X

Liban

Cette alcée qui souffre d’être prise pour d’autres...

Faune et flore
21/10/2017

Il existe une belle plante qui ne fleurit qu'à Baalbeck et Ras Baalbeck, ainsi que dans certaines parties de Syrie. Cette plante du genre alcea ressemble à beaucoup d'autres, malgré ses fleurs blanches qui ne sont pas communes pour des alcées. Elle est donc surexploitée par erreur, alors que seuls les spécialistes savent combien son territoire est limité, et sa survie menacée. Marc Beyrouthy, ethnobotaniste et professeur associé à l'Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK), plaide pour une sensibilisation autour de cette plante endémique (caractéristique) d'une région bien restreinte, étendue sur deux pays et qu'il faut absolument préserver.

Nom scientifique
Alcea damascena, qui, comme son nom l'indique, n'existe que dans cette partie du monde. Le nom du genre, Alcea, vient du grec et du latin alkea, qui voulait dire « mauve » (couleur dominante des fleurs de ces plantes).

Description
Cette plante de la famille des Malvaceae (Malvacées) se distingue des autres alcées du Liban – il y en a plusieurs – par la couleur de ses fleurs, qui sont blanches. Les feuilles aussi sont différentes, mais ce sont surtout les spécialistes qui arrivent à les distinguer d'autres alcées. La plante est grande, d'environ un mètre, à tige dressée, ordinairement simple.

Mode de vie et lieux de prédilection
L'Alcea damascena fleurit de mai à septembre, dans des terrains secs au climat subaride (conditions proches de l'aridité). Au Liban, elle pousse surtout dans la région de Baalbeck et de Ras Baalbeck. En Syrie, on la trouve au bord des steppes près de Damas, entre Homs et Hama, et dans quelques autres régions. Cette belle plante pousse volontiers au bord de routes passantes, à proximité de lieux habités.

Impact positif en milieu naturel
Outre sa belle fleur, l'Alcea damascena – connue en libanais vernaculaire sous le nom de « khatmiyé » – se caractérise par des propriétés médicinales très utiles. Il s'agit, notamment, de l'un des meilleurs anti-inflammatoires que l'on peut trouver dans la nature. Ses boutons floraux et ses feuilles sont employés en médecine traditionnelle pour combattre les rhumes, la toux et les troubles intestinaux. La consommation de sa fleur fraîche favorise le bon fonctionnement de l'estomac.

Menaces et dangers
Il existe au Liban d'autres alcées qui, pour des profanes, sont difficilement distinguables de l'Alcea damascena. Or ces autres plantes sont très prisées pour leurs propres propriétés médicinales. Prise pour d'autres, l'Alcea damascena, moins connue du grand public, est très largement cueillie et exploitée, d'autant plus qu'elle pousse dans des endroits très accessibles, et que les habitants y sont tellement habitués qu'ils la croient plus commune et répandue qu'elle ne l'est vraiment. Le problème, c'est que l'aire géographique où se trouve cette plante endémique est très limitée. La surexploitation l'affecte donc plus que d'autres.

Moyens de protection
Marc Beyrouthy pense que pour protéger cette plante, la sensibilisation est la meilleure arme possible, la surexploitation et la cueillette sauvage étant causées par un évident manque de connaissances autour des spécificités de cette alcée. Il s'agit donc de la protéger dans les milieux où elle pousse. L'expert préconise également d'effectuer davantage d'études sur les propriétés spécifiques de cette plante.

 

Dans la même rubrique
Les buses, victimes inutiles d'une barbarie injustifiée

La giroflée caractéristique des côtes libanaises, belle et méconnue

Les chouettes et les hiboux : tellement beaux et tellement indispensables

Le rhododendron, une beauté rose pourpre surexploitée

Les chauves-souris : le mal que Dracula leur fait...

Un petit mammifère très ingénieux, cet écureuil...

Les trois origans du Liban : une histoire d'arôme, de goût et d'écologie

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La réconciliation Frangié-Geagea : une dimension morale et une convergence d’intérêts

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

N’oubliez pas les femmes

Commentaire de Anthony SAMRANI

Il y a le feu dans la maison Saoud

Un peu plus de Médéa AZOURI

Dans ma bulle

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué