X

À La Une

Netanyahu : Israël n'autorisera pas l'entrée de civils syriens sur son territoire

Conflit

L'armée israélienne a annoncé avoir renforcé ses troupes sur la partie israélienne du Golan pour "faire face aux développements de l'autre côté de la frontière". 

OLJ/AFP
01/07/2018

Israël continuera d'apporter une aide humanitaire aux civils syriens fuyant la guerre, mais n'en accueillera aucun sur son territoire, a prévenu dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

"Nous continuerons à défendre nos frontières, à offrir une aide humanitaire tant que nous pourrons, mais nous n'autoriserons pas d'entrées sur notre territoire", a déclaré M. Netanyahu avant le conseil des ministres hebdomadaire. Il a par ailleurs réitéré l'exigence d'Israël que l'Iran se retire militairement de la Syrie, ce qu'il considère comme une priorité pour son pays.

Un officier a pour sa part affirmé dimanche à des journalistes qu'Israël a fait parvenir "près de 30 tonnes de nourriture, de la nourriture pour les enfants, des équipements médicaux et beaucoup de vêtements" à des civils réfugiés dans la partie syrienne du plateau du Golan après avoir fui les combats dans le sud de la Syrie voisine.

Israël a annexé une partie du plateau syrien du Golan situé à la frontière entre les deux pays, qui sont toujours techniquement en état de guerre. L'annexion de ce territoire conquis en 1967 n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.


(Lire aussi : Israël joue la carte humanitaire à Deraa)


Plus de 160.000 civils syriens ont fui une offensive du régime de Bachar el-Assad et de ses alliés déclenchée le 19 juin pour reprendre les zones rebelles dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie, selon les estimations de l'ONU. Sur ce total, 20.000 ont trouvé refuge près de la frontière avec la Jordanie.

L'officier israélien a par ailleurs réaffirmé que l'armée ne pénétrait pas en territoire syrien. "Nous ouvrons la barrière, nous déposons l'aide humanitaire et nous refermons la barrière", a précisé l'officier. Selon lui, cette aide est ensuite prise en charge par des ONG.

Six blessés, dont quatre enfants en provenance de Syrie ont été évacués jeudi vers Israël, a indiqué l'armée. Cette dernière a annoncé dimanche dans un communiqué avoir déployé des renforts sur la partie israélienne du Golan pour "faire face aux développements de l'autre côté de la frontière". Le communiqué précise que "la politique de non-intervention dans le conflit syrien reste inchangée tant que la souveraineté israélienne n'est pas remise en cause ou que ses citoyens ne sont pas menacés".

Tout en veillant à ne pas être entraîné dans le conflit, Israël a frappé à plusieurs reprises le territoire syrien, notamment contre des convois d'armes destinées, selon lui, au Hezbollah, allié du régime syrien et de l'Iran, l'ennemi numéro un de l'Etat hébreu.



Lire aussi

Pour les rebelles dans le Sud syrien, le choix entre "le mal et le pire"

Ankara condamne l'assaut "inhumain" du régime dans le Sud syrien

À Deraa, les bombardements contre les rebelles s’intensifient

Frappes israéliennes près de Damas : retour à la routine ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué