X

Idées

Que cache la diatribe entre Erdogan et Trump ?

Commentaire
Marc Pierini | OLJ
25/08/2018

Ces derniers temps, l’attention médiatique mondiale s’est concentrée sur l’escalade entre les présidents turc et américain : de discours virulents du premier en tweets vengeurs du second, de sanctions en contre-sanctions, la crise de la livre turque s’est aggravée et le pasteur Brunson est assigné à résidence depuis fin juillet à Izmir (après un an et demi de détention), sans qu’un véritable procès ait eu lieu.

Derrière une diatribe aussi violente qu’inédite entre dirigeants alliés, il faut d’abord voir une collision frontale entre deux personnalités fortes, deux ego exacerbés, deux politiciens portés aux critiques personnalisées ou institutionnelles, sur la scène intérieure comme extérieure. Quand elles en viennent à dominer les échanges entre Ankara et Washington, ces fluctuations d’humeur provoquent inévitablement une escalade aux conséquences éminemment dommageables sur les plans tant politique qu’économique.


(Lire aussi : Crise financière : les Etats-Unis, tête de Turc d'Erdogan)


Recette « gagnant-gagnant » ?
Faut-il y voir une absence totale de rationalité ? Tout au contraire ! Cette diatribe sert à merveille un président américain à la veille d’élections législatives de mi-mandat, d’autant que le segment chrétien évangéliste de son électorat est particulièrement sensible à la défense d’un otage américain, le pasteur Brunson. Le vice-président Mike Pence est d’ailleurs à la tête de la campagne médiatique en faveur de l’homme de religion. Du côté d’Ankara, la confrontation vient à point nommé pour nourrir le discours nationaliste antiaméricain qui a si bien servi le président Erdogan durant la campagne présidentielle et législative de juin dernier, dans le contexte de son alliance électorale avec le parti nationaliste MHP de Devlet Bahçeli. En cela, une spécificité politique a joué en faveur des deux politiciens turcs : l’évocation d’un « complot étranger » provoque presque inévitablement un rassemblement de l’opinion publique et du corps politique (opposition comprise) derrière le drapeau national. Des comportements hors norme sont même apparus sur les réseaux sociaux où des vidéos ont montré des citoyens brûlant des dollars ou fracassant à coups de masse des iPhones, tandis que des coups de feu ont été tirés lundi dernier contre l’ambassade américaine à Ankara (sans faire de victime).

Discours populiste contre discours populiste constituerait-il donc une recette « gagnant-gagnant » ? Oui, en apparence et à court terme, ce qui fait redouter une prolongation de ce conflit personnalisé. Sur le fond des choses, cette diatribe recouvre au moins quatre réalités bien plus contraignantes.

La première contrainte se situe dans le domaine de la défense où il y a une incompatibilité totale entre l’achat, annoncé en septembre 2017, de missiles russes S400 par la Turquie alors qu’elle participe au programme américain de chasseur furtif F35 qu’elle a commandé en 100 exemplaires. Mis en œuvre dans les forces turques, ces deux systèmes ne peuvent coexister : en effet, le cœur du système S400 – son radar – serait en mesure d’enregistrer des données précieuses sur les caractéristiques et capacités de manœuvre de l’avion qui sera notamment au centre du système de défense des États-Unis, d’Israël et de plusieurs membres de l’OTAN. Même non connecté aux systèmes de l’alliance, même opéré nominalement par des soldats turcs (ce qui n’est pas envisageable avant une longue période de formation, et qui n’est probablement pas acceptable pour Moscou), le système de missiles et radars russes constituerait une menace stratégique sans précédent pour l’Occident. Livrer à la Turquie une version « simplifiée » du F35 ne résoudrait pas le problème et ôterait à cet avion tous ses avantages stratégiques pour la Turquie comme pour l’OTAN. Ankara se trouve donc dans une impasse totale puisqu’il s’agit d’un domaine où une « double allégeance » (à la Russie et à l’OTAN) est politiquement impossible. L’abandon de l’achat des S400 constitue donc une question brûlante pour Ankara.

La deuxième réalité réside dans l’incompatibilité entre le nouveau système présidentiel turc – le pouvoir d’un seul homme – et les nécessités de l’économie du pays. Sans pétrole ni gaz, avec un taux d’épargne faible, la Turquie doit emprunter quotidiennement des sommes considérables sur les marchés financiers à court terme et attirer de substantiels investissements directs étrangers. Pour cela, il faut obtenir et garder la confiance des marchés financiers, des banques internationales et des investisseurs. La forte dégradation de l’État de droit en Turquie depuis 2016 va hélas dans la direction opposée.


(Décryptage : Jusqu’où peut aller le bras de fer américano-turc ?)


Tenailles
Autre réalité liée à cette dégradation, l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne est devenue impossible – ce qui au demeurant « soulage » Ankara de toute conditionnalité politique – et la relation est devenue essentiellement transactionnelle. La mise à jour de l’union douanière, pourtant essentielle pour les deux parties, en est même retardée. Espérer une amélioration de la gouvernance en Turquie constitue une perspective lointaine. À l’inverse, dans le court terme, une crise majeure de la devise turque ou une crise économique généralisée poseraient des défis considérables aux banques et entreprises européennes actives en Turquie.

Enfin, le rôle futur de la Turquie en Syrie reste à déterminer. Pour des raisons liées au conflit entre Ankara et les insurgés kurdes de Turquie – le PKK –, Ankara a entrepris d’éradiquer la présence des forces kurdes syriennes – les YPG, soutenues par les États-Unis – dans les zones frontalières avec la Turquie, avec jusqu’ici l’aval de Moscou. Mais rien ne dit que la politique du président Poutine – qui consiste à restaurer la maîtrise de Bachar el-Assad sur l’ensemble du territoire syrien – s’accommodera encore longtemps des objectifs spécifiques d’Ankara. À terme, les dirigeants turcs pourraient se trouver pris en tenailles entre les positions syrienne, russe et américaine.

Qu’on la regrette ou non, l’évolution politique interne de la Turquie a donc abouti à une situation qui la met en porte-à-faux avec nombre de ses alliés traditionnels et avec ses propres intérêts économiques. Gérer cette situation demandera bien plus que les habituelles théories du complot.

Marc Pierini est chercheur associé à Carnegie Europe et a été ambassadeur européen en Turquie et en Syrie. Dernier ouvrage : « Où va la Turquie? » (Actes Sud, 2013).


Repères
Contre la crise turque, que des potions amères pour Erdogan

Les cinq raisons de l’effondrement de la livre turque


Lire aussi
Crise USA-Turquie : l’Europe dans l’embarras

La Turquie hausse ses tarifs douaniers contre les Etats-Unis

La crise de la livre turque fait déjà des victimes

Le Qatar renvoie l’ascenseur à la Turquie

Tensions avec Washington : fermer la base d'Incirlik pourrait coûter cher à Ankara

"Tout est moins cher" : la crise turque, une aubaine pour les touristes

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Mais l'église évangéliste n'est pas une secte ?

Sarkis Serge Tateossian

"Qu’on la regrette ou non, l’évolution politique interne de la Turquie a donc abouti à une situation qui la met en porte-à-faux avec nombre de ses alliés traditionnels et avec ses propres intérêts économiques. Gérer cette situation demandera bien plus que les habituelles théories du complot". (l'article)

Je pensais ... qu'aucun peuple ne pourra avancer et se projeter dans un avenir serein et prospère, sans se regarder dans un miroir, et en tirer des conclusions.

Génocide des arméniens, le problème des kurdes, Chypre, Grèce ... se sont des défis importants pour la Turquie ... elle doit les traiter humainement et avec sagesse et grandeur d'esprit avant de passer à d'autres étapes de progrès ...
Une démocratie a du contenu dont il faut savoir le respecter.

Connaître son passé pour savoir où l'on va.
Plus que jamais est de rigueur!

Taper sur tout le monde pour dire ensuite qu'on est "avec tout le monde" ne fait qu'aggraver la situation. La preuve en est faite!

LA TABLE RONDE

Cet hypocrite d'ottoman est le seul à dire au clown déséquilibré mental américain ses 4 vérités, mais comme faisant partie du même axe aucun des 2 ne voudrait voir l'autre partir.

Gros coup de bluff qui ne marche qu'entre eux .

L'axe victorieux de la résistance ne mord pas à l'hameçon de ce gros poisson.

Marionet

Très intéressant avec des infos de première main (par exemple sur les achats d'armement). Dommage que M. Pierini ne pousse pas l'analyse au-delà des simples considérations électorales de M. Erdogan et de la question kurde: celles-ci n'expliquent pas sa politique russe (qui exaspère Trump), ni n'éclairent sa recherche du leadership musulman, face à l'Arabie saoudite notamment.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES POLITIQUES DU MINI SULTAN ERDO SONT NEFASTES POUR SON PAYS. LA TURQUIE VA DE CHARYBDE EN SCYLLA !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué