X

À La Une

En Syrie, l'agriculture malmenée par le climat, en plus de la guerre

Crise

Au bout de plus de sept ans de conflit, la production de céréales, qui était déjà en baisse de 40% par rapport à son niveau d'avant la guerre, aux alentours de 2,5 à 2,7 millions de tonnes par an contre 4 millions de tonnes auparavant, "va subir une nouvelle réduction" cette année, estime un responsable de l'ONU.

OLJ/AFP
12/09/2018

Les récoltes agricoles en Syrie sont particulièrement affectées cette année par des variations climatiques inhabituelles, qui affaiblissent l'un des seuls secteurs économiques resté résilient malgré la guerre, estime l'ONU.

Au bout de plus de sept ans de conflit, la production de céréales, qui était déjà en baisse de 40% par rapport à son niveau d'avant la guerre, aux alentours de 2,5 à 2,7 millions de tonnes par an contre 4 millions de tonnes auparavant, "va subir une nouvelle réduction" cette année, estime Dominique Burgeon, directeur des urgences et de la résilience à l'Agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO).

"La Syrie a connu un problème de saisonnalité, de quantité et de distribution des précipitations, et ces effets combinés conduisent à un affaiblissement global du secteur agricole alors que les zones rurales continuaient à produire malgré la guerre", a-t-il déclaré à l'AFP lors d'un entretien téléphonique en marge de la publication du rapport annuel de la FAO sur la sécurité alimentaire dans le monde. Un rapport précis de la FAO sur l'état des récoltes en Syrie est attendu "d'ici quelques semaines" a-t-il précisé en indiquant que l'ONU s'inquiétait aussi de la sécheresse qui a affecté l'Afghanistan et l'Irak cette année.
"En Syrie, l'an dernier, la saison des pluies a commencé très tard, certains agriculteurs n'ont pas pu semer avant le mois de janvier" a-t-il détaillé. "En avril-mai, des pluies surabondantes sont tombées, et la germination des céréales, déjà maigre, a alors été plombée par le développement de champignons parasites". "Nous sommes très préoccupés" a-t-il dit, car "le pays va connaître une réduction importante de ses récoltes par rapport au volume déjà réduit des années précédentes".  "La Syrie connaît un grave problème de fourniture de semences de qualité, d'acheminement, d'irrigation et de fonctionnement de ses marchés, et cette érosion lente la rend d'autant plus vulnérable aux phénomènes climatiques", a-t-il ajouté.


Pour mémoire

Syrie: la FAO plaide pour un investissement dans l'agriculture

Quel visage pour la Syrie de demain ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué