Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

Vives critiques contre le vote de la loi sur « l’État-nation juif »

Le Parlement d’Israël a adopté une loi définissant le pays comme « l’État-nation du peuple juif », un texte polémique qui suscite des accusations de « racisme » envers la minorité arabe. Un député arabe, Youssef Jabareen, a affirmé que cette loi encourageait « non seulement la discrimination, mais aussi le racisme, elle va perpétuer le statut d’infériorité des Arabes en Israël », l’État hébreu agissant comme « un mouvement juif et colonial, qui poursuit la judéisation de la terre ». La députée d’opposition travailliste, Shelly Yachimovich, a elle aussi affirmé à la radio militaire qu’il s’agissait d’une loi « raciste ».
Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erakat a, pour sa part, estimé sur Twitter que le texte légalisait « officiellement l’apartheid ». L’Union européenne s’est dit « préoccupée » par l’adoption de cette loi qui risque de « compliquer » la solution à deux États pour régler le conflit israélo-palestinien. La Ligue arabe, estimant la loi « dangereuse », a jugé qu’elle consolidait des « pratiques racistes » alors que la Turquie a estimé qu’elle « foulait aux pieds » le droit international et les droits des Arabes israéliens.


Le Parlement d’Israël a adopté une loi définissant le pays comme « l’État-nation du peuple juif », un texte polémique qui suscite des accusations de « racisme » envers la minorité arabe. Un député arabe, Youssef Jabareen, a affirmé que cette loi encourageait « non seulement la discrimination, mais aussi le racisme, elle va perpétuer le statut...

commentaires (0)

Commentaires (0)