X

Liban

L’ibex de Nubie gambadera à nouveau dans le Chouf

Faune et flore
25/08/2018

Après une absence de près d’un siècle, une espèce de bouquetins propres à la région, l’ibex de Nubie (Capra nubiana) pourrait bientôt repeupler les montagnes libanaises. Disparu du Liban et de Syrie au début du XXe siècle, l’ibex de Nubie fait actuellement l’objet d’un programme de réintroduction au sein de la réserve des cèdres du Chouf, grâce aux efforts conjoints de la direction de la réserve et du bureau de développement et de coopération de l’ambassade d’Italie, en partenariat avec l’institut Oikos, une ONG italienne qui a travaillé à la réintroduction de l’ibex alpin dans les Alpes italiennes. Un troupeau de douze bouquetins a été transféré de Jordanie vers le Liban en octobre 2017 et se trouve actuellement dans une phase d’observation, dans l’attente de pouvoir réinvestir les montagnes libanaises.

L’ibex nubien est un bouquetin sauvage de couleur claire avec un ventre blanc et des cornes qui peuvent atteindre un mètre chez les mâles, contre 30 cm chez les femelles. Les mâles se caractérisent également par des bandes sombres sur le bas du dos. L’ibex vit en troupeaux menés par un mâle dominant. Ces animaux sont diurnes ; ils sont actifs le matin et l’après-midi, et se reposent à midi et durant la nuit. Les mâles peuvent peser jusqu’à 62,5 kg alors que les femelles sont beaucoup plus petites et pèsent environ 26,5 kg. Les petits restent auprès de leurs mères jusqu’à ce qu’ils soient capables de se prendre en charge, mais les ibex peuvent quitter leur troupeau et en réintégrer un autre sans que cela ne pose problème aux autres membres du groupe.

L’ibex nubien est caractéristique des montagnes escarpées du Moyen-Orient et d’Afrique. On retrouve aujourd’hui des troupeaux dispersés en Égypte, au nord-est du Soudan, au nord de l’Éthiopie, dans l’ouest de l’Érythrée, en Jordanie, voire en Arabie saoudite et dans quelques régions du Yémen où il est particulièrement menacé par la chasse extensive.

Ce bouquetin sauvage a complètement disparu du Liban et de Syrie depuis le siècle dernier avec toutefois un essai de réintroduction de l’espèce sur le plateau du Golan. Au Liban, l’ibex nubien se trouvait dans la région du Barouk, à Ammik, dans le mont Hermon et dans le nord du pays. Il est aujourd’hui menacé par les prédateurs (léopards, loups, hyènes et aigles), mais également par la chasse, la rareté des points d’eau ainsi que par la perte de l’habitat naturel en raison de l’urbanisation massive dans la région.


Protocole de transfert scientifique

Fin 2017 et après plusieurs mois d’études, la réserve des cèdres du Chouf a finalement accueilli un troupeau de 8 femelles et 4 mâles transférés de Jordanie vers le Liban par avion. Ces animaux vivent depuis dans un enclos limitrophe de la réserve et situé dans le village de Aana, dans la Békaa. Les animaux y resteront en principe en observation jusqu’en 2020, date à laquelle ils devraient être libérés dans la nature. Deux petits sont nés depuis dans l’enclos et les animaux sont bien acclimatés pour le moment, selon la direction de la réserve. Ils sont constamment observés par des caméras placées dans l’enclos. Une fois relâchés dans la nature, ils feront l’objet d’une étude de leur interaction avec la végétation environnante. La présence de l’ibex dans la réserve devrait être favorable à la bonne croissance des jeunes cèdres, puisque les bouquetins se nourriront des herbes qui poussent en haute montagne et se chargeront de ce fait de dégager l’espace entourant les cèdres.

Le transfert des animaux de Jordanie jusqu’au Liban a été soumis à un protocole scientifique très précis. Des experts de l’institut Oikos ont effectué un premier séjour au Liban en juin 2016 afin d’étudier la faisabilité du projet, la nature de l’écosystème où les animaux allaient être relâchés, afin de vérifier la qualité de l’enclos où les bouquetins seraient gardés après leur transfert.

