X

Moyen Orient et Monde

Le pari risqué de l’UE face aux sanctions US contre l’Iran

Diplomatie

Les fortes tensions entre Américains et Européens, qui semblaient s’apaiser ces derniers jours, pourraient reprendre de plus belle.

08/08/2018

« Quiconque fera des affaires avec l’Iran n’en fera plus avec les États-Unis », a averti hier le président américain Donald Trump via son réseau social favori, Twitter, après que Washington eut réimposé lundi les sanctions économiques contre Téhéran. Les manœuvres aussitôt prises par l’Union européenne pour tenter de contrer ces sanctions pourraient donc entraîner des tensions diplomatiques et politiques entre l’UE et les États-Unis.Quatre-vingt-dix jours après le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien (ou JCPOA, Joint Comprehensive Plan of Action), le 8 mai dernier, les sanctions « les plus cinglantes jamais imposées », promises par Donald Trump, ont pris effet hier à 00h01, heure de Washington. Elles ont pour principal objectif l’effondrement de l’économie iranienne, déjà mal en point, pour forcer la République islamique à revenir à la table des négociations et conclure un nouvel accord plus approfondi qui inclurait, cette fois, la question de l’enrichissement d’uranium et du programme des missiles balistiques iraniens. Le président iranien Hassan Rohani, dans une interview retransmise lundi soir à la télévision, a dénoncé une « guerre psychologique » menée par les Américains.

Pour tenter de contrecarrer l’effet extraterritorial des sanctions américaines, la Commission européenne a décidé lundi la mise en place de la loi dite « de blocage ». Son adoption avait été décidée à la suite d’un sommet organisé le 17 mai dernier dans la capitale bulgare, Sofia, réunissant les dirigeants des 28 pays de l’UE. « Nous devons maintenant agir », avait alors souligné Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, lors de cette réunion où il a reçu le soutien « unanime » des représentants de l’UE présents ce jour-là. Entrée en vigueur hier, cette loi doit permettre de protéger les entreprises européennes présentes en Iran, ou voulant investir sur place, des mesures économiques punitives américaines. Ce dispositif empêche également toute entreprise basée au sein de l’UE de se conformer à des sanctions venues de l’étranger. Elle représente donc l’un des plus sérieux challenges lancés par l’Europe à l’administration Trump.

Les pays du Vieux Continent signataires du JCPOA luttent bec et ongles pour sa préservation et considèrent qu’il est le meilleur moyen d’empêcher que la République islamique ne se procure l’arme nucléaire. Mais malgré la détermination européenne, la loi de blocage pourrait ne pas avoir le succès escompté. Certaines entreprises européennes, en particulier françaises, ont en effet déjà préparé leurs valises en vue de quitter le territoire iranien. Le géant pétrolier et gazier Total, les constructeurs automobiles PSA et Daimler (allemand) ou encore l’armateur de porte-conteneurs français CMA-CGM ont annoncé leur intention de ne plus faire d’affaires en Iran par crainte de subir de trop lourdes pertes à cause des sanctions américaines.


(Lire aussi : Une lecture iranienne des sanctions américaines et de leurs conséquencesle décryptage de Scarlett Haddad)



Une relation fragile
Réaliser des emprunts à la Banque européenne d’investissement (BEI) et transférer des fonds directement à la Banque centrale iranienne (BCI) pour éviter les pénalités américaines, voilà la stratégie européenne. Mais elle pourrait se révéler inefficace en raison, non pas de la première vague de sanctions américaines tombée hier, mais de la seconde, prévue pour le 4 novembre, qui visera notamment le pétrole et le gaz iraniens mais également la BCI. Cela laisserait donc peu de marges de manœuvre aux Européens pour assurer la sécurité économique de leurs entreprises en Iran. « Les moyens sont là (…) mais il ne faut pas se voiler la face : les moyens sont limités », avait déjà prévenu lundi M. Juncker. C’est dire si les mesures européennes peuvent réellement aboutir à un résultat, malgré toute la bonne volonté dont le Vieux Continent semble faire preuve. Par ailleurs, la loi de « blocage » n’a jamais été mise en œuvre. Son utilisation semblerait donc, aujourd’hui, et compte tenu des nombreuses difficultés auxquelles fait face l’UE, relever davantage du « test » que de la mesure concrète et sûre fournissant des garanties aux entreprises européennes installées en Iran et s’exposant aux sanctions américaines.


(Lire aussi : Les Iraniens dans la tourmente : "J'ai l'impression que ma vie est en train d'être détruite")


Parallèlement à cela, la mise en place de la loi de « blocage » pourrait avoir des conséquences très lourdes sur les relations politiques et diplomatiques entre les États-Unis et l’Europe. Ces derniers mois, les deux parties ont connu des périodes de fortes tensions, notamment en raison des mesures d’ultraprotectionnisme économique décrétées par Donald Trump, fervent défenseur de l’« America first », en particulier à travers des taxes sur l’acier et l’aluminium dans la plupart des pays du monde. La tension pouvait d’ailleurs se lire sur les visages des chefs d’État du G7, réunis en juin dernier au Canada pour discuter notamment de la Russie, du climat et de l’Iran. Un mois plus tard, lors du sommet de l’OTAN, organisé les 11 et 12 juillet à Bruxelles, les principaux acteurs se sont entendus pour travailler ensemble, semblant dissiper les tensions aperçues au G7. Le président américain y a eu un entretien avec son homologue français, Emmanuel Macron, au cours duquel il a insisté sur le fait qu’il « n’y a pas de rupture » entre les différents alliés et lui a rappelé son « attachement personnel » au Vieux Continent. Le locataire de la Maison-Blanche a également insisté sur la permanence du lien entre les deux entités. Les relations américano-européennes ont enfin retrouvé une certaine forme lors de la visite à Washington du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 25 juillet dernier. Mais si le sentiment de guerre commerciale américano-européenne semblait se dissiper quelque peu, l’épisode de la réimposition des sanctions américaines contre l’Iran et des mesures prises par les Européens pour les contrer pourrait changer la donne. Il faudra donc attendre les prochains mois pour vérifier si la stratégie européenne fonctionne et si l’Europe se retrouvera sous le coup de difficultés économiques en raison de son opposition à la politique américaine.


Lire aussi
À quel point la République islamique peut-elle résister à la pression américaine?

Rétablissement des sanctions US : la population iranienne entre pression et désespoir

« Les Iraniens ont peur de ne plus retrouver leurs produits s’ils ne les achètent pas aujourd’hui »

Téhéran s'attaque à la corruption face à la chute de la monnaie nationale

Rohani isolé et en difficulté avant les sanctions américaines


Repères
Sanctions contre l'Iran : les entreprises européennes touchées

Les développements depuis le retrait américain de l'accord nucléaire iranien

Sanctions contre l'Iran : comment réagissent les entreprises européennes touchées

Sanctions contre l'Iran : qu'est-ce que la "loi de blocage" adoptée par l'UE contre les USA ?

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

DAMMOUS Hanna

L’Europe ne possède pas des portes avions, elle reste un nain qui a besoin du grand frère. Elle se révolte comme un ado mais fini par obéir.

Le pont

C'est dommage que votre article ne précise pas que la loi de "blocage" européenne n'a pas vocation à protéger les intérêts des grandes entreprises comme Total et Peugeot en Iran mais les petites et moyennes entreprisses européennes. L’Europe s'est pliée dans le passé devant la volonté politique des USA pour deux raisons principales qui sont: les dépenses militaires de l'OTAN, financées jusqu'ici principalement par les USA et le déficit commercial des USA qui profitait à tout le monde. Si Donald Trump veut faire payer les européens plus dans l'OTAN et s'il veut mettre en place des droits de douanes contre l'UE c'est l'hégémonie américaine qui va faiblir en Europe avec le temps et ça sera mille fois mieux pour le monde.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA LOI DE L,U.E. POUR AIDER LES SOCIETES A NE PAS QUITTER L,IRAN EST VAINE ET VOUEE A L,ECHEC. LES IRANIENS LE SAVENT MAIS ESPERENT EN UN MIRACLE !

George Khoury

les europeens plieront l'echine comme ils l'ont tjrs fait devant les usa, ils n'ont pas la capacite de s'opposer

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué