Liban

Des raisons cachées derrière la lenteur dans la formation du gouvernement, selon le Hezbollah

Décryptage
29/06/2018

Ce que les milieux proches de Aïn el-Tiné qualifient de « nonchalance » de la part du Premier ministre dans la formation du gouvernement commence à inquiéter les différents groupes politiques qui se demandent s’il n’y a pas des raisons cachées qui entravent la naissance du nouveau cabinet. En effet, les trois visites du Premier ministre à Baabda depuis sa désignation pour former le gouvernement ont été considérées comme des démarches de forme et non de fond.

La première fois, avant le congé de la fête du Fitr, le Premier ministre a remis au chef de l’État des idées générales sur un gouvernement de 30 ministres, représentant le plus grand nombre de forces politiques et ressemblant au gouvernement actuel. Une fois de retour au pays après un périple qui l’a mené à Moscou, Riyad et Paris, le Premier ministre a répondu aux critiques ouvertes que lui avait adressées le président de la Chambre par une deuxième visite à Baabda, porteur cette fois d’une formule qui donne satisfaction aux Forces libanaises (cinq portefeuilles, dont un régalien et deux autres dits consistants) et au leader druze Walid Joumblatt en lui donnant les trois portefeuilles druzes. En principe, Saad Hariri devait attendre la réponse du président, mais il se doutait bien que la mouture qu’il a présentée n’avait aucune chance d’obtenir l’aval de Baabda, d’autant qu’elle ne proposait pas de compromis.

Hier, et après le communiqué ferme et clair de la présidence dans lequel le chef de l’État a exprimé son attachement à « la part présidentielle » dans le gouvernement, dont le poste de vice-président du Conseil, le Premier ministre désigné a donc repris le chemin de Baabda. Ses proches avaient déjà laissé entendre qu’il était porteur cette fois d’une formule de 24 ministres. Mais les milieux présidentiels ont rapidement fait savoir qu’une telle formule est inacceptable parce qu’elle ne permet pas une représentation équitable de toutes les forces politiques, selon le principe avancé précédemment par le Premier ministre désigné et déjà accepté par les responsables. La rencontre est donc l’occasion d’examiner les différentes possibilités et de trouver d’éventuelles brèches qui pourraient permettre de concilier les conditions des uns et les contre-conditions des autres. Selon des sources concordantes, ce n’est donc pas encore la détente espérée. Mais le Premier ministre souhaite ainsi montrer qu’il fait de son mieux...


(Lire aussi : Gouvernement : En dépit de l’optimisme affiché par Hariri, l’éclaircie ne semble pas être pour demain)


Pour l’instant, les différents milieux politiques continuent de miser publiquement sur la bonne foi de toutes les parties et sur une volonté réelle chez elles d’aboutir à un nouveau gouvernement dans les plus brefs délais. Toutefois, dans les réunions privées, des doutes sérieux commencent à être formulés. Les sources proches du Hezbollah font ainsi le rapprochement entre le peu d’empressement apparent du Premier ministre à défaire les nœuds qui entravent la naissance de son prochain gouvernement et la situation régionale. Selon ces mêmes sources, le fait que les voyages successifs du Premier ministre en Arabie ces derniers temps ne lui aient pas permis d’être reçu par le prince héritier et homme fort du royaume, Mohammad ben Salmane, est en soi un indice sur un souhait saoudien de ne pas hâter la formation du gouvernement. Pour les mêmes sources, cette volonté cachée serait liée à la décision du président américain Donald Trump de conclure au plus tôt ce que l’on est en train d’appeler « le deal du siècle » et qui constitue un règlement du conflit israélo-palestinien, selon les conditions israéliennes. C’est du moins ce qui apparaît pour l’instant du plan américain qui n’a pas encore été divulgué.

Les mêmes sources évoquent à cet égard la dernière rencontre entre le prince Mohammad ben Salmane et le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Se référant à des fuites palestiniennes, les sources proches du Hezbollah rapportent que l’héritier du trône saoudien aurait clairement déclaré à son interlocuteur palestinien que son pays et les Arabes en général mènent une vaste et dure confrontation avec l’Iran, sur toutes les scènes possibles. Dans cette confrontation, ils ont besoin de l’aide des Israéliens.


(Lire aussi : Entre CPL et FL, rien ne va plus...)


C’est pourquoi il ferait bien d’accepter la solution qui lui est proposée dans le cadre du « deal du siècle », même si elle prévoit une séparation entre la Cisjordanie et Gaza et ne parle pas du droit au retour tout en donnant Jérusalem-Est aux Israéliens, déplaçant la capitale de l’État palestinien vers Abou Dis. Les sources proches du Hezbollah précisent que le président Abbas a refusé de donner son accord et son entretien avec le prince saoudien s’est mal terminé. Depuis, il fait l’objet de multiples pressions de la part des Arabes dits modérés et des donateurs internationaux, tout comme l’Égypte cherche à exercer des pressions similaires sur le Hamas à travers la bande de Gaza et le point de passage de Rafah.

Dans ce contexte, les Arabes dits modérés auraient promis aux Américains de faire taire les voix discordantes contre le plan de Trump et l’une d’elles vient du Liban. Le chef de l’État et le ministre des Affaires étrangères ont été pratiquement les seuls responsables arabes à prendre position aussi clairement contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, que ce soit au Caire ou à Istanbul ou encore dans toutes les autres tribunes internationales, à la fois pour des raisons de principe et par refus de l’implantation des Palestiniens au Liban. Pour cette raison, il faudrait empêcher le Liban d’avoir un gouvernement dans lequel le chef de l’État aurait une part confortable (on reparle du fameux tiers de blocage) et qui hausserait le ton contre cet accord, risquant ainsi d’entraîner derrière lui des pays encore hésitants. De même, ce camp régional et international ne souhaite pas que le Hezbollah soit à l’aise dans le nouveau gouvernement. Ce n’est pas tant une question de portefeuilles que d’alliances. D’autant que le Hezbollah ne cesse de répéter qu’il souhaite un gouvernement qui soit le reflet des rapports de force issus des élections législatives, autrement dit qui lui donne, avec ses alliés, la majorité. Selon les sources précitées, ce serait là le nœud caché qui expliquerait la lenteur dans les tractations pour la formation du gouvernement. Mais, en même temps, la situation économique est pressante et pourrait contraindre les différentes parties à trouver un compromis.



Lire aussi

Gouvernement : Aoun et Hariri tentent de reprendre le contrôle du processus

Geagea : Pour Bassil, le partenariat signifie qu’il doit œuvrer seul et que nous devons le soutenir

Gouvernement : Hariri passe « à la vitesse supérieure »

Vers un cabinet avant juillet ?

Formation du gouvernement Hariri : après l’optimisme, un nouveau report sine die ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Super! Et merci beaucoup pour cet article Mme Haddad!
Maintenant je sais que, dorénavant, en ne lisant pas vos articles, je peux gagner 5 minutes pour lire des articles plus intéressants et plus édifiants, sans sentir de regrets pour n'avoir pas lu le vôtre!
Merci donc.

stambouli robert

Mm Haddad
Apres etre le porte parole du CPL , vous devenez le porte parole de HB
franchement ils n'ont pas besoin de vous. Ils ont suffisament de porte parole bien plus fort mais en arabe seulemnet
OLJ : quand allez vous avoir des editorios pro FL puis pro Kataeb puis pro Syrie puis pro qui que ce soit
On ne peut pas laisser Mm Haddad toute seule voyons

Tabet Ibrahim

Explication fumeuse qui masque la volonté du Hezbollah et du CPL de marginaliser les FL

yves kerlidou

Et bla bla ou l'art de faire un papier pour ne rien dire!
si que bien sur les emmerdeurs se sont les Saoudiens, pourquoi vous ne faites pas une ligne juste avec çà et c'est bon !
Pourquoi se plaindre des influences extérieures quand on ne vie que avec leurs dons? Un peu comme un enfant qui veut sa liberté mais qui dépends de l'argent de ses parents

gaby sioufi

assad hors du coup
vali fakih & Co fuient l'iran
merkel demissionne
MBS se marie
trump destitue par le congres
le canal planifie par l'arabie coupant qatar du reste du golf
le debut d'extraction de gaz & de petrole a paris meme
tout cela et bcp plus d'evenements encore devront avoir lieu AVANT la production finale du cabinet.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHARGER LES PROBLEMES INTERNES POUR LA FORMATION DU GOUVERNEMENT TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD SUR LE DOS DE LA SAOUDITE EST VOTRE VOEU LE PLUS CHER ET LE PLUS BARATIN POUR DEVIER LES REGARDS DES VRAIS BOYCOTTEURS ET LEURS SEIDES DES CAMPS QUE VOUS CHERIEZ ! ALLEZ, UN PEU PLUS DE SERIEUX S.V.P. !

Bery tus

Ah donc ils veulent ce qu’ils ont refuser de donné soit la reconnaissance d’une majorité ... bravo madame de l´avoir si bien expliquer ... NOUS ON A PAS OUBLIER 2009

Saliba Nouhad

Vous pensez sérieusement, Mme, que le situation économique désastreuse pourrait les contraindre à un compromis?
Mais ils s’en fichent comme de l’an quarante, ces messieurs aux poches bien remplies et aux cervelles sclérosées: la seule chose qui compte, c’est de préserver leurs acquis et leadership communautaires, dans une sorte de statu-quo instable, en attendant les développements régionaux...
Le bien-être du citoyen et les problèmes économiques de la plèbe soumise, tels que, électricité, déchets, pollution, infrastructure sont les derniers de leurs soucis, sans parler de la corruption rampante qui, au fond, fait leur affaire...
Alors, cessons de scruter des soit-disant causes cachées et nous gargariser de belles analyses: ce n’est que de la poudre aux yeux et ça ne va aller que de mal en pire, malheureusement!
Il reste toujours la résilience légendaire du pauvre peuple Libanais: mais jusqu’à quand?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué