X

Économie

Les cinq raisons de l’effondrement de la livre turque

Finance
OLJ/AFP
14/08/2018

L’hémorragie de la livre turque face au dollar pose le plus sérieux défi économique à la Turquie de Recep Tayyip Erdogan depuis la crise financière de 2001. Les raisons sont à la fois conjoncturelles et structurelles.
Le 10 août, déjà baptisé « vendredi noir » par des économistes, a vu la livre perdre quelque 16 % de sa valeur face au dollar, une débâcle accélérée par un tweet de Donald Trump annonçant le doublement des taxes à l’importation sur l’acier et l’aluminium turcs.
M. Erdogan a tenté hier de rassurer les marchés en affirmant que les fondements de l’économie turque étaient « solides ». Mais les économistes estiment que des explications aux difficultés de la Turquie, 17e puissance économique mondiale qui connaît une forte croissance, sont à rechercher au-delà des politiques économiques du gouvernement.

Crise avec les États-Unis
Début août, les États-Unis ont imposé des sanctions contre deux ministres de M. Erdogan pour protester contre l’emprisonnement d’un pasteur américain, Andrew Brunson. Ankara a répliqué avec des mesures similaires. Cette crise entre deux membres importants de l’OTAN, la plus grave en plus de 40 ans, a donné des sueurs froides aux investisseurs et a provoqué une chute de la livre turque face au dollar la semaine dernière.
Le tweet de M. Trump sur le doublement des taxes vendredi n’a fait qu’aggraver la situation.
Les sanctions américaines « assèchent le flux de capitaux » en direction de la Turquie, souligne Capital Economics.

Problèmes structurels
Avant même la crise avec les États-Unis, des économistes mettaient en garde contre l’imminence d’une tempête financière. C’est d’ailleurs pour la devancer que M. Erdogan a avancé à juin dernier des élections prévues en 2019, estiment les observateurs. Le président turc a été confortablement réélu pour un mandat de cinq ans aux prérogatives renforcées.
Les tensions entre Ankara et Washington « n’ont fait qu’exacerber » une crise économique émergente, décrypte Paul T. Levin, directeur de l’Institut des études turques à l’Université de Stockholm. Les problèmes structurels de la Turquie sont illustrés par une forte inflation qui a atteint près de 16 % en glissement annuel en juillet et un déficit des comptes courants qui ne cesse de se creuser.

Politique hétérodoxe
M. Erdogan a bâti une grande partie de sa popularité depuis son arrivée au pouvoir en 2003 sur une forte croissance et de grands projets d’infrastructures qui ont transformé le pays. Les économistes décrivent le président turc comme un partisan de la « croissance à tout prix ». À commencer par celui d’un fort endettement. M. Erdogan provoque régulièrement des haussements de sourcil en soutenant des thèses à rebours de la pensée économique classique. Il affirme par exemple que baisser les taux d’intérêt fait baisser l’inflation, alors que la plupart des économistes défendent l’inverse.
« Il était évident depuis un certain temps (...) que la mauvaise gouvernance économique finirait par avoir des conséquences », souligne M. Levin.

Taux d’intérêt
La Banque centrale de Turquie est censée être indépendante, mais de nombreux économistes considèrent qu’elle est de plus en plus sous la pression de M. Erdogan. Sa décision de ne pas relever ses taux d’intérêt le mois dernier en dépit d’une forte hausse de l’inflation a sidéré les marchés. La Banque centrale a annoncé hier une série de mesures pour rassurer les investisseurs, notamment des facilités pour les liquidités, mais elle n’a pas mentionné les taux.
« Les mesures concernant les liquidités ne s’attaquent pas au problème principal qui est la chute de la livre », souligne Konstantinos Anthis, analyste pour ADS Securities.

Équipe économique
Les élections de juin ont marqué une refonte de la politique en Turquie. Le pays est passé à un système hyperprésidentiel qui concentre dans les mains du chef de l’État tous les pouvoirs exécutifs. M. Erdogan n’a pas gardé dans son gouvernement le vice-Premier ministre Mehmet Simsek, une figure respectée et appréciée des marchés. Il a en outre confié les manettes de l’économie à son gendre relativement inexpérimenté, Berat Albayrak, bombardé ministre du Trésor et des Finances. Sa nomination a été accueillie par une chute de la livre.
« C’est sans aucun doute l’absence d’une réponse rapide, ferme et rationnelle de la part des autorités turques qui a envoyé la livre dans les abysses », note M. Levin.





À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Gérer l'économie d'un pays qui se veut "calqué" sur l'Europe ou l'occident est une chose sérieuse , implique une vraie volonté à s'allier au marché mondial avec ses lois et des règles.

Un despote, ignorant, obscure et autoritaire ne peut que ruiner le pays en très courte durée.

L'effondrement de l'économie turque était pressentie en toute logique et Erdogan a avancée les élections juste pour cette raison. Il a anticiper l'événement.


L'occident ne pouvait éternellement soutenir artificiellement l'économie turque à coup de milliards perdus d'avance.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE SEULE RAISON : L,APPRENTISSAGE DU MINI SULTAN ISLAMISTE AVERE ! ET IGNORANT ACHEVE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué