X

Liban

Baalbeck-Hermel : un meurtre pour un litige sur un terrain met le feu aux poudres...

sécurité
13/07/2018

Peu après 20h45 hier soir, Bilal Moustapha, un Libanais âgé de 38 ans, originaire de Majdaloun, village situé à trois kilomètres de Baalbeck, a tué Chéhadé Aakkacha, 22 ans, Libanais d’origine turkmène, dans le lieu-dit de Addoussé, un hameau situé sur la route de Deir el-Ahmar, selon des témoins sur place.
Bilal Moustapha qui, selon des habitants de la région, est « un père de famille calme et sans histoires », possède un terrain à Addoussé où habitent des tribus turkmènes, naturalisées libanaises en 1994 à Douris. C’est ce terrain qui a constitué un litige entre le tueur et les membres de la tribu Aakkacha. Un litige qui n’a pu être résolu par des discussions, apparemment. Encerclé par des membres du clan, il a, pour se défendre, tiré sur Chéhadé Aakkacha avant de prendre la fuite, ont raconté des témoins interrogés par téléphone.
« Quand il était petit, Bilal Moustapha était tombé du troisième étage. Tous ses os ont été brisés. C’est un homme qui ne peut pas se battre. Tirer sur les membres du clan Aakkacha qui l’encerclaient était la seule façon de se défendre », a déclaré à L’Orient-Le Jour un proche qui a requis l’anonymat.


(Lire aussi : Le plan de sécurité, un plan vindicatif du Hezbollah ?)


Le corps de Chéhadé Aakkacha a été transporté à l’hôpital Mortada à Baalbeck. Pour venger sa mort, la famille du jeune homme et ses proches se sont rendus à
Majdaloun, le village de Bilal Moustapha, tirant dans tous les sens et vandalisant des maisons. Ils ont enlevé l’oncle du tueur, Khalil Moustapha. Le kidnapping était de courte durée car l’armée est intervenue et a réussi à le libérer.
À l’heure de mettre sous presse, Bilal Moustapha était toujours en fuite.
Cet incident remet encore une fois en question le plan de sécurité que le gouvernement tente de mettre en place depuis plus d’un mois dans le caza de Baalbeck, où les intérêts claniques, familiaux et politiques s’entremêlent et où l’État est souvent incapable d’agir pour faire régner durablement une atmosphère calme et sereine.


Pour mémoire

Vers un plan de sécurité « pas classique »

Hermel : un accord aurait été trouvé pour mettre un terme aux conflits des derniers jours

Dans le Hermel, une guerre des clans entourée de mystères...

Des notables de la Békaa-Nord explosent : Le temps de « la sécurité à l’amiable » est révolu

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ANCIENNE FACON FOLKLORIQUE LIBANAISE POUR RESOUDRE LES DIFFERENDS DE PROPRIETE, DE VOL D,ANIMAUX ET LES CAS DITS D,HONNEUR !

Bery tus

Mais qui les a naturaliser en 1994???

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué