X

À La Une

L'Arabie saoudite voudrait faire du Qatar une île

diplomatie

"En tant que citoyen, j'attends avec impatience des détails sur la mise en œuvre du projet de l'île Salwa, un grand, historique projet qui changera la géographie de la région", a écrit sur Twitter Saud al-Qahtani, proche conseiller du prince héritier Mohammed ben Salmane.

OLJ/AFP
01/09/2018

Un haut responsable saoudien a prôné vendredi pour la première fois la création par Riyad d'un canal qui transformerait la péninsule voisine du Qatar en une île, sur fond de dissensions diplomatiques entre les pays du Golfe.

"En tant que citoyen, j'attends avec impatience des détails sur la mise en œuvre du projet de l'île Salwa, un grand, historique projet qui changera la géographie de la région", a écrit sur Twitter Saud al-Qahtani, proche conseiller du prince héritier Mohammed ben Salmane.



En avril, le journal en ligne saoudien Sabq, pro-gouvernement, avait été le premier à faire état du projet de creusement d'un canal, qui partirait de la localité de Salwa et s'étalerait sur 60 kilomètres sur l'ensemble de l'unique frontière terrestre du Qatar. Les autorités n'avaient pas réagi jusqu'à présent.

Le projet de canal, qui menace de séparer physiquement la presqu'île qatarienne de la péninsule arabique, constitue le dernier épisode des fortes tensions longues de 14 mois entre le Qatar et quatre pays: l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte.

Ces pays ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha le 5 juin 2017, en l'accusant de soutenir des mouvements "terroristes" et de se rapprocher de l'Iran, ce que le Qatar nie avec force.

Profond de 15 à 20 mètres et large de 200 mètres, le canal permettrait le passage de navires marchands de différents types. Une partie du canal, qui coûterait jusqu'à 2,8 milliards de riyals (750 millions de dollars), serait réservée à une installation de gestion des déchets nucléaires.

Cinq sociétés spécialisées dans le creusement de canaux auraient été invitées à proposer un projet concret et l'entreprise choisie serait annoncée en septembre, a rapporté en juin le journal Makkah.

Les autorités saoudiennes n'ont pas répondu aux demandes de commentaires et le Qatar n'a pour le moment pas réagi.

Après la rupture des relations diplomatiques en 2017, des restrictions économiques ont été mises en place, comme la fermeture de la frontière du Qatar avec l'Arabie saoudite.

Les efforts de médiation menés par le Koweït et les États-Unis, dont la plus grande base aérienne du Moyen-Orient est située au Qatar, n'ont jusqu'à présent pas réussi à résoudre le différend.


Lire aussi

Un cheikh des Emirats se réfugie au Qatar et critique Abou Dhabi

Passe d’armes entre le Qatar et les Émirats arabes unis à la CIJ

Doha et Abou Dhabi face à face devant la Cour internationale

Le Qatar renvoie l’ascenseur à la Turquie

Paris et Doha bétonnent leur « amitié »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

On soupçonne que ce projet est avant tout une façon de nuire au Qatar !

Décidément, nos frères arabes n'ont qu'une obsession: montrer leurs muscles, surtout quand ils ont les moyens financiers.
La paix, le progrès et le bien-être de leurs citoyens...sont secondaires...de même que la "solidarité entre frères" !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE GAFFE EN GAFFE... OU DE CHARYBDE EN SCYLLA !

Le point

Les conseillers du Prince le pousse probablement à dépenser USD 750 millions pour se remplir les poches.

Et demain, quand le calme regagnera la péninsule arabe, les mêmes le pousseraient à construire un pont jusqu'au Qatar à un milliard de dollar.

Qu'ils arrêtent cette mascarade et qu'ils arrêtent cette guerre meurtrière au Yémen. Une guerre à 25 millions par jour ne profite qu'aux entrepreneurs et aux fournisseurs d'armes. Franchement il y a mieux à faire avec cet argent.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants