X

À La Une

La peinture pour exorciser la guerre dans le camp de Yarmouk

Syrie

"Au début, je n'arrivais pas à dessiner. Mais j'ai réalisé que toute lueur de vie est une victoire face à la mort", confie un étudiant des Beaux-Arts originaire du camp dévasté par des années de combats.

OLJ/AFP/ Maher AL MOUNES
24/08/2018

A une centaine de mètres de sa maison en ruine, Abdallah el-Hareth pose son chevalet devant un paysage apocalyptique, en plein cœur du quartier populaire de Yarmouk à Damas, dévasté par des années de combats. Le jeune homme de 21 ans fait partie d'un groupe de 12 étudiants des Beaux-Arts, qui ont tenté pendant une semaine de coucher sur la toile les années de souffrances causées par les violences et un siège implacable.

Plus grand camp de réfugiés palestiniens de Syrie, Yarmouk est devenu au fil des décennies un quartier populaire de Damas. En mai, les forces du régime de Bachar el-Assad l'ont repris aux jihadistes. Tenu autrefois par des rebelles, le quartier était tombé en 2015 aux mains du groupe Etat islamique (EI).

"J'ai eu la gorge nouée quand je suis revenu dans le camp", confie M. Hareth, lui-même originaire de Yarmouk comme d'autres étudiants qui participent à cette initiative organisée à la mi-août par une ONG locale. "Au début, je n'arrivais pas à dessiner. Mais j'ai réalisé que toute lueur de vie est une victoire face à la mort", ajoute le jeune homme.

Au milieu des immeubles dévastés, les jeunes artistes se penchent sur leur chevalet, armés de pinceaux, d'une palette de couleurs et de crayons. La désolation ambiante suscite une créativité éclectique. Certaines toiles arborent des couleurs chatoyantes, mais sur d'autres les tons sombres l'emportent. Sur un des tableaux en devenir, le gris domine, et seuls les traits vagues d'un homme en émergent.


(Lire aussi : Ballottés d’un camp de réfugiés à l’autre, la détresse des Palestiniens en Syrie...)


"La vie rejaillit"

Sur le tableau de M. Hareth, réalisé en trois jours, un enfant semble sortir de terre avec une pomme rouge entre les mains. "C'est en allusion à la vie qui rejaillit. J'ai assisté en vrai à une scène où des enfants munis de pommes jouaient sur d'anciens terrains de guerre", explique l'artiste.



Photo AFP / Maher AL MOUNES


L'histoire de Yarmouk est à l'image du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011, et qui a fait plus de 350.000 morts et poussé à l'exil des millions de personnes. Avant le début de la guerre, le camp abritait quelque 160.000 réfugiés palestiniens, ainsi que des Syriens, selon l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa). En 2012, de violents combats entre rebelles et forces du régime ont poussé quelque 140.000 personnes à fuir, selon l'ONU. Le régime a ensuite imposé un siège implacable, plongeant des milliers de personnes dans un dénuement total.

Après la reconquête du camp par l'armée de Damas, l'association caritative "Nour" ("lumière", en arabe) a lancé son initiative artistique, appelée "herbe". "La vie renaît au milieu des décombres, comme l'herbe qui pousse entre les rochers", explique un responsable de l'ONG, Moustafa Abou al-Jad.

Hinaya Kebabi (22 ans) a, elle, décidé de peindre un enfant ayant perdu un œil, et qui dissimule sa blessure par une feuille sur laquelle est dessiné un œil.



Photo AFP / Maher AL MOUNES


"Provocatrice"?

Les toiles ont été exposées le 18 août à l'entrée du quartier complètement désert. Un public limité a pu faire le déplacement. Sur un des tableaux, un homme squelettique est recroquevillé sur lui-même, en allusion aux souffrances physiques et psychologiques endurées par les habitants.

Sur les réseaux sociaux, l'initiative a été critiquée, certains internautes la jugeant "provocatrice", au vu de la frustration des habitants qui ne sont toujours pas rentrés chez eux. "Le camp n'est pas un lieu romantique ou un espace pour le dessin. C'est un lieu de douleurs et de souffrances", s'insurge Abir Abbassiyeh, 28 ans, qui a vu les photos de l'exposition circuler sur la Toile. "Si seulement les habitants étaient autorisés à retourner dans leurs maisons comme ces peintres ont pu pénétrer dans le camp et dessiner", ironise-t-elle.

Mais Mohamad Jalbout, originaire du camp et un des responsables du projet, défend l'initiative. "Nous avons tous des maisons ici", rétorque-t-il. "Personnellement, je n'y suis pas retourné et je n'ai même pas pu l'inspecter. Mais on essaye à travers l'art au moins d'insuffler un peu de vie à cet endroit".



Pour mémoire

Les réfugiés syriens de Gaza, « deux fois sans État »

Les destructions à Yarmouk rendent improbable le retour des habitants, estime l’ONU

Scènes d'apocalypse dans le camp de Yarmouk

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants