Liban

Pour un nouveau consensus fondé sur la politique de distanciation

Éclairage
21/08/2018

La visite de la délégation des rebelles houthis dans la banlieue sud, où ils ont rencontré le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, est un coup douloureux porté à la politique de distanciation, à laquelle Saad Hariri reste attaché. Elle constitue également un message de défi au Premier ministre désigné, à l’heure où il déploie ses efforts afin de mettre sur pied un cabinet d’union nationale qui adopte cette politique.
Par-delà les détails de la visite elle-même – que ce soit au niveau de son annonce aux responsables locaux, de l’octroi des visas aux rebelles ou du moyen par lequel ils sont entrés au Liban –, c’est surtout le message politique qu’elle transmet sur le plan symbolique qui est grave. Car il s’agit en effet d’un défi frontal lancé par le Hezbollah à l’État et au peuple libanais, dans une volonté manifeste de montrer que le Liban se situe dans l’axe iranien et que la politique de distanciation n’existe pas.

La visite des rebelles houthis souhaite pousser le Premier ministre désigné à reconnaître le fait accompli, à savoir qu’il n’y a pas de politique de distanciation en pratique et que Beyrouth n’a qu’un seul choix, en l’occurrence celui de normaliser ses relations avec le régime de Bachar el-Assad et de graviter dans l’orbite iranienne, puisque, selon les dires du chef de la Brigade al-Qods, Kassem Souleimani, les élections législatives ont porté au Parlement 74 députés acquis à Téhéran.
Ce qui se produit sur la scène libanaise est en fait la traduction du bras de fer qui oppose actuellement Washington à Téhéran dans la région. Certaines parties tentent ouvertement d’amarrer le pays du Cèdre à l’étranger en fonction d’un agenda iranien. La gifle retentissante assénée une fois de plus au principe de la distanciation est un moyen de pousser vers un tel ancrage.
Cette pratique s’est répercutée sur les efforts visant à former le nouveau gouvernement, réduisant à néant la dynamique menée dans ce sens par Saad Hariri. Pour dissimuler son jeu, le Hezbollah a pointé un doigt accusateur en direction de l’Arabie saoudite, tenant Riyad responsable du retard dans la formation du cabinet.


(Lire aussi : Houthis reçus par Nasrallah : un ministre émirati demande à Beyrouth de réagir)



Pourquoi le Hezbollah a-t-il choisi ce timing pour lancer ce message ? D’abord, l’Iran utilise le Liban, contigu d’Israël, pour répondre à la campagne visant sa présence politique et militaire en Syrie. La Russie a en effet été mandatée à l’issue du sommet de Helsinki pour régler la question syrienne et mettre l’ensemble des combattants étrangers hors du territoire syrien, notamment les miliciens iraniens et pro-iraniens, comme le Hezbollah. En Irak, les négociations ont conduit à la mise en place d’une vaste alliance entre des forces politiques modérées qui ne sont pas sous la houlette iranienne et qui sont ouvertes aux pays du Golfe et à l’Arabie saoudite plus particulièrement, comme Moqtada Sadr, Ammar el-Hakim, Iyad Allawi et Haïdar Abadi. Au Yémen, une réconciliation a eu lieu entre les partisans de l’ex-président assassiné Ali Abdallah Saleh et le président Hadi Abed Rabbo aux dépens des houthis. Sans oublier les sanctions américaines et le départ de firmes géantes d’Iran pour éviter les contrecoups de ces sanctions, qui devraient atteindre leur zénith en novembre prochain, avec la mise en application de l’embargo sur la vente du pétrole iranien et les sanctions contre les sociétés et pays qui ne respecteront pas cette décision.


(Lire aussi : Minorités iraniennes : le pari risqué de Washington ?)



D’aucuns estiment que Téhéran se devait de répondre. La boîte aux lettres express qu’il a trouvée à sa disposition est la scène libanaise, par l’intermédiaire de son extension militaire, le Hezbollah. Lors de sa dernière allocution, Hassan Nasrallah a pavé la voie aux démarches qu’il compte entreprendre à l’avenir, en redynamisant sa campagne contre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ces derniers ont aussitôt répondu rapidement, évoquant le sort de la politique de distanciation adoptée par le cabinet Hariri sous l’égide du président de la République Michel Aoun.
Les appels de pôles du 8 Mars et de ministres et cadres aounistes à la normalisation des rapports avec le régime Assad répercutent cette volonté de torpiller le principe de distanciation et de plonger le Liban dans l’orbite iranien. Or, Saad Hariri reste attaché au compromis qui a porté Michel Aoun à la présidence de la République en octobre 2016, et qui repose sur une entente régionale entre l’Arabie et l’Iran autour de la politique de distanciation et du principe d’un cabinet d’union nationale.

Des sources proches du chef de l’État rapportent que, selon ce dernier, il existe une possibilité sérieuse de former un gouvernement après le congé de l’Adha, dans la mesure où toutes les parties sont conscientes de la gravité des enjeux et de la situation. Il reste cependant que les pratiques de certains ont provoqué la chute du compromis et de l’accord de Meerab, d’où la nécessité d’un nouvel accord qui reposerait sur un renouvellement du consensus autour de la politique de distanciation et la formation d’un cabinet avant septembre, mois des échéances cruciales à tous les niveaux. Sinon, ce sera la crise, une crise dont l’issue ne sera possible qu’une fois la question syrienne réglée. Le nouveau gouvernement devra-t-il attendre si longtemps ?


Lire aussi

Les positions autour de la formation du gouvernement plus verrouillées que jamais

Entre menaces de « date butoir » et « lenteur prudente », le gouvernement piétine

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUVEAU CONSENSUS SUR LA DISTANCIATION... ON SE MARRE DES CITOYENS !

Honneur et Patrie

Les relations entre les deux Etats indépendants le Liban et la Syrie sont normales, comme le sont avec tout autre Etat du monde. Il y a une ambassade de Syrie au Liban. Il y a aussi un soi-disant Haut Conseil libano-syrien créé par la Syrie lors de l'occupation du Liban durant 15 ans. Je ne vois pas pourquoi doit-on prendre la route de Damas pour solliciter je ne sois quoi auprès du Président syrien. Ô Libanais, soyez des hommes !
Le retard dans la formation du cabinet ne vient pas de l'Arabie saoudite mais de l'Iran hégémonique par le biais de ses agents indigènes.
Dans les années 1945, sept pays étaient captives de l'URSS, l'URSS disparue et son hégémonie avec...

FAKHOURI

“Le difficile n’est pas de monter, mais en montant de rester soi.”
de Jules Michelet
Extrait de Le Peuple

L'Orient-Le Jour

Merci pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.
Cordialement

Yves Prevost

"un coup douloureux porté à la politique de distanciation"? Mais cette politique est mort-née! Elle na jamais vu le jour!

Bambino

Vous voulez dire je suppose l'orbite "IRANIENNE", le mot orbite étant FÉMININ. Il doit s'agir d'une COQUILLE!

Saliba Nouhad

Très bien dit, Mr Abi Akl, mais d’aucuns, dans les mêmes colonnes de l’OLJ, vous diraient que vous êtes biaisé en faveur de l’Arabie Saoudite et des Américains en vous sortant des commentaires de sources sûres de la part du Hezbollah et du CPL justifiant parfaitement la position de ces derniers et tous ces agissements contre nature foulant au pied la souveraineté et l’entente nationale...
Positions antagonistes, extrémistes qui ne laissent aucune place au bon sens ni aux compromis surtout lorsqu’on voit des tendances totalitaires se mettre en place...
Les politiciens les plus dangereux sont ceux qui prennent des positions suite à de faux calculs, qui ne regardent que le court terme, sans jamais admettre leurs erreurs ni les conséquences désastreuses pour l’avenir du pays: ils jouent malheureusement le jeu pour leurs gains personnels et leur égo démesuré.
Non, aucune place à un débat national balancé, et il n’y aura pas de gouvernement de sitôt sauf par la force et la menace des armes!
Il faut être réaliste, mais j’espère me tromper!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants