X

Liban

Les travaux d’agrandissement de la décharge de Costa Brava stoppés

Environnement
21/07/2018

La procureure générale du Mont-Liban, Ghada Aoun, a chargé hier les FSI de faire appliquer la décision de gel des travaux d’agrandissement de la décharge de Costa Brava, prise mardi par la juge des référés de Aley, Roula Chamoun. L’intervention de la procureure faisait suite à la poursuite des travaux d’agrandissement sur le site par la compagnie al-Jihad Group for Commerce and Contracting, chargée de réaliser cette expansion. Selon le groupe Moutahidoun, qui est à l’origine de la plainte contre les travaux d’agrandissement, la compagnie a été notifiée de cette décision dont une copie a également été placardée à la porte de la décharge. De son côté, la compagnie a publié hier un communiqué dans lequel elle affirme son respect de la décision de justice. Joint au téléphone par L’Orient-Le Jour, Rami Alleik, un des avocats plaignants, a affirmé que « ce n’est qu’aujourd’hui que les travaux ont été arrêtés alors que la compagnie avait poursuivi son activité deux jours après avoir été notifiée ».
« La photo de la bétonneuse qui a circulé sur les réseaux sociaux et dans les médias a été prise sur le chantier des travaux de fabrication des brise-lames propre à l’AIB et au ministère des Travaux publics et qui est adjacent au chantier des travaux d’agrandissement de la décharge. Ceux-ci avaient été stoppés conformément à la décision de justice », peut-on lire dans le communiqué de la compagnie. Interrogé à ce sujet par L’OLJ, M. Alleik dément cette explication et assure que la photo dont il est question dans le communiqué de la compagnie, et qu’il a prise lui-même, concerne les travaux d’agrandissement de la décharge. L’OLJ a tenté, en vain, de contacter l’avocat de la compagnie al-Jihad, Tarek al-Jabbouri. Le gel des travaux d’agrandissement, suivant la décision de la juge Chamoun, est effectif jusqu’à ce que des experts remettent à la justice un rapport sur les éventuels dégâts environnementaux causés par cet agrandissement, une expertise dont les plaignants devront assumer les frais. Dans ce cadre, le groupe Moutahidoun a annoncé dans un communiqué qu’il a versé les frais déterminés par la juge des référés au comité d’experts chargé de remettre ce rapport et qui est composé de Jihad Abboud, Wilson Rizk et Jacques Harb.
« Nous avons contacté les experts pour leur demander d’être notifiés de cette mission afin d’éviter tout retard dans la parution de leur rapport, précise le groupe. Moutahidon assure qu’il suivra l’affaire de près et au quotidien afin de vérifier, à travers les moyens légaux, que la décision est respectée. Nous considérons que ce suivi est une façon d’appuyer le rôle que la justice a assigné aux forces de sécurité. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Herisson

interminable "feuilleton"! en attendant ce sont les gens qui habitent la region qui trinquent......

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué