L’édito de Michel TOUMA

Ne jamais oublier

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
07/08/2018
Hypocrisie, mauvaise foi et malhonnêteté intellectuelle marquent souvent de leur empreinte la vie politique. Tel est le cas de certains de nos responsables qui, sous prétexte de vouloir « défendre les intérêts commerciaux et économiques » des Libanais, prônent le rétablissement des liens avec le régime syrien. Cette question est ainsi à nouveau remise sur le tapis, et le débat sur ce plan pourrait aller crescendo sous le poids des derniers développements militaires en Syrie et des visites « de travail » effectuées sur les bords du Barada par quelques ministres et hauts responsables.
Ceux qui s’obstinent à vouloir entraîner le pays sur cette voie balaient du revers de la main les arguments d’ordre moral, ou plutôt simplement humain, avancés par les parties qui refusent de réhabiliter le régime Assad. Les partisans de la realpolitik syrienne font ainsi l’impasse sur tous les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés au cours des sept dernières années en Syrie, notamment par le pouvoir en place. Pour eux, peu importe l’utilisation à plusieurs reprises de l’arme chimique contre la population civile ; peu importent le demi-million de tués, les milliers de détenus morts sous la torture en prison, les 82 000 personnes enlevées et disparues depuis le début du conflit (selon Amnesty International) ; peu importe la mise en place d’une vaste opération de tri démographique pratiquée à grande échelle; peu importe que près de la moitié de la population syrienne soit réfugiée en dehors du pays ou forcée à l’exode à l’intérieur de la Syrie…
Pour les défenseurs du régime Assad, la guerre, c’est la guerre ; elle ne saurait s’encombrer de considérations d’ordre moral, et dans tout conflit armé, les pertes au sein de la population civile sont inévitables. Certes… Sauf qu’il y a une différence fondamentale entre les dommages collatéraux et les pertes civiles subies inévitablement au cours d’opérations militaires, d’une part, et la mise en œuvre d’une politique systématique et cyniquement planifiée visant à s’en prendre par tous les moyens possibles à des factions bien précises de la population, d’autre part.
C’est précisément au niveau de ce dernier point que se situe la gravité d’une réhabilitation à l’aveuglette du tyran de Damas. Car, même si l’on s’obstine à inscrire les crimes contre l’humanité du régime syrien au registre des inévitables dommages collatéraux, une réalité amère ne saurait être occultée : la persistance d’un conflit chronique, d’un climat de haine, entre une faction de la société syrienne et d’autres composantes de son tissu social. Le conflit en Syrie est loin d’être clos. Les multiples interférences étrangères aidant, et sous l’effet des très probables volontés extérieures de maintenir un état de déstabilisation permanente sur la scène syrienne, les racines du mal et les foyers d’hostilités persistent. Trop de sang a coulé, trop de haines ont été provoquées pour que l’on puisse considérer que la page peut être tournée aussi facilement.
Dans un tel contexte explosif, et tant qu’une solution politique radicale n’aura pas été trouvée, la Syrie restera profondément divisée en deux camps antagonistes (exception faite, à l’évidence, des jihadistes). Les dissensions risquent d’être sans doute alimentées par plus d’une puissance étrangère. Face à une telle conjoncture, quel intérêt aurait le Liban à prendre parti pour une faction contre une autre ? Surtout que le clivage vertical qui s’est ancré en Syrie a provoqué parallèlement au Liban des répliques semblables d’ordre communautaire. À cela s’ajoute que la légitimité de Bachar el-Assad est sérieusement remise en question. Elle ne pourrait être rétablie, le cas échéant – si l’on accepte de faire abstraction des crimes contre l’humanité –, qu’après des élections organisées sous étroite surveillance internationale, sur base d’un projet de nouvelle Constitution avalisée au préalable par les représentants des deux camps en présence, sous l’égide des grandes puissances (exception faite, encore une fois, des organisations terroristes).
Tant que l’ensemble de ces conditions n’auront pas été satisfaites, les initiatives unilatérales prises pour forcer le Liban à réhabiliter le régime Assad et à prendre parti pour une composante syrienne contre l’autre – et par le fait même pour une puissance régionale contre une autre – reviennent à rallumer des foyers de tensions sur la scène locale. Plus que jamais, la politique de neutralité du pays du Cèdre à l’égard du clivage vertical syrien, reflet lui-même d’un conflit régional plus large, s’impose aujourd’hui avec acuité.
Le petit jeu malsain qui consiste à afficher innocemment une volonté de rétablir les ponts avec le régime syrien « pour défendre les intérêts économiques des Libanais » ne trompe personne. Son objectif évident est d’ancrer le Liban à un axe régional contre un autre. Une telle voie ne peut mener qu’à une nouvelle et grave discorde interne, avec toutes les multiples conséquences que l’on pourrait imaginer.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Ce n'est pas le Nicaragua qui a assassiné le mufti Hassan Khaled, René Mouaoud, Kamal Joumblatt, Samir Qassir, Rafic Hariri, Gébran Tuéni, Walid Eidou, Antoine Ghanem, Wissam Hassan, Béchir Gemayel etc.

gaby sioufi


comme toujours , on a beau lire des descriptions justes des choses telles que celles mentionnees dans cet article, les elus auront beau les avoir lues( j'en doute mais bon )
notre malheur est que ceux la se croient serieusement + forts, + intelligents, + importants que le reste de la classe politique Mondiale.
et que donc ils croient pouvoir se permettre des initiatives honteuses , d'autant + qu'ils se savent INTOUCHABLES.
d'autant + qu'ils savent etre re-elus a chaque coup par leurs serfs respectifs.

Ce que Mr Touma ne dit peut etre pas est que, reprendre langue avec assad serait dans l''etat actuel des choses encore 1 fois -non pas courber l'echine - mais se mettre le cou sous le couperet d'une guillotine operee par le meme bourreau.

Hitti arlette

Que vous voulez cher m. Touma ? Que le Liban coupe les ponts avec ses voisins ? Qu'on perdure dans l'inimitié envers un pays collé à nos frontières ou le considérer comme étant " l'éternel "pays ennemi ? Par quelle voie autre que celle de la Syrie voulez-vous que nos misérables agriculteurs (à titre d'exemple) écoulent leurs produits et marchandises vers la Jordanie l'Irak et par la suite aux pays du golf ? Si vous avez une autre alternative , éclairez nous . La Syrie ,aujourd'hui un pays à moitie démoli , n'ira pas cherché ingénieurs américains ou français . Le Liban candidat à la faillite tous azimuts ,et dont l'économie va tout droit à la dérive , aura besoin de contracts pour ses chômeurs . Ce sont nos diplômés en génie civile , électrique ,mécanique et autres , en grande partie au chômage , qui trouveront leurs créneaux sur les bords du Barada.

M.E

D'accord, mais vous comme moi habitez dans un "pays" où la milice qui a assisté Assad dans son entreprise criminelle participe aux élections, au parlement et au gouvernement. Nous nageons, nous nous vautrons dans l'immoralité et pas qu'à cause de cette milice. Alors, l'immoralité qui peut rapporter deux sous ...

Oui, nous sommes tombés très bas et les solutions radicales impliqueraient des fleuves de sang. Parce que, dites, vous pensez vraiment convaincre avec des arguments de maîtresse d'école (je pense vraiment que ce ne devrait pas être plus compliqué que cela) un "citoyen" libanais lambda programmé pour être effrayé de l'autre et du lendemain, parfois à raison, de voter ou de se comporter pour le bien commun à long terme même si cela implique de ne pas soutenir son leader traditionnel quels que soient ses abus, qu'il soit barbu et soutien du Régime d'Assad ou non?

Pour vous consoler, je ne suis pas sûr que l'hypocrisie qui règne de l'autre côté de la Méditerranée ou aux États-Unis soit plus ragoûtante.

Mais oui, case cochée, il fallait écrire ce genre d'éditorial.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué