X

À La Une

Vous voulez participer au World Cleanup day au Liban ? Toutes les infos sont ici

Environnement

Le Liban s’associe à la première édition du World Cleanup day. Plus de 2000 volontaires sont attendus.

14/09/2018

Demain samedi, le Liban a rendez-vous avec la Journée Internationale du nettoyage (World Cleanup day), le plus grand mouvement citoyen à l’échelle internationale, dont les Nations Unies sont partenaires. Des centaines de milliers de personnes dans près de 150 pays vont se porter volontaires, une journée durant, pour ramasser les déchets dans leurs villes respectives.

Au Liban, plusieurs ONG sont déjà sur pied de guerre et tentent de mobiliser le plus grand nombre de personnes en faveur de cette action. Les collectifs JCI et LiveLoveBeirut, en collaboration avec le PNUD, LiveLebanon et le fonds Euromena, organisent des opérations de ramassage de déchets dans diverses régions.



Un grand sac et des gants : ces accessoires suffiront pour participer à ce grand nettoyage. De dix heures à quinze heures, dans une vingtaine de localités*, les Libanais sont invités à ramasser et à trier les déchets qui jonchent leur région. Des rassemblements de volontaires auront lieu en montagne, comme à Laklouk avec la Lebanon Reforestation Initiative** pour ramasser les cartouches de chasse, et le long des plages. Une initiative à laquelle participeront des représentants de la délégation de l’Union Européenne, notamment sur la plage de Ramlet el Bayda, à Beyrouth.

Eddy Bitar, président de LiveLoveBeirut, est persuadé que la mobilisation sera à la hauteur de l’évènement : “Sous le poids des différentes crises auxquelles ils ont été confrontés sur ce plan, les Libanais en ont marre de ne pas trouver de solution au problème des déchets. C’est une façon concrète pour eux d’exprimer leur ras le bol. Ils sont sensibilisés, ils en prennent conscience”, note-t-il. Effectivement, 2000 volontaires se sont déjà fait connaître auprès des organisateurs. Plusieurs autres sont attendus encore.

Les décharges saturées de Costa Brava et de Bourj Hammoud et le déversement des déchets sur les plages au nord de Beyrouth, en janvier dernier, après de fortes tempêtes, ont marqué les esprits. Cette journée doit responsabiliser les habitants au sujet de leur consommation d’emballages plastiques et de leurs pratiques de tri, selon les organisateurs.

Mohammed Hijazi, président de JCI, a déjà mené des opérations de nettoyage sur la plage de Maameltein : “Nous voulons montrer aux Libanais qu’ils ont aussi leurs responsabilités face à cette situation, cette pollution des côtes. Ils pensent que c’est la tâche du gouvernement de ramasser les déchets, mais au final, les déchets viennent d’eux-mêmes“.

Montrer l’exemple, c’est aussi l’un des objectifs de la journée d’aujourd’hui. Les déchets ramassés ne seront pas déposés dans une décharge sur la côte, mais recyclés dans l’un des dix centres de tri, partenaires des organisateurs. Les sacs et les gants qui seront utilisés sont en plastique recyclable, insistent-ils. Il est important de relever à cet égard que seuls 10 à 12% des déchets produits au Liban ne peuvent pas faire l’objet d’un compostage ou d’un recyclage, selon des chercheurs de l’Université Américaine de Beyrouth, cités dans le rapport de décembre 2017 d’Human Rights Watch.

Eddy Bitar est persuadé que cette journée va inciter les Libanais à changer leurs comportements : “La solution ne va pas venir par le haut de la pyramide mais par le bas, par le fait qu’on va donner des solutions à ce genre de problèmes, grâce à des mouvements citoyens. En changeant nos comportements et nos habitudes, on va parvenir à faire face aux problèmes.”

Une journée ne suffira pas pour débarrasser les plages libanaises des ordures et pour résoudre la crise actuelle. Mais quelques idées de réflexes à adopter pourraient émerger pour réduire la production de déchets. D’autres initiatives seront lancées dans ce cadre par les associations organisatrices au cours de l’année.

*Le ramassage des déchets se fera dans les régions suivantes : Tripoli, Zghorta, Dar Beechtar, Kfaraabida, Maameltein, Damour, Rweiset Al Ballout, Zouk, Saïda, Tyr, Marjeyoun, Faraya, Baalbeck, Kaa El Rim, Wadi Chahrour, Bickfaya, Beyrouth (Ramlet Al Bayda, Ain Mreissé), Al Hlelyeh, Jeita, Laklouk, Tannourine.

**Contacts : LiveLoveBeirut : 71126204, JCI : 70167629, Lebanon Reforestation Initiative : 81/681616.


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POURQUOI N,OBLIGE-T-ON PAS TOUS NOS ABRUTIS A NETTOYER LES SALETES DONT ILS SONT RESPONSABLES ? CE SERAIT LA VRAIE JUSTICE !

Wlek Sanferlou

Y-aura-t-il des sacs prévus pour la classe politique...?
Suspens ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué