commerce publié vendredi.
EDZ, qui détient une concession depuis les années 1920, a renoncé à la fin des années 1960 à son droit e produire du courant au profit du monopole d’Électricité du Liban (EDL). La société a toutefois repris la production 2015 sans autorisation en louant des générateurs pour une capacité totale de 50 mégawatts (MW). Depuis, EDZ distribue le courant produit par l’établissement public – acheté à 50 livres le kilowattheure (0,04 dollar) et revendu entre 35 et 200 livres (0,02 à 0,13 dollars) selon la loi – et celui produit par ses générateurs, dont le coût évolue en fonction du carburant. Les abonnés de la société reçoivent une seule facture qui tient compte de cette répartition, à un tarif au kWh qui correspond à la grille des prix de vente de l’électricité d’EDL majoré d’un montant (qui était de 168 livres en mai soit 0,11 dollar).
Or le député Michel Daher considère que cette majoration, dont EDZ avait détaillé le mode de calcul il y a environ deux semaines, est sans base légale. Un constat que ne contredit pas le rapport du ministère, qui avait cependant relevé que cette tarification n’entrait en contradiction ni avec les textes fixant les prix de ventes du courant produit par EDL, ni avec ceux encadrant ceux des exploitants de générateurs privés, illégaux mais tolérés depuis des années.
Michel Daher et le directeur d’EDZ, Assad Nakad, étaient inscrits sur la même liste électorale lors des législatives de mai. Cela n’a pas empêché le député de se joindre à deux élus des Forces libanaises (FL), César Maalouf et Georges Okais, pour dénoncer ces tarifs auprès du ministère de l’Économie au début du mois.


Le député Michel Daher (bloc aouniste) a une nouvelle fois critiqué hier les tarifs pratiqués par Électricité de Zahlé (EDZ), rebondissant sur les conclusions d’un rapport du ministère de l’Économie et du Commerce publié vendredi.
EDZ, qui détient une concession depuis les années 1920, a renoncé à la fin des années 1960 à son droit e produire du courant au profit du...

commentaires (0)

Commentaires (0)