Une seconde mission s’était rendue dans la région protégée de Wadi el-Roum en Jordanie en février 2017 pour étudier la faisabilité du transfert des animaux vers le Liban. Un mois avant d’être envoyés à Beyrouth, les ibex avaient été séparés du reste du troupeau et observés pendant un mois. Ils ont ensuite été vaccinés et des puces électroniques ont été insérées sous leur pelage pour permettre de suivre leurs mouvements.

Des contacts sont actuellement en cours avec l’Arabie saoudite dans l’espoir de ramener un second troupeau au Liban afin de garantir une plus grande diversité génétique des animaux qui seront relâchés dans la nature, et donc d’augmenter leurs chances de survie.


Dans la même rubrique

Pourquoi il faut absolument préserver la prêle des champs...

Aubrietia, une beauté qui sort de la roche

Un chêne bien libanais, caché sous un « faux nom »

Les serpents, ces « ennemis » pas si redoutables que cela

Un poisson caractéristique de Yammouneh, qu’on croyait éteint...

Les requins de Méditerranée, des prédateurs menacés

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

otayek rene

La meilleur nouvelle depuis longtemps en matière de respect de l'environnement et de protection de la faune...à condition que les chasseurs (il faudrait écrire "prédateurs humains") les laissent vivre!

Le Faucon Pèlerin

En France, le premier cadeau que l'on fait à son enfant de 10 ans était un train électrique.
Au Liban, le premier cadeau que l'on faisait et que l'on fait encore est un fusil 9mm.
Il est vrai que le terme "environnement" n'était pas encore créé.

Sarkis Serge Tateossian

Un grand danger les attende. Le chasseur libanais!

Tout va se jouer dans le long terme, dans les écoles, par une pédagogie qui prend en compte l'environnement dans le programme scolaire et met au coeur de l'éducation notre comportement civique.

Espérons ...

Le Faucon Pèlerin

Histoire de perdrix. Il est connu que la perdrix est le fleuron de la chasse au Liban. Moi-mêne, ma dernière perdrix fut en 1958 dans les rochers à l'ouest de Meyrouba. Ce noble gibier a complètement disparu dans la région, victime de la chasse et des pesticides.
Dans les années 1970, Dany Chamoun, digne fils de son père, célèbre tireur au "Tiro" de Furn-Chebbak avec Muhieddine Natour... Chasseur de grives à Aïn-Kfa3... Dany et ses compagnons ont voulu repeupler la région de perdrix. Ils se procurèrent une grande quantité de perdreaux et sont partis secrètement dans une nuit sans lune et les lâchèrent à travers champs et rochers entre Achqout et Meyrouba.
Le lendemain, un perdreau, ignorant sans doute le secret, vole devant un berger de Hrajel. Tout secret qui dépasse deux personnes ne l'est plus. Le berger lance un appel aux chasseurs de Hrajel : /es perdrix reviennent à Meyrouba.
Après 24 heures, Il n'a plus de perdreaux à Meyrouba.

Le Faucon Pèlerin

On a introduit des ours dans les Pyrénées et des loups dans le parc naturel de la Vanoise en Savoie avec les dégâts conséquents comme on a réintroduit le mouflon en Corse que j'ai observé à Bavella. Ils sont tous particulièrement protégés
Réintroduire l'ibex de Nubie au Chouf un siècle et quart après sa disparition est une tentative audacieuse. Dans les années 1800, les citoyens respectaient la nature et leurs fusils à poudre noire étaient rares. Aujourd'hui on tire sur les cigognes au kalachnikov et on n'épargne les hirondelles.
Le projet est une aubaine pour nos fusillots bipèdes, ils l'attendent de pied ferme. (Merci à l'Expression LA).

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BONNE INITIATIVE ! IL Y A D,AUTRES ANIMAUX QUI DOIVENT ETRE REINTRODUITS AUSSI SUR LES MONTAGNES DU LIBAN... MAIS GARE AUX ANIMAUX A DEUX PIEDS ET UN FUSIL A LA MAIN !!!

Tabet Ibrahim

Excellente initiative

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué